2020 Wall of Honour Honourees / Les lauréats du Mur d’honneur 2020

Editor’s note: As of Monday, August 31, 2020, the RMC website is still offline. The link below will not work until the website is restored. Thank you. / Note de l’éditrice: Au lundi 31 août 2020, le site web du CMR est toujours hors ligne. Le lien ci-dessous ne fonctionnera pas tant que le site web ne sera pas restauré. Merci.

2020 Wall of Honour Honourees

The RMC Wall of Honour Committee is pleased to announce the honourees for 2020: 9884 Lieutenant-Colonel Robert Douglas “Bob” Banks CD, MD, BEng and 14491 Colonel Karen Ritchie OMM, CD, MBA.  Unfortunately due to COVID-19, the 2020 Reunion Weekend (RWE) was cancelled thus there will be no Wall of Honour Ceremony this fall.  The 2020 Honourees will be officially inducted at the Ceremony during RWE 2021. Each Honouree citation and photo of the wall plaque is provided below.

The Committee thanks all those who made a nomination/submission and was pleased to consider eleven new submissions and two updated/revised submissions.  The 2021 nominations will open shortly and information on the process and criteria is available at

https://www.rmc-cmr.ca/en/college-commandants-office/rmc-wall-honour-criteria-and-protocol.

Submissions can be sent to Derek Lovlin at warywisdom@gmail.com.

Les lauréats du Mur d’honneur 2020

Le Comité du Mur d’honneur du CMR est heureux d’annoncer les lauréats pour 2020: 9884 Lieutenant-colonel Robert Douglas «Bob» Banks CD, MD, BEng et 14491 Colonel Karen Ritchie OMM, CD, MBA. Malheureusement en raison de la COVID-19, le week-end de la réunion 2020 (RWE) a été annulé, il n’y aura donc pas de cérémonie de Mur d’honneur cet automne. Les lauréats 2020 seront officiellement intronisés pendant la cérémonie de la réunion 2021. La citation et une photo de la plaque murale de chaque personne honorée est fournie ci-dessous.

Le Comité remercie tous ceux qui ont soumis une candidature et a été heureux d’examiner onze nouvelles soumissions et deux soumissions mises à jour / révisées. Les mises en candidature 2021 ouvriront sous peu et les renseignements sur le processus et les critères sont disponibles à l’adresse

https://www.rmc-cmr.ca/en/college-commandants-office/rmc-wall-honour-criteria-and-protocol.

Les soumissions peuvent être envoyées à Derek Lovlin à warywisdom@gmail.com.

10642 LCol (Ret’d) C.D. (Doug) Wright, CD

Chair, RMC Wall of Honour Governance Committee


9884 Lieutenant-Colonel Robert Douglas “Bob” Banks CD, MD, BEng

1951 –

Bob Banks grew up in Whitby, Ontario.  He was a good student, keenly interested in sports and displayed strong skills at writing and public speaking.  He also showed an intense interest in aviation, strongly influenced by an uncle who flew during World War II.  Wanting to fly as well, Bob entered the preparatory year at CMR in 1969 where he played varsity basketball.  Transferring to RMC in 1972, he displayed all-round abilities and was awarded the military proficiency badge in third year.  He graduated in 1974 with a bachelor’s degree in Civil Engineering.

Dr. Banks earned his pilot wings in 1975. He started his flying career on the CT-133 Silver Star, followed by the CP-107 Argus and CP-140 Aurora.  In 1982, Dr. Banks was selected for the Military Medical Training Plan.  He graduated as a medical doctor from the University of Toronto in 1986 and after completing internship, was posted to CFB Moose Jaw as a medical officer, flight surgeon and, eventually, Base Surgeon.  He also re-qualified on the CT-114 Tutor, conducted the airsickness rehabilitation program and became the designated team doctor for the Snowbirds.  When flying, he occasionally experienced difficulty tolerating G-forces during aerobatics that followed zero-G (weightlessness) or negative-G (inverted) manoeuvres. Since lowered G-tolerance can lead to loss of consciousness in flight and, lacking any science that described the problem, Bob began doing the research.

