Les diplômés de l’éducation permanente témoignent de sa valeur / Continuing Ed Grads Testify to Its Value

In an effort to raise the profile of Distance Education at RMC, eVeritas will be featuring testimonials from Distance Ed graduates over the next several issues. / Afin de rehausser le profil de l’enseignement à distance au CMR, nous présenterons des témoignages de diplômés en éducation à distance au cours des prochaines éditions.

Necole E. Belanger, Chief Warrant Officer, MMM, CD

I entered the Canadian Armed Forces (CAF) as a Military Police Officer with a College Diploma in hand but always had a desire to upgrade my education.  I took many courses throughout my career, including completing the old Officer Professional Development Programme (OPDP), now known as the Officer Professional Military Education (OPME) Programme.  In 2013, when the opportunity arose for me to attend the Non Commissioned Member Executive Professional Development Programme (NEPDP) at Royal Military College (RMC), I was six months away from completing a Bachelor’s Degree from Athabasca University.

Recognizing the unique opportunities that RMC provides to its military members, such as Prior Learning Assessment Recognition (PLAR) for military experience, and the willingness to transfer external credits from other college and university studies, I immediately contacted the Office of the Registrar, who bent over backwards to assist me in not only ensuring I met the requirements of the NEPDP but also informing me, after reviewing my MPRR I could potentially earn a Bachelor of Military Arts and Sciences (BMASc) degree at the same time, if I was willing to take one additional course while on NEPDP.

The NEPDP necessitates the completion of nine credits, four mandatory credits; derived from the OPME and five elective credits in order to receive a Certificate in General Military Studies.  As a result of my earlier career decision to complete the OPME programme, I was immediately granted advance standing for these courses, thus I could meet the ten credit RMC requirement by taking one additional course to obtain the BMASc, which was 100% paid for by the Individual Learning Plan (ILP) offered by the CAF.  Had it not been for the foresight of the Office of the Registrar I would never have known that this was possible and would have ended up just taking nine random electives to fulfil my NEPDP requirement.

The education I received at RMC was top notch, which helped me to enhance the intellectual, analytical and reasoning skills required of me when I assumed my first post tactical position as the Strategic Joint Staff CWO.  From the RMC professors who took a genuine interest in my development, to the tutors I hired to get me through some of the more difficult classes, to the Writing Centre staff, who raised my grade point average each and every time they reviewed my work, I not only graduated from the NEPDP but also became a RMC graduate with First Class Distinction.  Since obtaining my degree I have gone on to publish articles in the Canadian Military Journal (CMJ) and the Royal Canadian Air Force (RCAF) Journal.  And, I have also been afforded the privilege of holding some of the most interesting and rewarding positions the CAF offers for senior Chiefs.  Receiving a military flavoured education aided me greatly in comprehending complicated processes that spawn out of the complex world of institutional leadership, something that would not have been available through a civilian university.

//

Je me suis enrôlée dans les Forces armées canadiennes (FAC) à titre de policier militaire titulaire d’un diplôme collégial, mais j’ai toujours eu envie de poursuivre mes études. J’ai suivi de nombreux cours pendant ma carrière, y compris l’ancien Programme de perfectionnement professionnel des officiers (PPPO), maintenant connu sous le nom de Programme d’études militaires professionnelles pour officiers (PEMPO). En 2013, quand l’occasion s’est présentée de participer au Programme avancé de perfectionnement professionnel des militaires du rang (PAPPMR) au Collège militaire royal (CMR), je n’avais plus que six mois à faire pour obtenir un baccalauréat de l’Université Athabasca.

Connaissant les occasions uniques que le CMR offre à ses membres, telles que l’évaluation et la reconnaissance des acquis (ERA) pour l’expérience militaire, et la possibilité de transférer des crédits universitaires obtenus dans d’autres universités, j’ai immédiatement communiqué avec le bureau du secrétaire général, qui a tout fait en son possible pour m’aider, non seulement pour voir à ce que je satisfasse aux exigences du PAPPMR, mais aussi en m’informant, après avoir revu mon Sommaire des dossiers personnels du membre (SDPM), que je pouvais peut-être par la même occasion obtenir un baccalauréat en arts et sciences militaires, si j’étais prête à suivre un cours supplémentaire pendant le PAPPMR.

Le PAPPMR nécessitait neuf crédits : quatre crédits obligatoires dérivés du PEMPO et cinq crédits en option afin de recevoir un certificat en études militaires générales. À la suite de ma décision plus tôt dans ma carrière de participer au PEMPO, le CMR m’a immédiatement accordé un classement avancé pour ces cours, j’ai pu donc satisfaire aux dix crédits requis par le CMR, en prenant un cours supplémentaire pour obtenir le baccalauréat en arts et sciences militaires, qui a été entièrement payé par le plan d’apprentissage individuel (PAI) offert par les Forces armées canadiennes. N’eût été la prévoyance du bureau du secrétaire général, je n’aurais jamais su que cette option était possible, et j’aurais simplement suivi neuf cours au hasard pour satisfaire aux exigences du PAPPMR.

L’éducation que j’ai reçue au CMR était de haut calibre; elle m’a aidé à perfectionner mes aptitudes intellectuelles, ma pensée analytique et ma capacité de raisonnement qui étaient requises de moi quand j’ai pris mon premier poste après mes affectations tactiques en tant qu’Adjudant-chef de l’État-major interarmées stratégique (EMIS). Grâce aux professeurs du CMR qui se sont véritablement intéressé à mon développement, aux tuteurs que j’ai engagés pour m’aider avec les cours les plus difficiles, aux membres du Centre de rédaction, qui ont fait monter ma moyenne chaque fois qu’ils révisaient mes travaux, non seulement j’ai réussi le PAPPMR mais j’ai obtenu un baccalauréat avec Très grande distinction du CMR. Depuis la fin de mes études universitaires, j’ai publié des articles dans la Revue militaire canadienne et dans La Revue de l’Aviation royale canadienne. J’ai également eu le privilège d’occuper certains des postes les plus intéressants et valorisants que les Forces armées canadiennes ont à offrir à leurs chefs supérieurs. Mon éducation à saveur militaire m’a été fort utile pour comprendre les processus compliqués qui interviennent dans l’univers complexe du leadership institutionnel, un apprentissage que je n’aurais pas pu obtenir dans une université traditionnelle.