Qu’est-ce qui se passe au CMR Saint-Jean

MESSAGE IMPORTANT

Pour des raisons hors de notre contrôle, certaines inscriptions aux activités du week-end de réunion au CMR Saint-Jean ont peut-être été perdues. Veuillez vérifier la liste suivante afin de vous assurer que nous avons bien reçu votre inscription. Vous pouvez toujours vous inscrire via le site du Club des CMR, au lien suivant http://www.rmcclub.ca/StJean/Reunion.html. Ou en communiquant avec la maison Panet au 1-888-386-3762 ou 12944 André Durand 450-359-7452 [email protected]

IMPORTANT NOTICE

For reasons beyond our control, registrations for RMC Saint-Jean reunion week-end might have been lost.Please check the list following to make sure we got your registration. You can still registred through the RMC Club site at http://www.rmcclub.ca/StJean/Reunion.html or by calling Panet House at 1-888-386-3762 or 12944 André Durand at 450-3597452, [email protected]


WEEK-END DE REUNION AU CMRSJ

REUNION WEEK-END AT RMCSJ

Membres de la Vieille Brigade

Members of the Old Brigade

APPEL AUX ANCIENS, COURSE À OBSTACLES, CMR SAINT-JEAN, 3 septembre 2010, 09h00

CALL TO EX-CADETS, OBSTACLE COURSE, RMC ST-JEAN, 3 SEPTEMBER 2010, 0900hrs

______________________________________

Les inspections matinales font partie de la routine quotidienne des élèves-officiers qui participent au programme d’orientation du Collège militaire royal Saint-Jean. (Photo Crédit : M. Mario Poirier)

Coude à coude, alignés!

Par Élève-officier Amylie Plante-Poirier

C’est le 1er août dernier que 142 jeunes des quatre coins du Canada ont fait leur arrivée aux portes du Collège militaire royal Saint-Jean (CMR Saint-Jean) pour entreprendre leur initiation à la vie militaire.

Tout au long du programme d’orientation qui s’achèvera le 3 septembre 2010, ces nouveaux aspirants officiers des Forces canadiennes devront, à travers un endoctrinement rigoureux comprenant l’apprentissage de connaissances militaires, d’exercices élémentaires ainsi que de quotidiennes séances d’activité physique, assimiler le mode de vie et la culture militaire.

Au CMR Saint-Jean, les journées sont longues et les nuits courtes. Un horaire, chargé des différents éléments énumérés ci-haut, guide les élèves-officiers (élof) à travers leur journée d’approximativement dix-huit heures. Le réveil, brutal diront certains, s’effectue habituellement aux aurores, vers cinq heures, et est suivi d’un entraînement d’escadron. « Se réveiller si tôt pour faire de l’exercice physique peut sembler ardu », admet l’élof Anthony D. Poirier, sans tarder d’ajouter que « se sont pourtant ces périodes de conditionnement matinales qui font démarrer la journée du bon pied »! Entrecoupée par les repas, une journée typique du programme d’orientation au CMR Saint-Jean est une succession de cours et d’exercices jusqu’à la tombée du jour. L’arrivée du soir n’amène pas néanmoins avec elle un répit pour les élof. C’est pendant ces quelques heures qu’ils peuvent se préparer à l’inspection du lendemain matin en s’affairant au nettoyage du dortoir, au cirage de leurs chaussures et à s’assurer que tous possèdent un standard élevé et similaire. C’est un travail qui requière de l’entraide, une bonne communication et qui est impossible de réaliser sans la participation de tous les membres.

Si on me demandait de définir en quelques mots l’ensemble de ce que j’ai appris lors des dernières semaines, je dirais sans hésiter que c’est l’importance du travail d’équipe. Bien que les journées soient longues, parfois pénibles et éreintantes, chacune des composantes du programme sont basées sur le travail d’équipe, la cohésion, le développement d’un sentiment d’appartenance et la fierté d’être un membre à part entière, à petite échelle, de son escadron, et sur une plus grande échelle, de la famille des Forces canadiennes. L’élof Stéphanie Blais l’exprime parfaitement : « Jamais je n’aurais cru possible de m’attacher à des gens aussi vite. Mon escadron est comme ma nouvelle famille »! Nos familles sont loin, mais maintenant, nous savons que nous pouvons compter les uns sur les autres face à l’adversité. Travailler ensemble pour le bien d’une seule cause, voilà ce qui nous amène tous ici. Vérité. Devoir. Vaillance. La devise du CMR et trois mots qui définiront certainement les prochains mois de nos vies et qui les changeront à tout jamais.

