• Home
  • /
  • Branch News
  • /
  • 21217 Col Corinna Heilman Talks Being Director of Cadets with the Kingston Branch / 21217 Le Col Corinna Heilman parle d’être directrice des élèves-officiers avec la branche de Kingston

21217 Col Corinna Heilman Talks Being Director of Cadets with the Kingston Branch / 21217 Le Col Corinna Heilman parle d’être directrice des élèves-officiers avec la branche de Kingston

Article and Photos by 25366 Anna-Michelle Shewfelt / Article et photos de 25366 Anna-Michelle Shewfelt

This past Wednesday, being the first Wednesday of the month, saw members of the Kingston Branch gather at the Senior Staff Mess for their monthly luncheon. November’s guest speaker was 21217 Col Corinna Heilman (RMC 1997), RMC’s Director of Cadets (DCdts). She took the time to give the Branch members a glimpse into both her initial impressions on coming back to the College this past June and into continuing the momentum of change on the peninsula that has characterized the last few years.

Mercredi dernier, étant le premier mercredi du mois, des membres de la branche de Kingston se sont rassemblés au Mess des Officiers et des Cadres pour leur déjeuner mensuel. Le Col Corinna Heilman (CMRC 1997), directrice des élèves-officiers du CMRC, a été la conférencière invitée de novembre. Elle a pris le temps de donner aux membres de la filiale un aperçu de ses impressions initiales lors de son retour au Collège en juin dernier et de la poursuite de la dynamique de changement dans la péninsule qui a caractérisé ces dernières années.

“Did I ask to be DCdts? Did I ever think I’d have this job? The answer to both is no,” she said. “I never thought this job was in the cards for me. This job has traditionally been one for operators, not a logistician. That being said, it’s an honour and I’m humbled to be back here.” As she went on to explain, “Things look a lot different from the other side of the Parade Square. So much has changed while so much has stayed the same. It’s been a huge eye-opener. I am absolutely astounded at the amount of cultural change which has happened in the last two years alone. Still, while so much has been done, we can’t afford to lose the momentum. How we do that without risking change fatigue is the challenge.”

«Ai-je demandé à être directrice des élèves-officiers? Est-ce que je pensais avoir ce travail? La réponse à ces deux questions est non », a-t-elle déclaré. «Je n’ai jamais pensé que ce travail était prévu pour moi. Ce travail a traditionnellement été réservé aux opérateurs et non à un logisticien. Cela dit, c’est un honneur et je suis honoré d’être de retour ici.» Comme elle a expliqué, «Tant de choses ont changé alors que tant de choses sont restées les mêmes. Cela a été une grande révélation. Je suis absolument ébahi par l’ampleur des changements culturels survenus ces deux dernières années seulement. Malgré tout ce qui a été fait, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre notre élan. Comment pouvons-nous faire cela sans risquer la fatigue du changement, voilà le défi.»

As Col Heilman went on to observe, military training at RMC looks very different today than it did when she was a Cadet. “It’s morphed from almost strictly military training into more professional development. I emphasize the need for individual personal development in particular.” The demographic which receives that training today is also different from that at other units. “RMC is just another unit in the CAF but it is unlike any other unit in the CAF. For example, while the cultural backgrounds of our Cadets are diverse, their ages are not. They’re all pretty much 18-25. So if we try to apply CAF-wide programs without tailoring them, what do we miss? It’s a challenge.” And, as she stated, RMC is less a training environment and more of an educational one. “Are we going to do ‘actual training,’ meaning going into the field? That doesn’t fit the RMC model. That being said, we’re going to leverage whatever training opportunities we can so that our Cadets can develop a deeper understanding of what will be asked of them as junior officers.”

Comme le Col Heilman a ensuite observé, l’entraînement militaire au CMRC est très différent aujourd’hui de celui qu’elle avait vécu lorsqu’elle était élève officier. «L’entraînement presque militaire est devenu un perfectionnement professionnel. Je souligne en particulier le besoin de développement personnel individuel.» Le groupe démographique qui reçoit cette formation aujourd’hui est également différent de celui des autres unités. «Le CMRC n’est qu’une autre unité des FAC, mais il ne ressemble à aucune autre unité des FAC. Par exemple, bien que les milieux culturels de nos cadets soient diversifiés, leurs âges ne le sont pas. Ils ont tous à peu près 18-25 ans. Alors, si nous essayons d’appliquer des programmes à l’échelle des FAC sans les personnaliser, qu’est-ce qui nous manque? C’est un défi.» Et, comme elle l’a dit, le CMRC est moins un environnement de formation que davantage un environnement éducatif. «Allons-nous faire une formation réelle? Cela ne correspond pas au modèle CMRC. Cela étant dit, nous allons tirer parti de toutes les occasions d’entraînement possibles pour que nos cadets puissent mieux comprendre ce que l’on leur demandera en tant qu’officiers subalternes.»

