Dr. B Asks, “What are you reading?” / Le Dr B. demande: «Que lis-tu?»

Above: Dr. Behrisch Elce’s ENE110 class hard at work during the collage workshop. / Ci-dessus: La classe ENE110 du Dr Behrisch Elce travaille dur pendant l’atelier de collage.

Article by Dr. Erika Behrisch Elce

OCdt Lindsay Young and artist Nancy Douglas. / Élof Lindsay Young et l’artiste Nancy Douglas.

Last week my ENE110 class and I got a lesson in reading and visual writing from RMC’s roving artist, collagist Nancy Douglas. We’re currently analysing the complex, beautiful Collected Works of Billy the Kid by Michael Ondaatje, a book that crosses generic boundaries between poetry, reportage, and prose with stories of violence and tenderness, isolation and community, nature and nurture, life and death. Nancy guided us through a collage workshop using the Mobius strip as the shape that both carries and collapses these binaries. The themes students worked with were beauty/violence, life/death, human/animal, and myth/biography. And how was the workshop? In a word: amazing!

We had fun flipping through magazines to consider what images might help us express our understanding of these chosen themes, and we glued and coloured with abandon. Everyone produced their own fabulous piece. What Nancy was most impressed with were the abstract patterns that students drew on their strips to augment their chosen images. OCdt Lindsay Young describes her Mobius strip, based on the binary human/animal: “the sharp lines on the human side parallel the violence in human relationships in the book, whereas the softer waves on the animal side of the strip represent a more natural state.” As we learn in class, form is also content, and the way in which something is presented gives us information about it. Putting together the strip is a complex process, with the end twisting before it feeds back into itself, a symbol of eternity, unity and tension—just like the themes in Billy the Kid that never quite get resolved, and keep us thinking.


Article par le Dr Erika Behrisch Elce

OCdt Ian Wyllie attempting the Mobius twist. / L’Élof Ian Wyllie tente la touche Mobius.

La semaine dernière, ma classe ENE110 et moi avons reçu une leçon de lecture et d’écriture visuelle de l’artiste itinérante du CMR, la collagiste Nancy Douglas. Nous analysons actuellement les magnifiques œuvres complexes de Billy the Kid de Michael Ondaatje, un livre qui franchit les frontières génériques entre la poésie, le reportage et la prose avec des histoires de violence et de tendresse, d’isolement et de communauté, de nature et d’éducation, de vie et de mort. Nancy nous a guidés à travers un atelier de collage en utilisant la bande Mobius comme forme qui porte et effondre ces binaires. Les thèmes avec lesquels les étudiants ont travaillé étaient la beauté / violence, la vie / mort, l’humain / animal et le mythe / biographie. Et comment s’est passé l’atelier? En un mot: incroyable!

Nous nous sommes amusés à parcourir les magazines pour voir quelles images pourraient nous aider à exprimer notre compréhension de ces thèmes choisis, et nous avons collé et coloré avec abandon. Chacun a produit sa propre pièce fabuleuse. Ce qui a le plus impressionné Nancy, ce sont les motifs abstraits que les élèves ont dessinés sur leurs bandes pour augmenter leurs images choisies. L’Élof Lindsay Young décrit sa bande Mobius, basée sur le binaire humain / animal: «les lignes nettes du côté humain sont parallèles à la violence dans les relations humaines dans le livre, tandis que les vagues plus douces du côté animal de la bande représentent un état plus naturel». Au fur et à mesure que nous apprenons en classe, la forme est également un contenu et la manière dont quelque chose est présenté nous donne des informations à ce sujet. Assembler la bande est un processus complexe, avec la fin de la torsion avant qu’elle ne se réinstalle en elle-même, un symbole d’éternité, d’unité et de tension – tout comme les thèmes de Billy the Kid qui ne sont jamais résolus et qui nous font réfléchir.