28560 Bennett Dickson: Graduating During COVID / Diplomation durant COVID

Editor’s Note: Bennett Dickson’s articles have been a feature of eVeritas over the last few years. We wish him all the best as he graduates! 

28560 Bennett Dickson (File photo/Photo de fichier)

If I went back to 2017 and told an 18 year-old me, an eager first year at CMR Saint-Jean, that my undergrad would finish at 12:38pm following an exam I wrote in my pajamas in my parent’s home office, I would think you’re crazy.

Yet, four years later, here we are.

The RMC Class of 2021 will be quite literally unlike any other in RMC history. An entire year of dispersed learning, no grad parade, no in-person convocation ceremony, and no grad ball. In a few weeks, the current 4th Year N/OCdts will be sent across the country as commissioned officers to begin their careers in the CAF. And to be honest, we’re nervous.

But it would be foolish to assume that the pandemic has resulted in nothing but negatives. There were definitely some positives to the last year, as well.

I may only be speaking for myself, but I have had the time of my life living with my friends off campus. Being able to go out and have household parties with the guys I spent the last four years of my life with is something that I quite literally owe to the pandemic, as weird as that may be to say.

When it comes to being a future officer, I am a true believer that this pandemic has taught us a lot. It’s taught us to embrace change, embrace fluctuating schedules, and look out for one another. I know a lot of people who have been going through a hard time because of the pandemic so being able to lean on one another is more important now than ever. And I think I speak for everyone when I say that these skills and experiences will do nothing but benefit us in the future.

In short, this year has been a rollercoaster. I’m mad at a lot of things and upset that my fourth year was essentially “robbed” from me; there were a lot of things I had been looking forward to since I was kid that I am no longer able to do. At the same time, I’m going to have a ton of stories to tell and experiences that are quite like any other.

All in all, it’s been a pleasure RMC. You’ve made the best of times and the worst of times.


Note de l’éditrice: les articles de Bennett Dickson ont été une caractéristique d’eVeritas au cours des dernières années. Nous lui souhaitons la meilleure des chances pour ses études!

Si je retournais en 2017 et je disais à un jeune de 18 ans comme moi-même, un première année enthousiaste au CMR Saint-Jean, que mon cours universitaire finirait à 12h38 après un examen que j’aurais passé en pyjama dans un bureau au domicile de mes parents, je me dirais que je suis devenu fou !

Pourtant, quatre ans plus tard, nous y sommes.

La classe RMC de 2021 ne ressemblera littéralement à aucune autre dans l’histoire du RMC. Une année entière d’apprentissage dispersé, pas de défilé des diplômés, pas de cérémonie de remise des diplômes en personne et pas de bal des diplômés. Dans quelques semaines, les élof / aspm actuels de 4e année seront envoyés partout au pays à titre d’officiers commissionnés pour commencer leur carrière dans les FAC. Et, en toute honnêteté, nous sommes nerveux.

Mais il serait insensé de prétendre que la pandémie n’a entraîné que des effets négatifs. Cette dernière année nous a aussi apporté des points positifs.

Je parle peut-être pour moi-même, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à vivre avec mes amis à l’extérieur du campus. Pouvoir sortir et organiser des fêtes avec les gars avec qui j’ai passé les quatre dernières années de ma vie est quelque chose que je dois littéralement à la pandémie, aussi étrange que cela puisse paraître.

Quand il s’agit d’être un futur officier, je suis convaincu que cette pandémie nous a beaucoup appris, tel que d’accepter le changement, de s’adapter aux horaires fluctuants, et de faire attention les uns aux autres. Je connais beaucoup de gens qui ont traversé une période difficile à cause de la pandémie et, par conséquent, il s’avère plus important que jamais de pouvoir s’appuyer les uns sur les autres. Et je pense que je parle au nom de tout le monde quand je dis que ces compétences et ces expériences nous profiteront définitivement à l’avenir.

En bref, cette année a été comme une montagne russe. Je suis en colère contre beaucoup de choses et contrarié que ma quatrième année m’ait été essentiellement «dérobée» ; il y avait beaucoup de choses que j’attendais avec impatience depuis que je suis enfant et que je ne pourrai réaliser. En même temps, je vais avoir une tonne d’histoires à raconter et d’expériences comme pas une.

Dans l’ensemble, ce fut un plaisir, RMC, toi qui m’a permis de vivre le meilleur et le pire.