Commandant Series

Number XI in our series on former Military Colleges Commandants

X Comdt @ CMR… 1975 to 1978

By: E3161 Victoria Edwards (RMC ‘03)

e.jpeg4377 LGen (Ret’d) Richard J. Evraire (CMR RMC ’59) CMM, CD has been chair of the Royal Military College Saint-Jean Board of Governors since February 28, 2008. He joined the Canadian Forces in 1954. He attended Collège militaire royal de Saint-Jean, the Royal Military College of Canada in Kingston, and McGill University in Montréal, where he earned a Bachelor of Civil Engineering in 1960. He also holds a Masters in Public Administration from Queen’s University in Kingston (1989), and a Bachelor of Science (1994) and an Honorary Doctorate in Military Sciences (1997) from Royal Military College of Canada in Kingston. He is currently a doctoral candidate in political studies at Queen’s University. Commissioned as an officer in the Royal 22e Regiment in 1959, his service included the command of the 1st Battalion of his regiment; 4 Canadian Mechanized Brigade Group. He was commandant of CMR Saint-Jean 1975-1978; Canada’s National Defence College; and the NATO Defence College in Rome. He completed three periods of service at National Defence Headquarters in Ottawa, the last as Chief Land Doctrine and Operations. Lt.-Gen. (ret.) Evraire has participated in two missions for the United Nations – one as a military observer in Kashmir [India and Pakistan (1970-1971)] and the second as commander of the United Nations in the Middle East, Canadian Contingents (1978-1979). Lt.-Gen. (ret.) Evraire served a total of 14 years in NATO, including more than four years as Canada’s military representative on NATO’s Military Committee in Permanent Session, in Brussels. He retired from the CF in 1997 after 42 years of service and, following one year as President of the Conference of Defence Associations (CDA) Institute has, for the past seven years, occupied the post of Chair of the CDA.  Source: http://www.forces.gc.ca/site/newsroom/view_news_e.asp?id=2583

E-Veritas: Your stage play, ‘Chambre 204′, published in 1982, (Saint-Jean-Sur-Richelieu: Editions Mille Roches, 1982) was inspired by your time at Collège militaire royal de Saint-Jean.

LGen Evraire: Yes, the play is autobiographical and describes life at Collège militaire royal de Saint-Jean in the mid-fifties. The main issues dealt with in the play are bilingualism, tolerance and equal opportunity for Francophones in the Canadian military.. Richard, one of the main characters in the play, offers his classmates a cautious, but what turns out to be, in the mind of a number of his classmates, a naive and optimistic opinion, stating that Francophones in Canada’s military…” still have a long way to go, but …… can have a fulfilling military career without compromising [their] language or culture.” The play, performed by a repertory theatre group at CMR in 1995, features the languages (French, English, ‘joual’ and ‘slang’) and vocabulary used by the Officer-Cadets of the day.

E-Veritas: You were appointed chair of the Royal Military College Saint-Jean Board of Governors on February 28, 2008.

Gen Evraire: As a former Officer-Cadet and Commandant of Collège militaire royal de Saint-Jean (1954-57), I was greatly honoured to be appointed chair of the new RMC Saint-Jean Board of Governors. The Board, consisting of appointed and ex-officio members from academic, military, private and public sector backgrounds, provides advice and recommendations to the Minister of National Defence on the academic, military, language and physical fitness programs at the College and assists in developing the strategic direction of the institution. A point of particular interest for the Board is that of ensuring that Collège militaire royal de Saint-Jean’s historic (1952) characterization as a pioneer federal institution in regard to bilingualism is further enhanced at RMC Saint-Jean by efforts designed to achieve excellence in French and English second language programs, supporting language-learning cultural programs and the alternating two-week practice of the use of French and English by Officer-Cadets and administrative and military and civilian instructional staff alike.

I personally believe that it has never been more important than now for future leaders in the Canadian Forces to gain a deep understanding of the diversity of language, culture, beliefs, and traditions of those they will command, those they will be sent to defend and protect, and those they will be required to defend against. Beginning by inculcating this in the minds of our Officer-Cadets will serve these future leaders well.