From 1991 to 1993, Dr. Banks completed a two year residency at the US Naval Air Station Pensacola, Florida.  Although a student, he was given the opportunity to further his research.  Using a NASA centrifuge and human subjects, he repeatedly reproduced the flight conditions and associated human symptoms previously observed. He identified the physiological basis of the problem and defined both the threat to safety and need for prevention. He named the discovery the “push-pull effect” to describe the control stick input needed to cause it.  He published the first scientific paper describing this phenomenon.

The “push-pull effect” and the underlying physiological mechanisms have been repeatedly verified using animal and human studies, and mathematical modeling.  Research by others determined that the “push-pull effect” accounted for approximately 30% of reported in-flight G-induced loss of consciousness events and is a known cause of fatal crashes including that of a CF-188 Hornet.  It has been recognized as a potential threat during spaceflight re-entry, particularly sub-orbital commercial flights. Preventive measures to account for the “push-pull effect” have been developed, including US amusement ride safety standards.  In 1996, Dr. Banks was presented with the Arnold D. Tuttle Award by the Aerospace Medicine Association for the most significant contribution to Aerospace Medicine that year.

Dr. Banks retired from the Canadian Armed Forces (CAF) in 1997 and joined Biodynamic Research Corporation (BRC) in San Antonio as a physician-engineer.  He filled successive roles as Consultant, Executive Vice-President and Board Director until his retirement in 2019.  In 2003, Dr. Banks was among a select group of senior flight surgeons invited to assist NASA in detailed investigations of the crash of the Space Shuttle Columbia. He assumed the leading role in analysing the injuries of the crew and was lead author of the final (closed) report. The historical and ground-breaking findings have influenced spacecraft safety designs and procedures. In 2009, he shared the NASA Group Achievement Award for outstanding completion of the Columbia survival investigation report. In 2010, Dr. Banks was presented the Colonel John Paul Stapp award by the Aerospace Medicine Association for his outstanding contributions to biomechanics and for work on the Columbia accident.

Dr. Banks is an accomplished author, having published over thirty papers and book chapters and has made or contributed to over 25 scientific presentations, many of which were published in the journal of Aerospace Medical Association. A peer-reviewer and former member of an editorial board, he is an elected Fellow of the Aerospace Medical Association.

Dr. Banks’ contributions as an educator have resulted in notable recognitions; twice receiving the Naval Aerospace and Operational Medical Institute “Golden Apple” Award for outstanding lecturer as well as the Field Instructor of the Year and the Academic Instructor of the Year awards from the US Air Force School of Aerospace Medicine where he lectures as a Clinical Adjunct Professor.  He taught and mentored CAF flight surgeons at the School of Operational Medicine for over 25 years.

In the scientific realm, he has been recognized as an expert in diagnosis and treatment of airsickness, the physiological effects of high-agility flight, the human response to sustained and impact acceleration and the cause and mechanisms of traumatic injury. As an engineer, he has developed use of digital photogrammetry as an aid in the modeling of crash events.  His training and experience as an engineer, pilot and doctor have created a unique intellectual skill set for the investigation of major vehicle crashes.

Bob and his spouse, Patti, have two sons, two daughters and five grandchildren.

Plaque Inscription: Pilot, Physician, Engineer, Educator, Author


9884 Lieutenant-Colonel Robert Douglas “Bob” Banks CD, MD, BEng

1951 –

Bob Banks a grandi à Whitby, en Ontario.  Il était un bon étudiant, s’intéressait vivement aux sports et faisait preuve de solides compétences en matière d’écriture et de prise de parole en public.  Il montrait également un intérêt marqué pour l’aviation, fortement influencé par un oncle qui avait volé pendant la Seconde Guerre mondiale.  Désireux de voler lui aussi, Bob entra en 1969 en année préparatoire au CMR où il joua au basket-ball universitaire.  Transféré au RMC en 1972, il y fit preuve d’aptitudes polyvalentes et y reçut l’insigne de compétence militaire en troisième année.  Il a obtenu son diplôme de bachelier en génie civil en 1974.

