• Home
  • /
  • e. What's Happening At RMC
  • /
  • 28560 OCdt (IV) Bennett Dickson Reflects on Spring Quarantine at RMC (Part 1) / 28560 Élof (IV) Bennett Dickson réfléchit à la quarantaine printanière au CMR (partie 1)

28560 OCdt (IV) Bennett Dickson Reflects on Spring Quarantine at RMC (Part 1) / 28560 Élof (IV) Bennett Dickson réfléchit à la quarantaine printanière au CMR (partie 1)

Above: Making sure Brucie was suitably protected from COVID19 was a popular distraction for Cadets during the spring lockdown at RMC. /  Ci-dessus: S’assurer que Brucie était correctement protégé contre le COVID19 était une distraction populaire pour les élèves-officiers pendant le verrouillage du printemps au CMR.

Article by 28560 OCdt (IV) Bennett Dickson

In early March of 2020, the novel coronavirus, also known as COVID-19, began making its way into Canada. Around this time, mid-terms were in full swing at RMC and the Cadet Wing was getting ready for the Winter PPT.

While it started out as a buzzword on news channels and on social media platforms, this “coronavirus” turned into a very real issue for the country. And, before long, the Cadets at RMC were told we’d be confined for 23 days. For some this was worrying, but for many, we were upset that we wouldn’t be able to attend the St. Patty’s Day festivities at Queen’s.

Little did we know it was for the best.

We kept ourselves busy by going to the gym, taking the lack of distractions as a sign to study properly, and holding sports events such as volleyball outside. But over the span of the next two weeks, COVID would pick up a lot of momentum and push the country into a state of quarantine. And, on March 24th, it was announced that Officer Cadets at the Royal Military College of Canada would be sent home for the foreseeable future.

The Parade Square, a landmark for RMC, turned into a processing zone as parents arrived to pick up their kids. Unable to leave their cars, parents watched as officer cadets hurried out their dorms, packed their bags, and left the College. No one knew how long we’d be like this or if we’d be returning to RMC at all.

It was truly a sight to see; this is the first time in RMC history I know of that an event like this would ever occur.

Editor’s Note: This is the first in a series of three articles. Be sure to check the next edition for more!


Article par 28560 Élof (IV) Bennett Dickson

Au début de mars 2020, le nouveau coronavirus, également connu sous le nom de COVID-19, a commencé à faire son chemin au Canada. À peu près à la même temps, la mi-session battait son plein au CMR et l’escadre des élèves-officiers se préparait pour le TAP d’hiver.

Alors qu’il a commencé comme un mot à la mode sur les chaînes d’information et sur les plateformes de médias sociaux, ce «coronavirus» est devenu un problème très réel pour le pays. Et, avant longtemps, les élèves-officiers du CMR ont appris que nous serions confinés pendant 23 jours. Pour certains, c’était inquiétant, mais pour beaucoup, nous étions mécontents de ne pas pouvoir assister aux festivités de la Saint-Patrick à Queen’s.

Nous ne savions pas que c’était pour le mieux.

Nous nous sommes occupés en allant à la salle de sport, en prenant le manque de distractions comme un signe pour bien étudier et en organisant des événements sportifs comme le volleyball à l’extérieur. Mais au cours des deux prochaines semaines, COVID prendrait beaucoup d’élan et mettrait le pays en quarantaine. Et, le 24 mars, on a annoncé que les élèves-officiers du Collège militaire royal du Canada seraient renvoyés chez eux dans un avenir prévisible.

Le terrain de parade, un point de repère pour CMR, est devenu une zone de traitement lorsque les parents sont arrivés pour récupérer leurs enfants. Incapables de quitter leur voiture, les parents ont vu les élèves-officiers sortir précipitamment de leur dortoir, faire leurs valises et quitter le Collège. Personne ne savait combien de temps nous serions comme ça ou si nous retournerions du tout au CMR.

C’était vraiment un spectacle à voir; c’est la première fois dans l’histoire du RMC que je sache qu’un événement comme celui-ci se produirait.

Note de l’éditrice: Ceci est le premier d’une série de trois articles. Assurez-vous de consulter la prochaine édition pour en savoir plus!