E-Veritas: Have any other members of your family attended a military college? If so, did they have any advice for you? Did you have any advice for them?

Gen Evraire: I was the only member of my family who attended a military college. My Dad served in the Reserves in WW2 and my uncle served in the Navy.

E-Veritas: What skylarks do you recall?

Gen Evraire: The great plane robbery skylark was written up in Le Défilé, the CMR yearbook for 1956-57. On 7 may 1957, first year Cadets hauled a Fairchild Cornell single engine training aircraft from the Saint-Jean Air force Base to the college parade square late at night. It was quite a feat.

E-Veritas: Who was your roommate in first year? What do you remember liking about him/being irritated by him?

Gen Evraire: I had three roommates (4314 Mr. Jean Desjardins (CMR RMC 1959) from La Tuque, PQ, 4384 Mr. Jean-Guy Fortin (CMR RMC 1959) from Napierville PQ and 4328 Canon Chris P Carr (CMR RMC 1959) from West mount PQ), since we slept four to a room in prep year.. A number of the members of my Flight had very poor French or English second language skills. When arguments broke out, usually as a result of a lack of understanding of what was being said, I would sometimes interpret and occasionally lie as a means of resolving conflict. I must say that most of the time, we were a good group of rough and tumble teenagers, but we generally got along like a house on fire. In 1st year, we were two to a room.

One of my roommates was slower getting up in the morning and had an aversion to shining his boots. He put his boots on before his trousers. The inside of his trousers were covered in boot polish and the boots were shined on their way through the pant legs..

E-Veritas: How did Cadets wake up? Gen Evraire: Most of the time, with great difficulty! At CMR, one of the Cadets played the bagpipes at reveille. Later, we were awakened by the loud- speaker system in the hallways. Also, Cadets would set their clock radios to CJAD in Montreal. The station was appealing to Cadets since the broadcast day would start with a military march.  4393 Doctor Desmond DP Morton (CMR RMC 1959), an early riser, was my most persistent alarm clock. At RMC in Fourth Year, he would knock on my room door to wake me up when he went to and came back from breakfast. If I ignored him, he’d come into my room, stop up my sink, turn on the taps and leave.

E-Veritas: What skill did you learn to do as a Cadet that you still do well?

LGen Evraire: I learned to multitask. Cadet Since Cadets must balance very demanding academic, military, physical fitness and leadership tasks, multitasking is one of the most useful tools one learns in order to survive Multitasking has served me well throughout my adult life.

E-Veritas: Where did you live? What do you recall liking about/being irritated by the housing

LGen Evraire: At CMR, in prep year, I lived in Maisonneuve block. That’s where ‘Chambre 204′ is located. In first and second year, I lived in Cartier block. At RMC, I lived in Fort Haldimand in third year. In fourth year, I lived in Fort Lasalle.

As commandant of CMR, I lived in the officer’s mess for four months while the previous director of Cadets’ residence was being renovated. The previous commandant’s residence, a two story wood frame house, was torn down because it was uneconomical to renovate it. The new commandant’s residence, a one-story grey stone house was beautifully located on the Richelieu river.. When CMR was closed in 1995, a corporation took over the administration of the facilities. The residences were and still are used as temporary lodging for NCMs who attend courses on the Campus.

E-Veritas: What do you recall driving Cadets crazy on campus?

LGen Evraire: During Sunday morning outdoor parades in winter, we bundled up as much as we could. Under our blue trousers and greatcoats, some of us would wear typically colourful pajamas and other types of warm clothing. It was quite a sight when, after having been detoured into the relatively warm drill hall because of the weather, we were ordered to remove our greatcoats.

At the end of Third Year at RMC following our transfer from CMR, a large number of my Francophone Classmates failed academically. At that time, RMC offered classes in English only Now, as we know, courses are offered in English and French.

E-Veritas: How were Cadets punished?

LGen Evraire: Cadets were assigned circuits around the track, extra drill and restricted leave.