Le Dr Banks a obtenu son brevet de pilote en 1975. Il a commencé sa carrière de pilote sur le CT-133 Silver Star, puis sur le CP-107 Argus et le CP-140 Aurora.  En 1982, le Dr Banks a été sélectionné pour le programme d’entraînement médical militaire.  Il a obtenu son diplôme de médecin à l’université de Toronto en 1986 et, après son internat, a été affecté à la BFC Moose Jaw en tant que médecin militaire, médecin de vol et, finalement, chirurgien de la base.  Il s’est également requalifié sur le CT-114 Tutor, a mené le programme de réadaptation au mal de l’air et est devenu le médecin d’équipe désigné pour les Snowbirds.  En vol, il a parfois éprouvé des difficultés à tolérer les forces G lors des acrobaties aériennes qui suivaient les manœuvres en apesanteur (G zéro) ou en inversion (G négatif). Comme une tolérance G réduite peut entraîner une perte de conscience en vol et qu’aucune donnée scientifique ne décrivait le problème, Bob a commencé à faire des recherches.

De 1991 à 1993, le Dr Banks a effectué une résidence de deux ans à la base aéronavale américaine de Pensacola, en Floride.  Bien qu’étudiant, il a eu la possibilité de poursuivre ses recherches.  En utilisant une centrifugeuse de la NASA et des sujets humains, il a reproduit à plusieurs reprises les conditions de vol et les symptômes humains précédemment observés. Il a identifié le fondement physiologique du problème et a défini à la fois la menace pour la sécurité et le besoin de prévention. Il a baptisé cette découverte “l’effet push-pull” pour décrire l’action du manche à balai nécessaire pour le provoquer.  Il a publié le premier article scientifique décrivant ce phénomène.

“L’effet push-pull” et les mécanismes physiologiques sous-jacents ont été vérifiés à plusieurs reprises à l’aide d’études animales et humaines et de modélisation mathématique.  Des recherches menées par d’autres chercheurs ont déterminé que “l’effet push-pull” représentait environ 30 % des pertes de conscience induites par le G en vol et était une cause connue d’accidents mortels, dont celui d’un CF-188 Hornet.  Il a été reconnu comme une menace potentielle lors de la rentrée dans l’espace, en particulier pour les vols commerciaux suborbitaux. Des mesures préventives pour tenir compte de “l’effet push-pull” ont été développées, notamment les normes américaines de sécurité des manèges.  En 1996, le Dr Banks a reçu le prix Arnold D. Tuttle de l’Association de médecine aérospatiale pour la contribution la plus significative à la médecine aérospatiale cette année-là.

Le Dr Banks a pris sa retraite des Forces armées canadiennes (FAC) en 1997 et a rejoint la Biodynamic Research Corporation (BRC) à San Antonio en tant que médecin-ingénieur.  Il y a occupé successivement les postes de consultant, de vice-président exécutif et de directeur du conseil d’administration jusqu’à sa retraite en 2019.  En 2003, le Dr Banks a fait partie d’un groupe restreint de médecins de vol seniors invités à assister la NASA dans les enquêtes détaillées sur l’écrasement de la navette spatiale Columbia. Il a assumé le rôle principal dans l’analyse des blessures de l’équipage et a été l’auteur principal du rapport final (fermé). Les conclusions historiques et révolutionnaires ont influencé la conception et les procédures de sécurité des vaisseaux spatiaux. En 2009, il a partagé le NASA Group Achievement Award pour l’achèvement exceptionnel du rapport d’enquête sur la survie de Columbia. En 2010, le Dr Banks a reçu le prix Colonel John Paul Stapp de l’Association de médecine aérospatiale pour sa contribution exceptionnelle à la biomécanique et pour son travail sur l’accident de Columbia.

