Flashback: 1964 Recruit Obstacle Race / Rétrospective: Course d’obstacles de 1964

1964 Recruit Obstacle Race / Course d’obstacles de 1964

The following is taken from the 1965 Review. / Ce qui suit est tiré de la Revue de 1965.

The 1964 edition of the Recruit Obstacle Race took place October 28. It was a perfect day for the event as the sky was overcast and there was a steady downpour. The seventy-odd recruits of the class of ’68 were lined up and then started by a deafening blast of the Staff Adjutant’s shotgun. Their initial burst carried them across the square, behind the engineering buildings and through the first obstacle—a muddy water-filled ditch. Instead of describing the entire course, it is worthwhile to note a few of the more memorable moments enjoyed by the sadists who watched the race, and by the class of ’68 who struggled through the obstacles. There was the refreshing dip in Cataraqui Bay, and following that the Fort Frederick wall, where the second year had thoughtfully proved the ’68ers with four heavily greased ropes which were discarded in favour of the human-ladder method. Other fond memories are of the countless ascents and descents of the steep slopes of the fort, interspersed with a scramble net and water obstacles, and of the smiling second year, who on the recruits final ascent of the slope, decided that they needed “keening up” and obligingly washed off the muddy recruits with a firehose. The mad scramble through the moat has always been a big attraction, and this year’s was no exception. A memorable picture, shown across Canada in various newspapers was taken when the recruits were scrambling up the greased ramp after having squirmed over ground covered in latex paint. This, of course delighted the spectators to no end. The final event was the potato sack race, followed by hot showers, cold cokes and lids-off. The winner of the race was O/C Brinkman of 5 Squadron; 5 Squadron also won over-all honours with 3 Squadron a close second.


L’édition 1964 de la course d’obstacles des recrues a eu lieu le 28 octobre. C’était une journée parfaite pour l’événement car le ciel était couvert et il y avait une averse régulière. Les quelque soixante-dix recrues de la classe de ’68 ont été alignées (?) Puis déclenchées par une explosion assourdissante du fusil de chasse de l’adjudant-chef. Leur éclat initial les a transportés à travers la place, derrière les bâtiments techniques et à travers le premier obstacle—un fossé boueux rempli d’eau. Au lieu de décrire le parcours dans son intégralité, il vaut la peine de noter quelques-uns des moments les plus mémorables appréciés par les sadiques qui ont regardé la course, et par la classe de 68 qui a lutté à travers les obstacles. Il y a eu un plongeon rafraîchissant dans la baie de Cataraqui, et ensuite le mur de Fort Frederick, où la deuxième année avait judicieusement prouvé les 68e classe avec quatre cordes fortement graissées qui ont été jetées au profit de la méthode de l’échelle humaine. Les autres souvenirs sont les innombrables ascensions et descentes des pentes abruptes du fort, entrecoupées d’un filet de brouillage et d’obstacles d’eau, et de la deuxième année souriante, qui, lors de la dernière ascension des recrues, a décidé qu’elles avaient besoin de “keening up” et obligé de laver les recrues boueuses avec un tuyau d’incendie. La course folle à travers les douves a toujours été une grande attraction, et cette année n’a pas fait exception. Une photo mémorable, montrée à travers le Canada dans divers journaux, a été prise lorsque les recrues grimpaient la rampe graissée après s’être tortillées sur un sol recouvert de peinture au latex. Cela, bien sûr, a ravi les spectateurs sans fin. l’événement final a été la course de sacs de pommes de terre, suivie de douches chaudes, de coke froid et de couvercles. Le vainqueur de la course était élof Brinkman du 5 escadron; Le 5 escadron a également remporté des honneurs globaux, le 3 escadron étant tout près.

One Comment

  • Marvin Sywyk

    March 13, 2020 at 1:46 pm

    Don’t remember much of the race itself, but I do remember how good it felt to be finished. And Ido remember how sadistic our seniors were. Glad I wasn’t like that in my 2nd year.

    Marv Sywyk 7815