E-Veritas: Describe the recruit orientation

LGen Evraire: I arrived at CMR at the start of its third year of existence. Until uniforms were made available, we wore pressed jeans, army boots, grey socks, white shirts, black ties, a navy-blue blouse and a peak cap. It was a very comfortable order of dress.. The obstacle race was part of recruit orientation. Ours was the first CMR Class (Class of ’54) to be put through this grueling ordeal, given that the two previous Classes hadn’t ‘thought of doing it’. We raced against time in small groups of 8-9 people (by Flight) through the muck and the river, and helped each other over high walls, rope bridges, slippery slopes and other obstacles. We raced against time.
Until recruit period terminated in October, we were required to run everywhere we went on College grounds. Although there was no party to mark the end of recruit period, there was jubilation at being allowed to walk and enjoy our first weekend off campus.
I loved sports, spoke English and French fluently when I arrived at CMR, and had been had in army cadets, for four years prior to arriving in Saint-Jean. The academic program was something else altogether different, however. In Prep Year, I struggled through three ‘sups’ in the final exams and just scraped through.

E-Veritas: What do you recall about your commandant when you were a Cadet?

LGen Evraire: Colonel Marcellin Lahaie was my commandant. He was an artillery officer. He was forthright, approachable, a splendid chap. I recall his advice to us one day or so after our arrival in 1954:”If you’re standing and can sit down, sit down! If you’re sitting down and can lie down, lie down!” Although he passed away some years ago, Mrs. Lahaie regularly attends ex-Cadet and other gatherings at the College.

E-Veritas: Did you play on a CMR or RMC sports team/were you a fan of any sport teams?

LGen Evraire: At CMR, I played on the football team as a punter, I would kick on third down and get off the field. As a result,I was never racked up and was therefore always in shape for the dances following the games. As Commandant, I was a great fan of the football team. At RMC, I was a member of the track team in Third Year.

E-Veritas: What do you recall about social aspects of Cadet life?

LGen Evraire: My wife Thérèse and I started dating at fifteen years of age. She regularly traveled to Saint-Jean, and later to Kingston, to attend the Balls held at Christmas and at the end of each academic year..

E-Veritas: Please comment on big changes at RMC/CMR? e.g. lady Cadets, bilingualism, significance of higher education, ability of Cadets to marry, distance education… Equal opportunity for Francophones wishing to join the officer corps was provided through the opening, in 1952, of Collège militaire royal de Saint-Jean. Initially, CMR offered an academic curriculum that prepared Officer-Cadets for access to Third Year at RMC. In time and up to its closing in 1995, the College offered university-level programs in administration and science, all the while preparing Cadets for transfer to other programs at RMC. At CMR, courses were always offered in French and English; in 1978, second language training, to that point in time a part of the academic program, was converted to Public Service Commission standards – an unfortunate mistake, in my view; and the College’s cultural setting was principally Francophone and therefore provided an opportunity for Anglophone officer-cadets to get acquainted with that aspect of multicultural Canada. Some of these important advantages were lost with the closing of CMR in 1995. . When I joined the Canadian Forces, and despite the existence of three military colleges and the ROTP University program, higher education (undergraduate and post-graduate) was not high on officer education and development agendas. Some senior officers actually held very negative views on the subject. Thankfully, in the last 15 years, higher education and professional development for the senior leadership of the Canadian Forces has been turned around.

On the issue of marriage, you could be expelled if you married while an ROTP Cadet. Actually, members of the Canadian military were strongly encouraged, well into the 1960s, to delay marriage until they were twenty eight years old when, if I recall correctly, it was believed that your military career would by then have been well launched.

There were no Lady-Cadets at the military colleges during my time as an Officer-Cadet or as commandant. I recall that the idea of their introduction to the CMCs was discussed at the annual advisory board meeting in the mid to late 70s, and strongly opposed by some. Lady-Cadets joined CMR in the early 1980s.

E-Veritas: What was your favourite special event?

