• Home
  • /
  • Foundation News
  • /
  • Prix d’excellence en enseignement de la classe de 1965 / Class of 1965 Teaching Excellence Award

Prix d’excellence en enseignement de la classe de 1965 / Class of 1965 Teaching Excellence Award

suite à la soirée officielle consacrée au Prix d’excellence en enseignement

par Sophie Bastien

Soundouss El Kettani a commencé ses études de littérature française au Maroc, où elle a obtenu son baccalauréat. Elle a ensuite fait sa maîtrise et son doctorat à l’Université Laval. Elle a enseigné quelques années au Collège Dawson, à Montréal, et à l’Université McGill. Puis elle est arrivée ici en 2008.

Elle enseigne divers cours au Département d’études françaises, notamment le « Roman du XIXe siècle » (c’est sa première spécialité) et la « Théorie littéraire », mais aussi des cours qu’elle a elle-même créés : la « Littérature arabe francophone », les « Rapports entre la littérature et les autres arts », les « Influences littéraires entre la France et l’Angleterre au XIXe siècle ». Mais les étudiants la connaissent également parce qu’elle en reçoit plusieurs toute l’année au Centre de rédaction, où elle les aide à travailler la langue et plus encore leurs compétences argumentatives, leur logique dans la rédaction.

Elle est aussi chercheure : elle est l’auteure d’une monographie sur Émile Zola, de plusieurs articles et compte rendus, et le 7 novembre a eu lieu le lancement officiel de son premier ouvrage collectif, consacré à l’écrivain libanais Amin Maalouf, aux Presses de l’Université du Québec. Elle fait de plus partie du groupe de recherche « Convergence » à l’Université Guelph, consacré au XIXe siècle.

À titre de directrice du département d’études françaises, c’est moi qui présentais Soundouss le 4 novembre au Curry Hall. J’étais extrêmement heureuse de pouvoir dire publiquement quelques mots d’éloge à son sujet, parce qu’elle est très méritoire ; j’en suis témoin, toujours de plus en plus, depuis son arrivée au Collège il y a 6 ans. Soundouss est une personne généreuse, qui donne sans compter, et c’est ainsi qu’elle travaille comme professeure. Son dévouement auprès des étudiants, son écoute de leurs besoins, son attention à leurs forces et à leurs faiblesses, sa patience… : toutes ces qualités, les étudiants ont le privilège d’en bénéficier! Elle partage aussi avec eux, avec le même entrain, sa passion personnelle pour la littérature et sa curiosité de chercheure. Bref, les compétences pédagogiques sont complètes, chez elle. …Ainsi en est-il de mon admiration et de ma reconnaissance, à son égard.

Lorsqu’elle a enfin pris la parole, après les quelques courtes allocutions préliminaires de circonstance, très vite les auditeurs étaient subjugués! Elle a livré une conférence en français ponctuée de diapos en anglais, avec des images expressives, souvent humoristiques, qui enrichissaient sans le doubler un exposé déjà très animé : jamais je n’ai vu une utilisation si brillante du powerpoint. Le titre qu’elle a choisi, « Baudelaire, Zola et les autres, que diable font-ils au Collège militaire? », interroge la pertinence de la littérature dans la formation des officiers. Or, la réponse qu’elle développait était si solide et étoffée d’exemples, qu’elle répondait en fait à une question plus large, qui concerne l’éducation en général (militaire ou civile, universitaire ou non) : Pourquoi enseigner la littérature? Il en a résulté un hommage à la fois à l’enseignement et aux études littéraires. J’aurais souhaité que l’entendent les plus haut placés de l’Éducation, tant les propos de Soundouss étaient convaincants de justesse et d’intelligence.

Une période était allouée aux réactions de l’auditoire. Quand le Recteur Harry Kowal lui a demandé quelle est sa stratégie pédagogique, Soundouss a démontré sa polyvalence puisqu’elle n’a pas de stratégie unique mais s’adapte avec finesse selon les aptitudes et la personnalité des étudiants. Quand Kodjo Moglo, professeur en génie, lui a demandé ce qu’un esprit cartésien peut tirer des études littéraires, elle a évoqué la capacité d’analyse et le sens de l’observation qui sont sollicités chez l’étudiant pour objectiver ses assertions.

L’assistance était nombreuse – une cinquantaine de personnes – et diversifiée : étudiants, anciens du CMRC, professeurs, professeurs retraités et certains émérites, collègues de Queen’s, et la famille de Soundouss évidemment. Mais il y avait unanimité dans l’enthousiasme!

More photos by Rod McDonald  here

xxx

The role of the French Literati at a military college.

article by Dr. Billy Allan

On Tuesday 4 November, the winner of the Class of 1965 Teaching Excellence Award enthralled a Currie Hall audience with a presentation on the role of the French Literati at a military college.

The Head of the Department, Dr. Sophie Bastien introduced Dr. Soundouss El Kettani, herself an authority on literature from the 19th c, and Franco-Arabic literature in particular. Over 45 minutes, Soundouss explored the role of literature in exposing the nature of a culture, or a peoples’ character to those who study it. She explained how the student must depart from the stories themselves and let the literary work expose aspects of humanity beyond the covers of the books.

Her own experience during the hiring process at RMC was itself illustrative: anticipating an emphasis on military literature, or war-time themes, she was surprised by the challenge from the hiring committee to describe her understanding of Flaubert. To a broad audience of students, fellow French Studies professors and Professors Emeriti, Humanities, Scientists and Engineers, graduate and undergraduate students, Soundouss explained that the military themes are never far from the themes of Francophone-Arabic writers. Yet that is a statement of their experience, just as the naturalism and societal themes explored by Zola or Baudelaire purport to the fin-de-siècle experience in France, Europe and even the New World.

At the end of a very entertaining presentation, Dr. El Kettani responded to questions ranging from the challenges of teaching engineers and scientists, a demand to recommend a singularly important work for the Anglophone or allophone student, and probes into her philosophy of teaching itself.

Needless to say, the indefatigable Class of 1965 populated the front rows, and participated in the question and answer session. From that Class, Mr. Steve Arnold reminded those assembled of the history of the award, its goals and included its recent successes: the establishment of a twin award at CMR (SJ). Also from the class, Gen(Ret’d) Charles Émond presented the award itself, a $5000 cheque. Mr. Jim Carruthers, President of the Board of Directors for the RMC Foundation (photo above right), proud and generous sponsors of the event, explained the contributions of that organization to excellence across the board at RMC, highlighting the little-known dominance of academic contributions amongst other domains at RMC.

A commemorative framed copy of the poster announcing her public presentation has been prepared as well, with the support of the Class of 1965 and the RMC Foundation. The Class of 1965 were the background hosts, providing for an excellent reception to follow in the Baronial Hall, and flowers for Dr. El Kettani.

The Department of French Studies was out in force, celebrating their colleague and her presentation. They kindly provided a tasty hor-d’oeuvres and plentiful sparkling wine to complement the goodies prepared by Sgt McCartney and Cadet Dining Hall staff. It was a grand occasion.

More photos by Rod McDonald here