Trio of Ex Cadets: Gentlemen and Scholars / Gentlemen et universitaires

Three RMC grads continue giving back long after retirement / Trois diplômés du CMR continuent à redonner aux FC longtemps après avoir pris leur retraite.  

The following article first appeared in the VERITAS magazine – Fall 2011 edition. / L’article suivant a déjà paru dans la revue VERITAS – édition d’automne 2011.

The poet Robert Burns coined the phrase “a gentleman and a scholar;” this popular compliment best describes a unique group of retired general and flag officers, all RMC graduates, who are currently shaping the next generation of national security professionals attending the National Security Program at the Canadian Forces College in Toronto.

The National Security Programme is an intense, 10-month, residential course that prepares selected military, public service, international and private sector leaders for future strategic responsibilities within a complex and ambiguous global security environment. The program is designed to shape future leaders in strategic thought and to prepare them to excel in joint, interagency and multinational settings across the spectrum of national security policy and strategy.

The Canadian Forces College benefits from the experience of retired general and flag officers to act as Senior Mentors to the students throughout the duration of the program.

I had the pleasure of sitting down with the three Senior Mentors — 6014 LGen Fred Sutherland (Class of ’65), 9267 VAdm Greg Maddison (’72) and 6541 MGen Fraser Holman (’65) — who oversaw this past year’s National Security Programme through to its graduation in June 2011. I asked them about life after the Canadian Forces, their roles as Senior Mentors, and words of wisdom they may have for future leaders.

Cdr Guy Parent: It is quite unique to have three RMC graduates here at the Canadian Forces College acting as Senior Mentors for the National Security Programme (NSP).  All of you have had very distinguished careers in the Canadian Forces and have since retired. What is the greatest benefit about being retired from the CF?

LGen Fred Sutherland: I guess the biggest advantage for me is to have the time to explore new employment opportunities outside of the CF. While in the military, my career was very much guided by the senior leadership. Since retirement, I have had the opportunity to undertake several different roles and responsibilities. Being a Senior Mentor for the NSP is one such opportunity.

Vice Admiral Greg Maddison: Simply, I can now do what I want, when I want and where I want. That kind of flexibility is a welcomed change.

MGen Fraser Holman: I would agree with both of my colleagues that having the time to pursue interests is a great advantage to retirement from the CF.

Cdr Parent: What has been your greatest challenge after CF life?

Sutherland: There are no more “gimmes” on the golf course; therefore, making those difficult short putts on the golf green. Seriously, though, perhaps the most difficult aspect of retirement from an organization such as the Canadian Forces is suddenly being distanced from that sense of family, which is the hallmark of the military. Although you never really lose that connection, it is not the same as what it was when you were in uniform.

Maddison: I agree; the most challenging aspect has been the lack of daily interaction with the excellent personnel serving in the Canadian Forces. The camaraderie that is inherent to life in the military is a void that is difficult to fill.

Holman: This is true, it just means that we have to find it elsewhere and that is where becoming an associate member of the local Officers’ Mess or joining organizations such as the Legion or the Royal Canadian Military Institute helps in bridging that gap.

Maddison: I would also like to say that the skills you gain in the CF, such as communication, people, and organizational skills, are all formidable and they will assist in the transition to the civilian community.

Cdr Parent: What motivated you to become a Senior Mentor for the National Security Programme?

Sutherland: It was a great way to reconnect with the military community and to give back. I firmly believe that future senior leaders of both the military and private/government sectors need mentorship and this is one way that I can contribute.

Maddison: As a naval officer, I always had a mentor as I progressed throughout my career. I had been exposed to the Canadian Forces College while serving and after my time in the CF, so I was familiar with the institution. When I was approached to act as a Senior Mentor for the National Security Programme, I welcomed the opportunity.

Holman: I always planned to work after my time in the Canadian Forces and that is why I retired in Toronto. I have been involved with the Canadian Forces College extensively over the past 20 years and so I was very happy to continue working there as part of the National Security Programme.