Gen Evraire: As a Cadet, my favourite time of day was lights-out, at 10:30pm. I needed all the rest I could get in order to be able to get up by 6 am the next day.
As an aside, and speaking of special events, as commandant of the NATO Defence College in Rome, Course Members and Faculty tried to outdo each other by preparing delicious cultural dishes for an event called ‘International Night’.. Canadian Maple Salmon was a smash hit: Combine 1 pound salmon, 3/4 cup Canadian maple syrup and 1/4 cup orange juice in a plastic or glass bowl. Cook the salmon for about 6 minutes for individual filets or 10 minutes for fat filets or steaks in an oven preheated to 500F. Serve on mixed greens with grilled vegetables and a bun.

E-Veritas: What was your squadron?

Gen Evraire: I was a member of Cartier Squadron throughout the three years I spent at CMR. In Third Year at RMC, I was a member of 8 Squadron in Fort Haldimand. In Fourth Year, as a member of Cadet Wing Headquarters,, I lived in Fort Lasalle.

E-Veritas: Do you have any ghost stories from the military college(s)?

Gen Evraire: I have stress stories but no ghost stories

_______________________________________________________________

XIe article de notre série sur les anciens commandants des Collèges militaire.

Par: E3161 Victoria Edwards (RMC ‘03)

Né à Ottawa en 1938, le lieutenant-général Evraire fait ses études universitaires au Collège militaire royal de Saint-Jean; au Royal Military College, Kingston; et à l’Université McGill, Montréal, où il complète, en 1960, un baccalauréat en génie civil. Il est également détenteur d’une maîtrise en administration publique de l’université Queen’s (1989), et d’un baccalauréat ès sciences (1994) et d’un doctorat (honoris causa) en sciences militaires (1997) du Collège militaire royal, Kingston. Il est actuellement candidat au doctorat en études politiques à l’Université Queen’s.

Officier du Royal 22e Régiment, il commande le 1er bataillon de son Régiment ; le 4e groupe brigade du Canada ; le Collège militaire royal de St. Jean, le Collège de défense nationale du Canada, à Kingston, et le Collège de défense de l’OTAN, à Rome, en Italie. Il complète trois périodes de service au Quartier général des forces canadiennes, Ottawa, le dernier en tant que Chef – Doctrine et opérations terrestres.

Le général Evraire a deux missions des Nations Unies à son actif – comme observateur militaire au Cachemire (Inde et Pakistan) (1970-1971) ; et comme commandant des contingents canadiens des Nations Unies au Proche Orient (1978-1979). Il cumule quatorze (14) années de service à l’OTAN, incluant plus de quatre (4) années dans le poste de Représentant militaire du Canada auprès du Comité militaire en session permanente, à Bruxelles, Belgique. Après plus de quarante-deux (42) années de service militaire, il prend sa retraite en 1997. Après avoir occupé le poste de président de l’Institut de la Conférence des Associations de la défense (CAD) pendant une année, il a été élu président du Conseil de la CAD, poste qu’il occupe depuis sept années.

E-Veritas : « Chambre 204 », la pièce de théâtre que vous avez publiée en 1982, (Saint-Jean-sur-Richelieu : Editions Mille Roches, 1982) a sans doute été inspirée par votre séjour au Collège militaire royal de Saint-Jean.

LGén Evraire : Oui, il s’agit d’une pièce autobiographique qui décrit la vie au Collège militaire royal de Saint-Jean au milieu des années cinquante. Les principaux enjeux qui y sont traités sont le bilinguisme, la tolérance et l’égalité des chances pour les Francophones dans le service militaire canadien. Richard, un des principaux personnages de la pièce, offre à ses camarades de classe une opinion prudente, mais qui finit par être, dans l’esprit d’un certain nombre de ses camarades, naïve et optimiste, qui dit que, dans le service militaire du Canada, les Francophones… « ont encore un long chemin à parcourir, mais… qu’ils peuvent faire une carrière militaire satisfaisante sans compromettre [leur] langue ou [leur] culture ». La pièce, jouée à trois reprises par une troupe de théâtre de répertoire au CMR, en 1995, utilise le français, l’anglais, le « joual » et le « slang », et le vocabulaire qu’utilisaient à l’époque les élèves-officiers.