For Col Heilman, the younger demographic of the Cadet Wing poses its own unique challenges. “As a parent with kids the same age as the Cadets I have a bit of a different perspective,” she told the Branch members. “This generation has been called lazy, amongst other things, but they’re not better or worse than any other generation. They’re just different. And they live in an environment that can be foreign to me. Communication with families is very different than when I was here. We didn’t have the almost instant communication they have today. And that goes for communication within the College, as well. It creates the pressure for instant responses. No wonder they can’t just turn it off!” In her role as Director of Cadets, this is an important factor for her to consider. “I don’t have all the answers but I am paying attention. This generation is the most connected ever but they’ve lost that personal connection piece and so they’re also the loneliest generation ever. That shows up on the mental health side and we take that into account when planning events like training weekends.”

Pour le Col Heilman, la jeune population de l’escadre des élèves-officiers pose ses propres défis. «En tant que parent d’enfants du même âge que les élèves-officiers, ma perspective est un peu différente», a-t-elle déclaré aux membres de la branche. «Cette génération a été appelée paresseuse, entre autres choses, mais elle n’est ni meilleure ni pire que toute autre génération. Ils sont juste différents. Et ils vivent dans un environnement qui peut m’être étranger. La communication avec les familles est très différente de celle que j’avais quand j’étais ici. Nous n’avions pas la communication quasi instantanée qu’ils ont aujourd’hui. Et cela vaut également pour la communication au sein du Collège. Cela crée une pression pour des réponses instantanées. Rien d’étonnant à ce qu’ils ne puissent tout simplement pas l’arrêter!» En tant que directrice des élèves-officiers, il s’agit là d’un facteur important à prendre en compte. «Je n’ai pas toutes les réponses mais je fais attention. Cette génération est la plus connectée de tous les temps, mais elle a perdu cette connexion personnelle et constitue donc la génération la plus solitaire de tous les temps. Cela se manifeste du côté de la santé mentale et nous en tenons compte lorsque nous planifions des événements tels que les week-ends d’entraînement.»

Col Heilman was quick to clarify that her unique perspective doesn’t just come from having kids the same age as the Cadets. Her son is a Fourth Year Cadet at RMC. “It’s made for an interesting situation,” she said with a laugh. She was quick to point out that the situation has helped with one of her objectives for her time back at the College. “I want to humanize the senior officer,” she explained. “It’s too easy for Cadets to view senior officers who are doing great things and who have it all together and think that they’ve always been like that. I mean, yes I’m a Colonel and their boss but I’m a mom, too, and they see that.”

Le Col Heilman n’a pas tardé à préciser que son point de vue unique ne venait pas seulement d’avoir des enfants du même âge que les élèves-officiers. Son fils est élève de quatrième année au CMR. «C’est fait pour une situation intéressante», a-t-elle dit en riant. Elle a rapidement fait remarquer que la situation l’avait aidée à atteindre l’un de ses objectifs depuis son retour au Collège. «Je veux humaniser l’officier supérieur», a-t-elle expliqué. «C’est trop facile pour les élèves-officiers de voir des officiers supérieurs qui font de grandes choses et qui ont tout en commun et qui pensent qu’ils ont toujours été comme ça. Je veux dire, oui, je suis un colonel et leur chef, mais je suis aussi une mère, et ils le voient.»

“I am inspired by the Cadets every day,” she said in closing. “They are bright, motivated, and they ask hard questions. They have a thirst for the why.”

The Kingston Branch would like to thank Col Heilman for taking the time to provide her perspective as RMC’s Director of Cadets.

The December Luncheon for the Branch will be on Wednesday, December 4 at 1200 in the Senior Staff Mess. 3572 Frank Norman (RRMC/RMC 1956) will be speaking on a variety of subjects.

«Les élèves-officiers m’inspirent tous les jours», a-t-elle conclu en terminant. «Ils sont brillants, motivés et posent des questions difficiles. Ils ont soif du pourquoi. “

La branche de Kingston souhaite remercier le Col Heilman d’avoir pris le temps de donner son point de vue en tant que directeur des cadets du CMRC.

Le déjeuner de décembre pour la succursale aura lieu le mercredi 4 décembre à 12 h 00 au mess du personnel supérieur. 3572 Frank Norman (RRMC/CMRC 1956) parlera de nombreux sujets.