• Home
  • /
  • e. What's Happening At RMC
  • /
  • Doing RMC At Home: Dr. Phil Bates Talks Academics & Remote Learning During the Pandemic / Faire du CMR à la maison: le Dr Phil Bates parle des universitaires et de l’apprentissage à distance pendant la pandémie

Doing RMC At Home: Dr. Phil Bates Talks Academics & Remote Learning During the Pandemic / Faire du CMR à la maison: le Dr Phil Bates parle des universitaires et de l’apprentissage à distance pendant la pandémie

Above: Dr. Phil Bates, RMC’s Vice Principal Academics, in a screenshot from the Chemical Engineering course he’s teaching online this semester.

Article by 25366 Anna-Michelle Shewfelt

For many ex-Cadets, the concept of “doing RMC at home” likely raises questions. Is it even possible? Is it really RMC if you’re not at RMC, physically on the peninsula? According to Dr. Phil Bates, RMC’s Vice Principal Academics, from an academic perspective at least, it may not be exactly the same but it’s close. And a lot of work from a whole team of people has gone into making sure that’s the case.

“The basic tools we’re using to make this work are ones that recently graduated ex-Cadets will recognize, including Moodle®” he explained. For those that may not be familiar with Moodle, it is RMC’s online learning management system.  It allows professors and students to share information and communicate with each other, and also allows one to test students’ comprehension of the course material.

The Moodle homepage, which should be familiar to recently graduated ex-Cadets.

“That being said, the experience is a little different depending on the course”.  Dr. Bates explained that some professors are using the video-capability offered by Moodle to deliver their course in a virtual format as close to a traditional classroom setting as one can get.  Similar to the tradition setting, this technique usually requires that the students do the basic learning in-class and then do practice problems at home on their own.

This change to online delivery has encouraged many profs to experiment with the traditional delivery format in order to keep the students motivated.  “This semester, in addition to moving to online delivery, I decided to use the ‘Flipped Classroom’ approach wherein students do the basic learning at home on their own by watching videos that I have made and then do the practice problems during the class time.” This method, as Dr. Bates described, has advantages over the more traditional approaches. “After the students have worked through the videos each week, they complete a quiz online.  One of the last questions is ‘What did you not understand?’ As a professor, I can then better tailor the in-class time directly to those problem areas.  We round out the week doing example problems to test their understanding of the course material.”

This type of Flipped Classroom, however, is not without its drawbacks. “It can be a lot of work,” Dr. Bates admitted, “and more so for many of my colleagues than it is for me. I’m only teaching one course this semester in Chemical Engineering which, with only four students, is relatively small.  There are many professors managing multiple classes with far more students. Speaking for myself, it’s a challenge in that each video I make for the course is really a show, a performance. I have to be more relatable and less abstract, and I need to ensure that each video has a ‘hook’ to keep the students engaged.  Although it is a lot of work, I do really enjoy it. I also love the facetime that I get with my students – it is really the best part of my day.”

Dr. Bates’ online classroom during the pandemic.

Obviously not every academic program at RMC can be moved entirely online. While there are virtual workarounds for some lab components, for example, there are others need to be done physically on campus. As Dr. Bates went on, “The Deans and their teams, along with our colleagues in IT, have been instrumental in setting up virtual lab environments which respond to input from the students and allow them to observe their results much as they would in a physical lab space. Now with that in mind, there are some critical lab components that are not possible to be delivered on-line.  Currently, we’ve gotten around that by pushing as many of those labs as possible off until the winter term.”

Mention of the winter term also brings up a separate planning process. (As of the publication of this article, the decision regarding the winter term has not yet been made public.) Dr. Bates was quick to praise the efforts of both the Academic Wing and the IT Department back in March:  “They had to adapt in the space of a weekend and they rose to the challenge and did it very well. Now we’ve been able to learn from that and apply those lessons to how we’re looking at the winter term.” Some elements of RMC like Second Language Training, for example, don’t necessarily translate well to the online environment. “For myself, teaching one course means I’m with the students less than an hour a day. The Second Language instructors, in contrast, can be with their students up to five hours a day depending on how many courses they have. What we’ve learned to this point is that we need to find ways to make that sustainable. They’ve really stepped up and they’re doing their best but it is hard.” And technical issues with the quality of sound and video for Second Language students means, ideally, that some students will need to be back at the College in January if at all possible.