E-Veritas : Le 28 février 2008, vous avez été nommé président du Conseil des gouverneurs du Collège militaire royal de Saint-Jean.

Gén Evraire : En tant qu’ancien élève-officier (1954-57) et commandant du Collège militaire royal de Saint-Jean (1975-78), ce fut pour moi un très grand honneur d’être nommé à la tête du Conseil des gouverneurs du CMR Saint-Jean. Le Conseil, composé de membres du secteur privé nommés par le Ministre de la défense nationale, et de membres ex-officio des milieux de la formation et de l’enseignement des Forces canadiennes, prodigue conseils et recommandations au ministre de la Défense nationale et contribue à l’élaboration de l’orientation stratégique de l’institution.

Le Conseil que j’ai le plaisir de diriger s’intéresse tout spécialement au maintien du caractère historique du Collège militaire royal de Saint-Jean qui fut, en 1952, identifié comme institution fédérale pionnière en matière de bilinguisme; à ce que cette caractéristique soit davantage améliorée au CMR Saint-Jean par des efforts visant l’excellence dans les programmes de français et d’anglais, langues secondes; à la mise en place et à l’entretien d’un programme culturel d’appui à l’apprentissage du français et de l’anglais; et à veiller à ce que l’alternance, aux deux semaines, du français et de l’anglais dans les communications verbales et écrites, par les élèves-officiers ainsi que par le personnel administratif et enseignant, militaire ou civil, serve d’appui à ces efforts. Cette emphase me paraît tout à fait de mise puisque je crois, personnellement, qu’il incombe à tout officier des Forces canadiennes d’entreprendre avec le plus grand sérieux possible l’apprentissage et le perfectionnement du parlé et de l’écrit de sa langue maternelle et de l’autre langue officielle du Canada et d’acquérir une compréhension profonde de la diversité des cultures, des croyances et des traditions de ceux qu’il/elle aura à diriger/commander. Le véritable ‘leader’ sait communiquer, et il/elle le fait en pleine connaissance du contexte linguistique et culturel dans lequel ses subordonnés évoluent. Il incombe donc aux responsables de la formation du corps-officier des Forces canadiennes d’inculquer ces notions dans l’esprit de nos élèves-officiers dès le début et tout au long de leur apprentissage; notions qui leur permettront d’accéder à un niveau de véritable excellence dans le domaine du leadership. Les Collèges Militaires du Canada sont un milieu social idéal au sein duquel un tel apprentissage et son perfectionnement peuvent être entrepris. Ceci étant dit, je crois que les Collèges militaires sont loin d’avoir atteint un niveau d’excellence dans le domaine.

E-Veritas : Y a-t-il eu d’autres membres de votre famille qui ont fréquenté un collège militaire ?

Gén Evraire : Je suis le seul de ma famille à avoir fréquenté un collège militaire. Mon père a été réserviste pendant la Seconde Guerre mondiale, et un de mes oncles a servi dans la Marine.

E-Veritas : Quels sont les chahuts qui vous reviennent en mémoire ?

Gén Evraire : Je me souviens du ‘vol’ d’avion dont on a parlé dans l’édition 1956-57 de l’annuaire Le Défilé du CMR. Le 7 mai 1957, les élèves de première année ont halé, tard le soir, un avion d’entraînement monomoteur Fairchild Cornell, de la Base militaire de Saint-Jean jusqu’au terrain de parade du collège; une distance de quelques kilomètres. Ce fut tout un exploit.

E-Veritas : Qui étaient vos camarades de chambrée la première année ? De quoi vous rappelez-vous d’eux qui vous plaisait ou qui vous irritait ?