Cdr Parent: What is the greatest advantage to the relationship between the Senior Mentor and the students on the National Security Programme?

Maddison:  I completed the National Defence College program in Kingston, which, at the time, was the equivalent to today’s NSP. We did not have mentors back then and I can assure you that I would certainly have benefitted from a mentor. On this program, the students are exposed to the geo-strategic and political levels of thought and as a retired flag officer, I can pass on my experience to them. At this level, people work in the “grey” and that is where mentorship really pays off. It allows us to show these future strategic leaders how we approached problems and identified solutions in this complex world.

Sutherland: It is a wonderful way of contributing to the growth of the next generation of strategic leaders. I enjoy the idea that as a Senior Mentor, I can share my experiences and, therefore, assist with the development of these talented professionals. By doing so, we help show them the way to becoming true practitioners of the profession. The relationship between the Senior Mentor and the student is an informal, but very positive one in which frank and honest discussions can occur without judgment. Therefore, it fosters a tremendous learning environment.

Holman: The relationship is dynamic; it promotes stimulating thought through the exchange of experiences and dialogue. It is very satisfying and rewarding for both myself and the students.

Cdr Parent: Do you think that leaders have changed in the Canadian Forces? If so, in what manner?

Maddison: Absolutely. The Canadian Forces have changed significantly from 20 years ago. Today’s military leaders are better educated, more aware of the importance of a united Canadian Forces and the importance of a whole of government approach to solving problems especially in operations.

Sutherland: I agree. The officers of today are better prepared for strategic thought due, in large measure, to the professional military education that they receive — a program that is second to none. By the time they become general and flag officers, they possess the experiential and intellectual capacity to deal with today and future challenges.

Holman: They certainly have a great range of skills. Today’s officers are sophisticated, they are collaborative and they understand the importance of relationship building. I am very optimistic on the future of the next generation of leaders in the Canadian Forces.

Cdr Parent: As a last question, what parting words of wisdom would you like to pass on to future leaders who may be reading this article?

Maddison: As corny as it may sound, if you follow Truth, Duty, Valour in your endeavours you will never go wrong in your career or in life.

Sutherland: Value-based leadership is key to success. With a strong sense of values, you will be well prepared for any personal or professional challenges that may confront you.

Holman: As you learned when you were a cadet at military college, relationships are instrumental in order to succeed. Foster and cherish your relationships with others and they will be everlasting and rewarding.

Cdr Parent:  Thank you gentlemen.

16891 Cdr Guy Parent (RMC ’89) is the Programme Officer for the National Security Programme at the Canadian Forces College in Toronto.

***

Gentlemen et universitaires

Trois diplômés du CMR continuent de redonner aux FC longtemps après leur départ à la retraite

C’est le poète Robert Burns qui a le premier utilisé l’expression « un gentleman et un universitaire ». Cette louangeuse formule populaire décrit parfaitement un groupe unique d’officiers généraux à la retraite, tous diplômés du CMR, qui contribuent actuellement à la formation de la prochaine génération de professionnels de la sécurité nationale qui suivent le Programme de sécurité nationale (PSN) du Collège des Forces canadiennes de Toronto, au Canada.

Le PSN, un programme intensif d’une durée de 10 mois, est donné en résidence. Il prépare les leaders militaires ainsi que ceux de la fonction publique et du secteur privé à remplir leurs futures responsabilités stratégiques au sein d’un environnement complexe et ambigu de sécurité globale. Il est conçu pour inciter les futurs leaders à se servir de la pensée stratégique et les préparer à exceller dans un contexte interarmées, interorganisationnel et multinational dans le spectre complet de la stratégie et de la politique en matière de sécurité nationale.

Le Collège des Forces canadiennes bénéficie de l’expérience d’officiers généraux à la retraite qui jouent le rôle de mentors supérieurs auprès des stagiaires tout au long du Programme.