Le Dr Banks est un auteur accompli, ayant publié plus de trente articles et chapitres de livres et a fait ou contribué à plus de 25 présentations scientifiques, dont beaucoup ont été publiées dans le journal de l’Association de médecine aérospatiale. Il est membre émérite élu de cette association et a été membre d’un comité de lecture et d’un comité éditorial.

Les contributions du Dr Banks en tant qu’éducateur ont donné lieu à des reconnaissances notables ; il a reçu à deux reprises le prix “Golden Apple” du Naval Aerospace and Operational Medical Institute pour son excellence en tant que conférencier, ainsi que les prix de l’instructeur-superviseur de l’année et de l’instructeur académique de l’année de l’US Air Force School of Aerospace Medicine, où il enseigne en tant que professeur auxiliaire clinique.  Il a enseigné et encadré les médecins de vol de la CAF à l’École de médecine opérationnelle pendant plus de 25 ans.

Dans le domaine scientifique, il a été reconnu comme un expert du diagnostic et du traitement du mal de l’air, des effets physiologiques du vol à haute agilité, de la réponse humaine à l’accélération soutenue et à l’impact, ainsi que de la cause et des mécanismes des blessures traumatiques. En tant qu’ingénieur, il a développé l’utilisation de la photogrammétrie numérique comme aide à la modélisation des accidents.  Sa formation et son expérience en tant qu’ingénieur, pilote et médecin ont créé un ensemble unique de compétences intellectuelles pour l’investigation des accidents importants de véhicules.

Bob et son épouse, Patti, ont deux fils, deux filles et cinq petits-enfants

Inscription de la plaque : Pilote, Médecin, Ingénieur, Éducateur, Auteur


14491 Colonel Karen Ritchie, OMM, CD, MBA

1963 – 2008

Born in England, Karen Ritchie emigrated to Canada with her family in 1973. After graduating from Milton District High School in 1980, she was accepted into the Regular Officer Training Plan at RMC. The Canadian Armed Forces (CAF) had begun a period of transformation focused on wider options for women, gender integration in many branches and consequently, increased recruitment of women. As a result, Karen was among the thirty-two women admitted to RMC in the fall of 1980 known affectionately as the “New Thirty-two” (a tongue in cheek acknowledgement of the “Old Eighteen”), these ladies were trail blazers. They helped transform the military colleges to co-educational institutions and demonstrated that given the opportunity, a military career was achievable, suitable and desirable for many women. These women showed courage and determination as they tackled the challenges of an historically male domain. They inspired young ladies across Canada to follow in their footsteps through RMC and subsequently to military careers.

Karen graduated RMC in 1985 with a bachelor’s degree in mechanical engineering and was commissioned as a Second Lieutenant.

Colonel Ritchie pursued a non-traditional career path as an officer in the Electrical and Mechanical Engineering (EME) Branch, where the operational field postings to vehicle and weapons maintenance units were heavily populated with men. She embraced the challenges of transformational leadership and skillfully implemented change management that paved the way for necessary evolution and gender acceptance within Army technical trades. She quickly became a role model for other military women pursuing their own careers, and a mentor for the soldiers under her command at all levels. Colonel Ritchie’s career path followed a pattern typical of a junior EME officer, with solid leadership postings to field maintenance units and headquarters staffs. Her natural leadership talents were evident and she progressed rapidly through key positions. She attained a master’s degree in 1996 in integrated logistics support and was appointed as an Officer in the Order of Military Merit. Following graduation from the Canadian Forces College Command and Staff Course in 2000, she was promoted to Lieutenant-Colonel and designated as the Canadian Forces Gender Integration and Employment Equity Officer. Her first command appointment came as Commanding Officer of Area Support Unit Toronto.

Perhaps her most notable military accomplishment was when, in 2004, she was the first among the “New Thirty-two” promoted to the rank of Colonel. Following two key staff positions, she assumed command of 5 Area Support Group (5 ASG) and was the first woman to hold that position. 5 ASG is a 4,300-person bilingual formation, headquartered in Montreal, with over sixty sites and three garrisons, responsible for the logistic, administrative, construction engineering, policing and communications support to the Army in the Province of Quebec.