Gén Evraire : En préparatoire, j’avais trois camarades de chambrée : 4314 Jean Desjardins (CMR RMC 1959), de La Tuque, Qc, 4384 Jean-Guy Fortin (CMR RMC 1959), de Napierville, Qc, et 4328 Canon Chris Carr (CMR RMC 1959), de Montréal, Qc. Ce qui m’irritait c’est qu’ils étaient tous des premiers de classe qui n’avaient jamais à étudier. Moi, par contre, …! Un certain nombre de gars de mon Escadrille maîtrisaient très peu le français ou l’anglais, langues secondes. Quand des disputes surgissaient, habituellement à la suite d’une mauvaise compréhension du sujet de conversation, il arrivait que je me fasse interprète et, à l’occasion, que je mente pour résoudre le conflit. Je dois dire que, la plupart du temps, nous étions une bonne bande d’ados turbulents et désordonnés qui savaient s’amuser ferme. En première année, nous étions deux par chambrée.

Un de mes camarades de chambrée prenait du temps à se lever le matin et il avait une aversion pour le polissage de ses bottes. Il mettait ses bottes avant ses pantalons et, plus ou moins bien, ses bottes se frottaient en passant dans les jambes du pantalon.

E-Veritas : Comment les élèves-officiers se réveillaient-ils ?

Gén Evraire : La plupart du temps avec beaucoup de difficulté ! Au CMR, un des élèves-officiers sonnait le réveil à la cornemuse. Plus tard, on nous a réveillés au moyen du système de haut-parleurs. Aussi, certains élèves-officiers réglaient leurs radios-réveil au poste CJAD de Montréal. Le poste plaisait aux élèves-officiers parce que la journée de radiodiffusion commençait par une marche militaire.

4393 Docteur Desmond DP Morton (CMR RMC 1959), un lève-tôt, était mon réveil-matin le plus persistant. Au CMRC, en quatrième année, il frappait à ma porte de chambre pour me réveiller en allant au petit-déjeuner et en revenant. S’il n’avait toujours pas de succès, il entrait dans ma chambre, mettait le bouchon dans mon lavabo, ouvrait les robinets et quittait les lieux.

E-Veritas : Quelles compétences avez-vous apprises comme élève-officier, que vous pratiquez encore avec facilité ?

LGén Evraire : J’ai  appris à faire du multitâche. Comme les élèves-officiers doivent quotidiennement réaliser un équilibre entre les tâches exigées par leurs études, par la vie militaire, par le maintien de leur forme physique et par la pratique du leadership, le multitâche est l’un des outils les plus utiles qu’on peut apprendre pour survivre. Le multitâche m’a bien servi tout au long de ma vie d’adulte.

E-Veritas : Où viviez-vous ? De quoi vous rappelez-vous que vous aimiez ou qui vous irritait, au sujet du logement ?

LGén Evraire : Au CMR, en préparatoire, je vivais dans le bloc Maisonneuve. C’est là que se situe l’action de « Chambre 204 ». La première et la deuxième année, j’habitais le bloc Cartier. Au CMRC, en troisième année, ma chambre se situait au Fort Haldimand, et en quatrième année, au Fort Lasalle.

Comme commandant du CMR de Saint Jean, j’ai vécu quatre mois au mess des officiers pendant qu’on faisait des rénovations à la résidence du commandant, une maison de plain pied en pierre grise merveilleusement située sur le campus près de la rivière Richelieu. La résidence du commandant précédent, une maison de deux étages en charpente de bois, a été démolie parce qu’on considérait qu’il n’était pas économique de la rénover. Quand le CMR a été fermé, en 1995, une société a pris charge de l’administration des installations.

E-Veritas : De quoi vous souvenez-vous qui énervait les élèves-officiers sur le campus ?

LGén Evraire : Pendant les parades tenues à l’extérieur, le dimanche matin, en hiver, nous nous ficelions du mieux que nous pouvions. Sous nos pantalons bleus et nos paletots d’hiver, certains d’entre nous portaient des pyjamas typiquement hauts en couleurs et d’autres types de vêtements chauds. Si, à cause des rigueurs de la température, la parade était déplacée vers la salle d’exercices, relativement chauffée, et qu’on recevait l’ordre d’enlever nos paletots d’hiver, on avait droit à tout un spectacle.

E-Veritas : Quelles étaient les punitions administrées aux élèves-officiers ?