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec les trois mentors supérieurs (6014 Lgén Fred Sutherland, promotion 1965 du CMR, 9267 Vam Greg Maddison, promotion 1972 du CMR, et 6541 Mgén Fraser Holman, promotion 1965 du CMR) qui ont supervisé les candidats du PSN cette année jusqu’à la remise des diplômes en juin 2011. Je leur ai demandé de parler de leur vie après les Forces canadiennes ainsi que de leurs rôles à titre de mentors supérieurs. Je leur ai également demandé s’ils avaient quelques conseils à donner aux futurs leaders.

___________________________________________________________________

Capf Guy Parent : Il est très particulier d’avoir trois diplômés du CMR ici, au Collège des Forces canadiennes, qui agissent à titre de mentors supérieurs auprès des candidats du Programme de sécurité nationale (PSN). Vous avez tous eu de brillantes carrières au sein des Forces canadiennes et êtes présentement à la retraite. Quel est le plus grand avantage d’avoir quitté les FC?

Lgén Fred Sutherland : J’imagine que le plus grand avantage que j’en tire est d’avoir le temps d’explorer de nouvelles occasions d’emploi à l’extérieur des FC. Dans les FC, ma carrière a été grandement guidée par le leadership supérieur. Depuis mon départ à la retraite, j’ai eu l’occasion de jouer différents rôles et de remplir diverses responsabilités. Devenir mentor dans le cadre du PSN fait partie de ces occasions.

Vam Greg Maddison : Je dirais simplement que je peux maintenant faire ce que je veux, quand je veux et où je veux. Ce genre de souplesse est un changement bien accueilli.

Mgén Fraser Holman : Comme mes deux collègues, je conviens que le fait d’avoir du temps pour poursuivre ses intérêts est un grand avantage de la retraite des FC.

Capf Parent : Quel a été votre plus grand défi après la vie militaire?

Sutherland : Il n’y a plus personne pour vous dire « Faites-le » sur le terrain de golf. Par conséquent, plus de pression pour réussir ces courts coups roulés difficiles sur le vert! Sérieusement, le plus difficile quand on quitte une organisation telle que les Forces canadiennes est probablement le fait de perdre soudainement ce sens d’appartenance qui caractérise la vie militaire. Bien qu’on ne perde jamais vraiment ce lien, il est tout de même différent de celui qui existe quand on est en uniforme.

Maddison : Je suis d’accord, le plus grand défi repose sur le manque d’interaction quotidienne avec le personnel exceptionnel des Forces canadiennes. La camaraderie inhérente à la vie militaire est un vide difficile à combler.

Holman : C’est vrai, cela veut simplement dire que nous devons le trouver ailleurs. C’est la raison pour laquelle le fait de devenir un membre associé du mess des officiers local ou de joindre des organisations telles que la Légion royale canadienne ou le Royal Canadian Military Institute aident à combler ce vide.

Maddison : Je voudrais également ajouter que les compétences acquises dans les FC, notamment en communication, en relations humaines et en organisation, sont remarquables et contribuent à la transition à la vie civile.

Capf Parent : Qu’est-ce qui vous a motivé à devenir un mentor supérieur dans le cadre du Programme de sécurité nationale?

Sutherland : C’était une bonne façon de rétablir le lien avec la communauté militaire et d’en redonner à celle-ci. Je crois fermement que les futurs leaders supérieurs des FC, du gouvernement et du secteur privé ont besoin de mentorat, et c’est une façon pour moi de contribuer.

Maddison : En tant qu’officier de la Marine, j’ai toujours eu un mentor tout au long de ma carrière. J’ai eu à faire avec le Collège des Forces canadiennes durant ma carrière militaire et après celle-ci, donc je connaissais l’institution. Lorsqu’on m’a demandé de devenir mentor supérieur dans le cadre du Programme national de sécurité, j’ai saisi l’occasion.

