A year to remember – Une année à se remémorer

A year to remember – Perspectives of a recent RMC graduate completing PG

By: 24712 A/SLT Brent Fisher – Department of Business Administration, RMCC

I cannot say that making the decision to pursue graduate studies immediately following graduation from RMC was easy. Although remaining in Kingston for an additional two years would allow me to obtain a Masters in Business Administration, it would also delay my MARS phase training and eventual arrival in the fleet. The decision would also lead to a separation from the high-paced tempo that I had come to expect following a rigorous four-year program as an officer cadet. Or so I thought.

The past year has been nothing short of extraordinary. From sitting in class with Chief Financial Officers and senior military leaders, to returning to the volleyball court to use my fifth and final year of Canadian Interuniversity Sport eligibility, to working for two months at the Naval Postgraduate School, I have maintained the active yet fulfilling lifestyle that I had come to enjoy following my undergraduate years at RMCC.

I have been extremely pleased with my first year of MBA studies. Several people have said that I should have waited and acquired more experience before entering this master’s program, but it has been these very studies that have led to so many unique experiences that I could not have otherwise imagined. For example, as a result of my accounting courses I was able to consult for a local business operating three retail stores in south-eastern Ontario, and through finance and management science courses I have been able to co-author several academic papers for publication.

Perhaps my greatest experiences have taken place during this past summer semester. I worked with Navy Capital Programming Coordination at NDHQ for three weeks in May, and during this time I learned first-hand the policies and procedures that take place throughout the DND financial planning process. While there, I created a simple capital rationing optimization model that will form the basis of my thesis. My goal is to provide the financial planners at NDHQ with a decision-making tool that will allow the organization to allocate planning space for non-strategic naval projects more efficiently for many years to come.

As much as I enjoyed my time at NDHQ, it could not compare with my experiences at the Naval Postgraduate School in California. I spent nearly two months in Monterey formulating, modeling, and implementing a scheduling optimization model for training at the American Explosive Ordnance Disposal training school. Although initially humbled by just how little I knew about modeling operational research problems, I benefited greatly from the tutelage of Drs. Rob Dell and Matt Carlyle during my stay. After reading hundreds of pages of programming manuals (many of which were read under the warm Californian sun), I felt much more capable of helping solve the problem for the training school. I wholeheartedly believe that I would never have received such high-level exposure had it not been for Dr. Bill Hurley and the RMC MBA program, and for this I am extremely grateful.

These academic experiences have been greatly supplemented by extracurricular activities such as varsity volleyball. Perhaps my greatest disappointment in the first four years at RMC was my inability to recover from a knee-injury sustained in Third Year and retake my starting position on the volleyball roster. At numerous times I felt I had let the team down from my inability to perform as I had in my first two seasons. Fortunately, my posting as a graduate student at the college allowed me to rejoin the team and compete for a fifth and final season. It was a unique feeling to no longer be part of the Cadet Wing while playing, but I thoroughly enjoyed hearing the latest college news and gossip from the perspective of officer cadets. My unique role also allowed me to mentor several teammates in both academic and military-related endeavours. I found this to be a truly rewarding aspect of my time with the team.

Only as a graduate student could I have the opportunity to so freely schedule my time around all of the activities that I enjoy. Without needing to attend daily squadron musters or visit the Cadet Dining Hall at specific times, I could finally prioritize my entire daily schedule and ensure I made the most of each day. By being able to chip away at a paper whether it was 0600 or 2330, or by taking an entire afternoon off with the understanding I could make up for it over the weekend, I was able to launch a small business partnership as well as a new fundraising effort within the Kingston Community. I feel truly blessed to have the flexibility in my daily schedule to see to all of these ventures.

My schedule certainly benefits from the fact that I am unmarried and living very close to campus. The ability to complete an additional degree before having major responsibilities such as children played a significant role in my decision to accept the Defence Research and Development Canada Scholarship in 2010. I would recommend to any officer cadet entering the Fourth Year of studies to strongly consider applying, and I will continue providing timely advice to anyone who has questions for me about my experiences or the application process. Even though I am currently removed from an operational setting, I strive to apply my academic strengths and interests to benefit both my professional development as well as the military at large. The memories from the first 15 months following my commissioning continue to assure me that I have made the right decision.

 

Une année à se remémorer — Perspective d’un nouveau diplômé du CMR Kingston complétant des études de deuxième cycle sur le campus

par 24712 Brent Fisher Département de l’administration des affaires

Je ne peux pas dire que la décision de poursuivre mes études immédiatement après ma collation des grades au CMR était facile. Même si rester deux ans de plus à Kingston me permet d’obtenir une Maîtrise en administration des affaires (AF), cela retarde aussi ma formation d’officier des opérations maritimes de surface et sous-marines et mon arrivée à la flotte. Cette décision m’amène aussi à délaisser le haut niveau d’intensité auquel je m’attendais après un rigoureux programme de quatre ans en tant qu’élève officier. C’est ce que je croyais.