LGén Evraire : Les élèves-officiers devaient faire des circuits autour de la piste de course, des exercices supplémentaires sur la place d’armes, ou on leur imposait des restrictions de congés.

E-Veritas : Décrivez-nous le rituel d’orientation des recrues

LGén Evraire : Je suis arrivé au CMR au début de sa troisième année d’existence. En attendant que les uniformes soient prêts, nous portions des jeans, des bottes d’armée, des chaussettes grises, des chemises blanches, des cravates noires, un blouson bleu marine et une casquette. C’était une tenue réglementaire très confortable. La course à obstacles faisait partie de l’orientation des recrues. Notre classe (Classe de ’54) fut la première classe du CMR à devoir subir ce supplice exténuant, tout simplement parce que les deux classes précédentes n’avaient pas « pensé à le faire ». Nous courions contre la montre en petits groupes de 8 ou 9 à travers les déblais et la rivière, et nous nous aidions mutuellement à franchir les hauts murs, les ponts en cordages, les pentes glissantes et autres obstacles.

Jusqu’au moment où la période de recrutement s’achevait, en octobre, nous étions obligés de courir partout où nous allions sur les terrains du collège. Même s’il n’y avait pas de fête pour célébrer la fin de la période de recrutement, il y avait de la jubilation dans l’air puisque nous pouvions enfin marcher et jouir de notre première fin de semaine hors campus.

J’aimais les sports, je parlais couramment l’anglais et le français quand je suis arrivé au CMR et j’avais fait partie des cadets de l’armée pendant quatre ans avant d’arriver à Saint-Jean. Ces aspects de la vie des élèves-officiers ne me causaient aucun problème. Mais le programme d’enseignement était tout autre chose. En préparatoire, j’ai peiné à travers trois « sups » aux examens finaux et j’ai passé de justesse.

E-Veritas : De quoi vous rappelez-vous concernant votre commandant, quand vous étiez élève-officier ?

LGén Evraire : Le Colonel Marcellin Lahaie fut mon commandant pendant les trois années que j’ai passées au CMR. C’était un officier d’artillerie. Il était direct, d’abord facile, un type splendide. Je me rappelle le conseil qu’il avait donné à la classe des recrues peu après notre arrivée, en 1954, comme méthode de survie : « Si vous êtes debout et que vous pouvez vous asseoir, asseyez-vous », a-t-il dit, « asseyez-vous ! » « Si vous êtes assis et que vous pouvez vous coucher, couchez-vous ! » Même s’il est décédé il y a quelques années, Mme Lahaie assiste régulièrement aux réunions des anciens élèves-officiers et à d’autres rencontres qui se tiennent au Collège.

Au CMRC, mon commandant fut 2184 Commodore Desmond ‘Debby’ Piers (RMC 1930).

E-Veritas : Avez-vous joué sur une équipe de sports au CMR de Saint-Jean ou au CMRC? Étiez-vous un fan des équipes sportives ?

LGén Evraire : Au CMR, j’ai joué sur l’équipe de football comme botteur. Je faisais un botté au troisième essai et je quittais le terrain. Le résultat, c’est que je n’ai jamais été plaqué et j’étais donc toujours en bonne forme pour les danses qui suivaient les parties. Quand j’étais commandant, j’étais un grand fan de l’équipe de football. Au CMRC, en troisième année, j’ai fait partie de l’équipe d’athlètes sur piste.

E-Veritas : Que vous rappelez-vous des aspects sociaux de la vie d’élève-officier ?

LGén Evraire : Mon épouse Thérèse et moi avions commencé à sortir ensemble à l’âge de quinze ans. Quand je suis entré au collège militaire, elle venait régulièrement à Saint-Jean et, plus tard, au CMRC, pour assister aux bals donnés à Noël et à la fin de chaque année scolaire.

E-Veritas : Quels commentaires avez-vous sur les grands changements survenus au CMRC/CMR comme, par exemple, les élèves-officiers féminins, le bilinguisme, la signification de l’éducation supérieure, la droit des élèves-officiers à se marier, l’enseignement à distance.