Dr. Bates’ in-home set up is a testament to teaching in a COVID environment.

“Teaching in a virtual environment means there are a lot of details that we need to think through that we wouldn’t normally have to consider. Second Language testing, for example, has an oral component normally done over the phone in a specific physical setting. How do we make that work remotely? Can we make it work remotely or do we bring Cadets back to do it here? And those issues extend to academic courses as well. With regards to a test in a traditional classroom, I would take the test papers into the class, distribute them to the students, invigilate the test and collect them when they’re finished. It’s not that simple with online learning and each professor has to take steps to ensure we maintain academic integrity.”

As Dr. Bates was quick to stress, none of this planning and implementation happens by accident and it’s been a team effort from start to finish. “Is it the same as it has been traditionally done at RMC? I would say not quite. But there’s a whole team of people working to ensure that the academic quality doesn’t waiver and the experience for the students is still as RMC as we can make it.”


Le Dr Phil Bates, vice-recteur aux études du CMR, dans une capture d’écran du cours de génie chimique qu’il enseigne en ligne ce semestre.

Pour de nombreux Ancien(ne)s, le concept de « faire le CMR à la maison » soulève probablement des questions. Est-ce même possible ? Est-ce vraiment le CMR si vous n’êtes pas au CMR, physiquement sur la péninsule ? Selon le docteur Phil Bates, vice-recteur aux études du CMR, d’un point de vue académique du moins, ce n’est peut-être pas exactement la même chose, mais c’est proche. Et toute une équipe travaille sans relâche pour s’en assurer.

« Les outils de base que nous utilisons pour faire ce travail sont ceux que les plus jeunes Ancien(ne)s reconnaîtront, Moodle® », a-t-il expliqué. Pour ceux qui ne connaissent pas Moodle, il s’agit du système de gestion de l’apprentissage en ligne du CMR. Il offre la possibilité aux professeurs et aux étudiants de partager des informations et de communiquer entre eux, et permet également d’évaluer la compréhension des étudiants du contenu des cours.

La page d’accueil de Moodle, qui devrait être familière aux Ancien(ne)s récemment diplômés.

« Cela dit, l’expérience est un peu différente selon le cours ». Le docteur Bates explique que certains professeurs utilisent la fonction vidéo de Moodle pour enseigner dans un mode virtuel se rapprochant le plus possible d’une salle de classe traditionnelle. Cette technique exige habituellement que l’apprentissage théorique se fasse en classe, puis que les étudiants s’exercent à résoudre des problèmes à la maison de manière autonome.

Cette transition vers un mode de diffusion en ligne incite de nombreux professeurs à modifier le format traditionnel afin de maintenir la motivation des étudiants. « Ce semestre, en plus de passer à la diffusion en ligne, j’ai décidé d’utiliser l’approche de « classe inversée », dans laquelle les étudiants apprennent la théorie à la maison par eux-mêmes en regardant des vidéos que j’ai réalisées, puis ils résolvent des problèmes pratiques en classe ». Cette méthode, comme l’a décrit le docteur Bates, présente des avantages par rapport aux approches plus traditionnelles. « Après avoir visionné les vidéos chaque semaine, les étudiants répondent à un questionnaire en ligne. L’une des dernières questions est : qu’est-ce que vous n’avez pas compris ? En tant que professeur, je peux alors adapter le contenu en classe directement vers ces problématiques. Nous terminons la semaine avec des exemples de problèmes pour vérifier leur compréhension du contenu de cours ».