Colonel Ritchie also held a significant appointment as the Canadian delegate to the Committee on Women in the NATO Forces, serving as its Deputy Chairperson.

Voluntarism was important to Colonel Ritchie and she translated her beginnings as a Brownie and Girl Guide into a life-long attachment to the Guiding movement, for which she was granted the Queen’s Guide Award.  Karen was deeply involved at all levels from unit to national headquarters, and whilst living across Canada, Germany and the Arabian Gulf, she rose as a celebrated leader to become a Director of the Board. She was instrumental in the planning committee for major events such as Guiding Mosaic 2006 and the Membership Recruitment Task Force. She applied her passion for the organization into helping young women develop their leadership skills and self-confidence towards reaching their own potential. She also served as Director of the Board for the Friends of the Canadian War Museum and was later remembered by the Board Secretary as a much-liked, well-respected and capable Director.

In her honour, Colonel Ritchie’s own peers organized the “First Thirty-two Fund” in order to send deserving Girl Guides to a major event called Mosaic 2010. To this day, the Girl Guides of Canada annually award the Colonel Karen Ritchie Memorial National Scholarship to deserving Guides entering their first year of an engineering program.

Colonel Ritchie’s life ended, sadly, in a tragic accident in 2008 at the age of 45. Her career, and the potential she had, reflected well on the leadership skills learned at RMC and we are left to wonder what might have been. She approached her brief Army career with vigour, enthusiasm and courage to overcome obstacles. She excelled at being an officer and epitomized the CAF fulfillment of gender integration and expanded roles and equality for women, while establishing a reliable and inspirational path for others to come. She stands at the forefront of an important movement and embodies the precepts of “Truth, Duty, Valour”.

Colonel Ritchie is survived by her husband Chief Warrant Officer Don Peddle, father John, mother Barbara, and sisters Angela and Tracey.

Plaque Inscription:  Soldier, Leader, Mentor, Guider


14491 Colonel Karen Ritchie, OMM, CD, MBA

1963 – 2008

Née en Angleterre, Karen Ritchie a émigré au Canada avec sa famille en 1973. Après avoir obtenu son diplôme du Milton District High School en 1980, elle a été acceptée dans le programme de formation des officiers de la force régulière du CMR. Les Forces armées canadiennes (FAC) ont entamé une période de transformation axée sur l’élargissement des options offertes aux femmes, l’intégration de l’égalité des sexes dans de nombreuses branches et, par conséquent, l’augmentation du recrutement des femmes. Ainsi, Karen fait partie des trente-deux femmes admises au CMR à l’automne 1980, affectueusement appelées les “New Thirty-two” (un clin d’œil aux “Old Eighteen”), ces femmes sont des pionnières. Elles ont contribué à transformer les collèges militaires en établissements d’enseignement mixte et ont démontré que, si on leur en donnait la possibilité, une carrière militaire était réalisable, appropriée et souhaitable pour de nombreuses femmes. Ces femmes ont fait preuve de courage et de détermination en relevant les défis d’un domaine historiquement masculin. Elles ont inspiré les jeunes femmes de tout le Canada à suivre leurs traces au CMR et, par la suite, dans les carrières militaires.

Karen a obtenu un baccalauréat en génie mécanique au CMR en 1985 et a été commissionnée comme sous-lieutenant.