LGén Evraire : L’égalité des chances pour les Francophones qui désiraient se joindre au corps- officier fut accordée grâce à l’ouverture, en 1952, du Collège militaire royal de Saint-Jean. Initialement, le CMR offrait un programme d’enseignement qui préparait les élèves-officiers à accéder au CMRC au niveau de la troisième année. Avec le temps, et jusqu’à sa fermeture en 1995, le Collège offrait des programmes de niveau universitaire en administration et en sciences, tout en préparant les élèves-officiers à leur passage à d’autres programmes du CMRC. Au CMR, les cours étaient toujours offerts en français et en anglais; en 1978, la formation en langue seconde qui, jusqu’à ce moment-là, avait fait partie du programme d’enseignement universitaire, fut convertie aux normes de la Commission de la fonction publique – une malheureuse erreur, selon moi ; et le milieu culturel du Collège était principalement francophone, ce qui, par conséquent, offrait aux élèves-officiers anglophones une occasion de faire la connaissance de cet aspect du Canada multiculturel. Certains de ces avantages ont été perdus avec la fermeture du CMR en 1995. Quand je suis entré au service militaire canadien, et malgré l’existence de trois collèges militaires et du programme universitaire PFOR, l’enseignement supérieur (au niveau du diplôme et au niveau des études supérieures) n’était pas bien haut sur l’agenda d’éducation et de développement des officiers. En fait, certains officiers supérieurs avaient des points de vue très négatifs sur le sujet. Dieu merci, ces 15 dernières années, l’enseignement supérieur et le développement professionnel destiné aux membres des forces armées en général et aux membres de la haute direction des Forces canadiennes en particulier ont changé du tout au tout.

Sur la question du mariage, vous pouviez vous faire expulser pour vous être marié pendant que vous étiez un élève-officier du PFOR. Les membres des Forces canadiennes étaient fortement encouragés, à l’époque, à reporter le mariage jusqu’à ce qu’ils aient vingt-huit ans, âge auquel, si je me souviens bien, on considérait que la carrière militaire était bien lancée.

Dans mon temps d’élève-officier ou, plus tard, de commandant, il n’y avait pas d’élèves-officiers féminins dans les collèges militaires. Je me souviens que l’idée de les admettre dans les CMC a été discutée à des réunions de comités consultatifs des CMC à la fin des années 70 et que certains membres s’y opposaient farouchement. Les élèves-officiers féminins ont fait leur entrée au CMR au début des années 1980, je crois.

E-Veritas : Quel était votre événement spécial préféré ?

Gen Evraire : Comme élève-officier, mon moment préféré était l’extinction des feux, à 22 heures 30. J’avais besoin d’une bonne nuit de sommeil afin de pouvoir me lever à 6 heures du matin le lendemain.

En aparté, et en parlant d’événements spéciaux, comme commandant du Collège de défense de l’OTAN, à Rome, de 1993 à 1996, les stagiaires et les membres du corps enseignant essayaient de se supplanter les uns les autres en préparant des plats typiques pour un événement appelé la « Soirée internationale ». Le Saumon canadien à l’érable a été un éclatant succès : combinez, dans un bol de plastique ou de verre, 1 livre de saumon, 3/4 de tasse de sirop d’érable canadien et 1/4 de tasse de jus d’orange. Faites cuire le saumon environ 6 minutes pour des filets individuels ou 10 minutes pour des filets gras ou des steaks dans un four préchauffé à 500F. Servez sur un mélange de légumes-feuilles avec des légumes grillés, sur un petit pain. Hmmm!

E-Veritas : Quelle était votre escadron ?

Gen Evraire : J’ai été membre de l’Escadron Cartier pendant les trois ans de mon séjour au CMR. En troisième année au CMRC, j’ai été membre de l’Escadron 8 au Fort Haldimand. En quatrième année, comme membre du quartier général de l’escadre des élèves-officiers, j’ai vécu au Fort LaSalle.

E-Veritas : Avez-vous des histoires de fantômes qui vous sont venues des collèges militaires ?

Gen Evraire : J’ai des histoire de stress, pas de fantômes.