La méthode de classe inversée n’est cependant pas sans inconvénient. Le docteur Bates admet d’ailleurs que « cela peut représenter beaucoup de travail et davantage encore pour plusieurs de mes collègues que pour moi. Ce semestre, je ne donne qu’un seul cours en génie chimique qui, avec seulement quatre étudiants, est relativement petit. De nombreux professeurs gèrent plusieurs classes et beaucoup plus d’élèves. En ce qui me concerne, c’est un défi dans la mesure où chaque vidéo que je réalise pour le cours est en fait un spectacle, une performance. Je dois établir des liens concrets et être moins abstrait. Je m’assure aussi que chaque vidéo permet « d’accrocher » les étudiants pour les maintenir engagés. Bien que cela demande beaucoup de travail, j’apprécie vraiment l’expérience. J’aime également les visioconférences avec mes élèves, c’est le meilleur moment de ma journée ».

La classe en ligne du Dr Bates pendant la pandémie.

Évidemment, les programmes universitaires du CMR ne sont pas tous entièrement convertibles en ligne. Par exemple, il existe des alternatives virtuelles pour certaines composantes des laboratoires alors que d’autres éléments doivent se réaliser physiquement sur le campus. Comme le docteur Bates l’indique : « Les doyens et leurs équipes, ainsi que nos collègues des TI, ont joué un rôle essentiel dans la mise en place d’environnement de laboratoire virtuel qui répond aux besoins des étudiants et leur permettent d’observer les résultats d’expérience comme dans un laboratoire physique. Dans cette optique, certains éléments essentiels du laboratoire ne peuvent pas être fournis en ligne. Actuellement, nous avons contourné ce problème en reportant le plus grand nombre possible de ces laboratoires au trimestre d’hiver ».

Le trimestre d’hiver implique d’ailleurs un processus de planification distinct. (Au moment de la publication de cet article, la décision concernant la session hivernale n’était pas encore publique). En mars dernier, le docteur Bates avait rapidement salué les efforts de l’Escadre des études et du département des TI : « Ils ont dû s’adapter en l’espace d’un week-end et ils ont relevé le défi avec succès. Nous pouvons maintenant en tirer des leçons et les appliquer à notre planification du trimestre d’hiver ». Certaines composantes du CMR, par exemple la formation en langue seconde, ne se transfèrent pas nécessairement bien dans un environnement en ligne. « Pour moi, donner un cours signifie que je suis avec les étudiants moins d’une heure par jour. Les professeurs de langue seconde en revanche peuvent être avec leurs étudiants jusqu’à cinq heures par jour selon le nombre de cours qu’ils enseignent. Nous savons désormais que nous devons trouver des méthodes durables. Ils ont vraiment avancé en ce sens et ils font de leur mieux, mais cela reste difficile ». Les problèmes techniques liés à la qualité du son et de l’image que rencontrent les étudiants en langue seconde supposent que certains élèves devront idéalement retourner au Collège en janvier, si possible.

L’installation à domicile du Dr Bates témoigne de l’enseignement dans un environnement COVID.

« L’enseignement en mode virtuel nécessite une réflexion sur de nombreux détails que nous n’avons normalement pas à prendre en compte. Par exemple, les tests de langue seconde impliquent une composante orale qui s’accomplit habituellement par téléphone dans un environnement physique déterminé. Comment l’exécuter à distance ? Peut-on le faire à distance ou faut-il que les Cadets se déplacent ici ? Ces questions s’appliquent également aux cours universitaires. Lors d’un examen dans une salle de classe traditionnelle, j’apporte les copies d’examen dans la classe que je distribue aux étudiants, puis je surveille le test et le récupère une fois terminer. Ce n’est pas si simple dans le cas de l’enseignement en ligne et chaque professeur doit prendre des mesures pour s’assurer que nous maintenons l’intégrité académique ».

Comme le docteur Bates a promptement souligné, cette planification et cette mise en œuvre ne se sont pas produites par hasard et sont le fruit d’un travail d’équipe du début à la fin. « Est-ce la même chose que ce qui se fait traditionnellement au CMR ? Je répondrais : pas tout à fait. Toutefois, toute une équipe de personnes s’assure que la qualité académique ne se détériore pas et que l’expérience pour les étudiants au CMR reste aussi bonne que possible ».