Holman : J’ai toujours prévu travailler après ma carrière dans les Forces canadiennes et c’est pourquoi je me suis installé à Toronto à ma retraite. J’ai beaucoup participé aux activités du Collège des Forces canadiennes au cours des 20 dernières années, alors j’ai été très heureux de continuer à y travailler dans le cadre du Programme de sécurité nationale.  

Capf Parent : Quel a été le plus grand avantage de la relation entre le mentor supérieur et les stagiaires du Programme de sécurité nationale?

Maddison : J’ai suivi le programme du Collège de la Défense nationale à Kingston qui, à ce moment-là, était l’équivalent du PSN d’aujourd’hui. Nous n’avions pas de mentors à l’époque et je peux vous assurer que j’aurais certainement profité d’une telle présence. Dans le cadre du présent programme, on montre aux stagiaires les niveaux de pensée politique et géostratégique; en tant qu’officier général à la retraite, je peux leur transmettre mon expérience. À ce niveau, les gens travaillent dans la « zone grise » et c’est là que le mentorat prend toute sa valeur. Il nous permet de montrer à ces futurs leaders stratégiques de quelle façon nous avons traité les problèmes et trouvé des solutions dans ce monde complexe.

Sutherland : C’est une merveilleuse façon de contribuer au perfectionnement de la prochaine génération de leaders stratégiques. J’aime savoir qu’à titre de mentor supérieur, je peux partager mon expérience et, par conséquent, aider au perfectionnement de ces professionnels talentueux. Ce faisant, nous aidons à leur montrer comment devenir de véritables praticiens de la profession. La relation entre le mentor supérieur et le stagiaire est informelle, mais très positive, et nous permet d’avoir des discussions franches et honnêtes sans peur d’être jugé. Par conséquent, cela favorise un remarquable environnement d’apprentissage.

Holman : La relation est dynamique, elle stimule la réflexion grâce à l’échange d’expérience et au dialogue. C’est très satisfaisant et gratifiant, tant pour moi que pour les stagiaires.

Capf Parent : Croyez-vous que les leaders ont changé dans les Forces canadiennes? Le cas échéant, de quelle façon?

Maddison : Absolument. Les Forces canadiennes ont grandement changé au cours des 20 dernières années. Les leaders militaires d’aujourd’hui sont mieux formés et plus conscients de l’importance d’avoir des Forces canadiennes unies ainsi que de celle que revêt une approche pangouvernementale concernant la résolution de problème, en particulier au cours des opérations.

Sutherland : Je suis d’accord. Les officiers d’aujourd’hui sont mieux préparés à réfléchir de façon stratégique, en grande partie en raison de l’instruction militaire professionnelle qu’ils reçoivent – un programme sans égal. Lorsqu’ils deviennent des officiers généraux, ils possèdent l’expérience et la capacité intellectuelle nécessaires pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Holman : Ils possèdent assurément une vaste gamme de compétences. Les officiers d’aujourd’hui sont avertis, ils collaborent et comprennent l’importance de l’établissement de relations. Je suis très optimiste quant à l’avenir de la prochaine génération de leaders des Forces canadiennes.

Capf Parent : Une dernière question : avez-vous des conseils à donner aux futurs leaders qui lisent cet article?

Maddison : Aussi cliché que cela puisse paraître, si vous appliquez les principes de la Vérité, du Devoir et de la Vaillance dans vos entreprises, votre carrière et votre vie seront sans encombre.

Sutherland : Un leadership fondé sur les valeurs est la clé du succès. Grâce à un solide sens des valeurs, vous serez bien préparés à relever tous les défis personnels ou professionnels qui se trouveront sur votre route.

Holman : Comme vous l’avez appris lorsque vous étiez élèves-officiers au Collège militaire, les relations sont essentielles au succès. Favorisez et maintenez les relations avec les autres et ces relations seront indéfectibles et gratifiantes.

Capf Parent : Je vous remercie, messieurs.

Le 16891 Capf Guy Parent (promotion 1989 du CMR) est l’officier responsable du Programme de sécurité nationale du Collège des Forces canadiennes à Toronto, en Ontario