Le colonel Ritchie a suivi un cheminement de carrière non traditionnel en tant qu’officier dans la branche du génie électrique et mécanique (GEM), où les affectations opérationnelles sur le terrain dans les unités de maintenance des véhicules et des armes étaient fortement peuplées d’hommes. Elle a relevé les défis du leadership transformationnel et a habilement mis en œuvre la gestion du changement qui a ouvert la voie à l’évolution nécessaire et à l’acceptation du genre dans les métiers techniques de l’armée de terre. Elle est rapidement devenue un modèle pour les autres femmes militaires poursuivant leur propre carrière, et un mentor pour les soldats sous son commandement à tous les niveaux. Le parcours professionnel du colonel Ritchie a suivi un schéma typique d’un officier subalterne du GEM, avec de solides affectations de direction dans les unités de maintenance sur le terrain et les états-majors des quartiers généraux. Ses talents naturels de leader étaient évidents et elle a progressé rapidement vers des postes clés. En 1996, elle a obtenu une maîtrise en soutien logistique intégré et a été nommée officier dans l’Ordre du mérite militaire. Après avoir suivi le cours de commandement et d’état-major du Collège des Forces canadiennes en 2000, elle a été promue lieutenant-colonel et désignée comme officier responsable de l’intégration des femmes et de l’équité en matière d’emploi dans les Forces canadiennes. Elle a été nommée pour la première fois au commandement de l’unité de soutien de zone de Toronto.

Sa réalisation militaire la plus remarquable est sans doute le fait qu’en 2004, elle a été la première parmi les “New Thirty-two” à être promue au grade de colonel. Après avoir occupé deux postes clés au sein de l’état-major, elle a pris le commandement du 5e groupe de soutien de zone (5e GSS) et a été la première femme à occuper ce poste. Le 5e GSS est une formation bilingue de 4 300 personnes, basée à Montréal, avec plus de soixante sites et trois garnisons, responsable du soutien logistique, administratif, du génie construction, du maintien de l’ordre et des communications de l’armée dans la province de Québec.

Le colonel Ritchie a également occupé un poste important en tant que délégué canadien au sein de la Commission sur les femmes dans les forces de l’OTAN, dont il était le vice-président.

Le volontariat était important pour le colonel Ritchie et elle a traduit ses débuts en tant que Brownie and Girl Guide en un attachement de toute une vie au mouvement guide, pour lequel elle a reçu le Queen’s Guide Award.  Karen était profondément impliquée à tous les niveaux, de l’unité au quartier général national, et alors qu’elle vivait au Canada, en Allemagne et dans le golfe Persique, elle s’est élevée au rang de leader célèbre pour devenir directrice du conseil d’administration. Elle a joué un rôle essentiel dans le comité de planification des grands événements tels que la Mosaïque du guide 2006 et le groupe de travail sur le recrutement des membres. Elle a mis sa passion pour l’organisation au service des jeunes femmes pour les aider à développer leurs compétences de leadership et leur confiance en soi afin de réaliser leur propre potentiel. Elle a également été directrice du conseil d’administration des Amis du Musée canadien de la guerre et le secrétaire du conseil d’administration s’est souvenu d’elle comme d’une directrice appréciée, respectée et compétente.

En son honneur, les propres pairs du colonel Ritchie ont organisé le “First Thirty-two Fund” afin d’envoyer des guides méritantes à un événement majeur appelé Mosaic 2010. À ce jour, les Guides du Canada décernent chaque année la bourse nationale commémorative Colonel Karen Ritchie aux guides méritantes qui entrent en première année d’un programme d’ingénierie.

La vie du colonel Ritchie s’est malheureusement terminée par un tragique accident en 2008, à l’âge de 45 ans. Sa carrière, et le potentiel qu’elle avait, reflétaient bien les compétences de leadership acquises au CMR et nous nous demandons ce qui aurait pu être. Elle a abordé sa brève carrière dans l’armée avec vigueur, enthousiasme et courage pour surmonter les obstacles. Elle excellait dans le métier d’officier et incarnait la réalisation des FAC en matière d’intégration des sexes et d’élargissement des rôles et de l’égalité des femmes, tout en établissant un parcours fiable et inspirant pour les autres à venir. Elle est à l’avant-garde d’un mouvement important et incarne les préceptes de “Vérité, Devoir, Vaillance”.

Le colonel Ritchie laisse dans le deuil son mari, l’adjudant-chef Don Peddle, son père John, sa mère Barbara et ses sœurs Angela et Tracey.

Inscription de la plaque : Soldat, leader, mentor, cheftaine chez les Guides

One Comment