L’année qui vient de s’écouler n’a été rien de moins qu’extraordinaire. De m’assoir avec l’officier en chef des finances et d’autres dirigeants militaires supérieurs à renouer avec les terrains de volleyball pour ma cinquième et dernière année d’admissibilité interuniversitaire, à travailler deux mois à la Naval Postgraduate School, j’ai maintenu un style de vie actif et gratifiant auquel j’avais commencé à me plaire pendant mes années de baccalauréat au CMR Kingston.

Je suis extrêmement ravi de ma première année d’étude en AF. Beaucoup de gens m’ont dit que j’aurais dû attendre et acquérir plus d’expérience avant de commencer un programme de maîtrise, mais ce sont justement ces études qui ont mené à cette multitude d’expériences que je n’aurais jamais pu imaginer. Par exemple, dans le cadre de mon cours en comptabilité j’ai été en mesure de consulter une entreprise locale qui exploite trois magasins dans le sud-est de l’Ontario. De plus, le cours de finance et de science organisationnelle m’a donné la chance de cosigner plusieurs publications universitaires.

Ma plus belle expérience fut sans doute les trois semaines de mai que j’ai passées au QGDN à travailler au programme de coordination d’immobilisation de la marine. C’est pendant ce temps que j’ai appris sur place les politiques et procédures qui sont en place pour l’ensemble du processus financier du MDN. Pendant mon court passage, j’ai créé un modèle d’optimisation de rationalisation pour un achat capital, lequel sera la base de ma thèse. Mon but est de fournir aux planificateurs financiers du QGDN un outil de prise de décision qui permettra à l’organisation d’attribuer une marge de planification plus efficacement pour les projets navals non stratégiques pour plusieurs années à venir.

Autant j’ai adoré mon temps au QGDN, cette expérience ne peut se comparer à la Naval Postgraduate School en Californie. J’ai passé presque deux mois à Monterrey à formuler, modéliser et implémenter un modèle d’optimisation d’horaire pour l’entrainement à l’American Explosive Ordnance Disposal training school. Même si au début j’étais dépassé par le peu de connaissance que j’avais à modéliser des problèmes de recherche opérationnelle, j’ai grandement bénéficié du tutorat des Drs Rob Dell et Matt Carlyne pendant mon séjour. Après avoir lu des centaines de pages de manuels de programmations — dont une bonne partie sous le chaud soleil Californien — je me sentais plus en mesure d’aider à régler des problèmes pour l’école d’entraînement. Je crois sincèrement que je n’aurais jamais été exposé à un niveau aussi élevé de connaissances sans le Dr Bill Hurley et les programmes de maîtrise en AF du CMR Kingston et j’en suis extrêmement reconnaissant.

Ces expériences académiques ont de plus été grandement agrémentées par des activités parascolaires telles que le volleyball interuniversitaire. Ma plus grande déception au cours de mes quatre premières années au CMR Kingston était mon incapacité à récupérer de ma blessure au genou subie en troisième année et de ne pas reprendre une position dans l’alignement partant. Il m’est souvent arrivé de penser que je laissais tomber mon équipe, car je ne performais pas comme au cours des deux premières saisons. Heureusement, mon affectation en tant qu’étudiant de second cycle au Collège ma permis de rejoindre l’équipe et de compétitionner pour une cinquième et ultime saison. C’était bien entendu particulier de ne plus faire partie de l’escadre des élèves officiers tout en jouant avec eux. Je me suis tout de même grandement réjoui d’entendre les dernières nouvelles et potins du collège vus et entendus par les yeux des élèves officiers. Ma position particulière m’a aussi permis d’être un mentor pour mes coéquipiers dans leurs quêtes scolaires et militaires. Je trouve réellement gratifiant cet aspect de ma relation avec mon équipe.

Ce n’est vraiment qu’en tant qu’étudiant de deuxième cycle que j’ai l’opportunité d’organiser mon horaire du temps librement en fonction des activités qui me réjouissent. Sans le besoin de me présenter aux rassemblements d’escadrons ou de manger à la cafétéria à des heures déterminées, je peux enfin prioriser mon horaire journalier pour accomplir le plus de tâches chaque jour. Que ce soit de travailler sur une rédaction à 0600 ou 2330 ou de prendre un après-midi entier de repos sachant qu’il m’est possible de me reprendre pendant la fin de semaine, j’ai été en mesure de lancer conjointement une petite entreprise en plus de mettre sur pied une nouvelle initiative de collecte de fonds pour la communauté de Kingston. Je me sens vraiment béni d’avoir la flexibilité de mon horaire pour mener à bien tous ces projets.

Mon horaire reflété bien le fait que je ne suis pas marié et que j’habite près du campus. Le fait de compléter un autre niveau d’éducation avant d’avoir des responsabilités importantes, telles que des enfants, à joué un rôle significatif dans ma prise de décision pour accepter la bourse de Recherche et Développement du Canada en 2010. Je recommande sérieusement à tout élève officier entament un programme d’étude de quatre ans de postuler et je répondrai à toutes les questions sur mon expérience et les démarches requises. Même si je ne suis pas actuellement dans un milieu opérationnel, j’aspire à appliquer mes forces et intérêts académiques au bénéfice de mon développement professionnel et au monde militaire dans son ensemble. Mes souvenirs des quinze mois après ma commission continuent à me rassurer que j’ai pris la bonne décision.