La fin du programme d’orientation approche. Les élof séniors sont de retour au CMR Saint-Jean et les sujets de conversations s’amenuisent et convergent vers un seul sujet : la fameuse course à obstacles du 3 septembre, passage obligé des nouveaux élof de CMR Saint-Jean. Nous vous invitons d’ailleurs à venir voir ce dont nous, les candidats de la rentrée 2010, sommes capables! L’excitation est palpable à l’approche de cette date fatidique. Peut-être serez-vous parmi nous pour être témoin de la victoire du meilleur escadron et assister à la parade où nous exhiberons toute notre fierté que nous avons de faire partie intégrante de l’Escadre des élof.

L’élève-officier Frédérick Langlois effectue sa première évaluation physique lors du programme d’orientation qui se tient au Collège militaire royal Saint-Jean jusqu’au 3 septembre 2010. (Photo Crédit : M. Mario Poirier)

__________________________

“J’ai toujours voulu travailler à aider les gens”

– un article de Daniel Rancourt

Dimanche après-midi 13 juin 2010: il fait beau, il fait bon à Loretteville, en banlieue de Québec. N’est-ce pas le bon moment pour aller faire une marche dans le quartier en famille? Le capitaine Carl Gosselin, 37 ans, qui travaille au Collège militaire royal de Saint-Jean, sort de la maison et attend sa conjointe, France, tout en parlant avec un voisin.

Soudainement, il entend un cri “pas normal”, un cri de détresse provenant d’une zone située à plus de 200 pieds, trois ou quatre maisons plus loin. Capitaine Gosselin se dirige en direction de la source du cri.

Après quelques instants, il découvre entre une imposante haie de cèdre et un voilier en cale sèche haut d’une vingtaine de pieds (6 mètres), un individu d’une cinquantaine d’années, inconscient et gisant face contre terre.

“L’homme semblait en état de choc. J’ai pensé qu’il avait eu un malaise cardiaque: il essayait de respirer, de “prendre son air”, et il était secoué de convulsions; il semblait lutter pour sa survie”, décrit le capitaine Gosselin. Heureusement, Carl Gosselin a suivi des cours de premiers soins, de secourisme et de réanimation cardiorespiratoire (RCR). Il connaît la « drill » des premiers soins!

Il fallait que je lui permette de respirer, raconte le capitaine Gosselin. Doucement, je l’ai tourné sur le côté et après quelques secondes, les yeux révulsés qu’il avait un moment plutôt sont revenus à la normale… Puis j’ai commencé à lui parler d’une voix forte, claire et directe, l’interpellant directement, lui posant des questions simples pour qu’il puisse répondre par oui ou non. Je lui ai dit de demeurer éveillé: je ne veux pas que vous vous endormiez. Ce n’était pas une option”.

Il fallait évacuer l’homme. “J’ai crié fortement: Au secours, j’ai besoin d’aide. La voisine de l’autre côté de la haie de cèdre a entendu mon cri et est venue avec un téléphone. Je lui ai demandé de faire le 9-1-1 et demander une ambulance. Pendant que je continuais de m’occuper du monsieur, elle faisait l’intermédiaire entre le répartiteur d’Urgences-Santé et moi, lui transmettant ce que je pouvais observer de l’état de l’homme”, continue Carl Gosselin.

Mis à part une entaille apparente au front, après un examen sommaire fait en tâtant délicatement les bras, les jambes, le corps de l’homme, ce dernier semblait avoir une blessure souffrante à la hauteur de la hanche. “Quand je l’ai touché à la hanche, il m’a demandé de ne pas le toucher parce que ça faisait mal. Puis, en parlant avec lui, il m’a expliqué qu’il était tombé du voilier et s’était frappé la tête sur le bôme (le mât horizontal auquel est fixée la voile)”.

Puis les ambulanciers sont arrivés: on a installé un matelas gonflable sous le blessé, on l’a mis sur la civière et ils l’ont emmené à l’hôpital”, explique le capitaine Gosselin.

Le capitaine Carl Gosselin est revenu à son travail au Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean) le soir même et a passé la semaine à Saint-Jean sans avoir de nouvelles de l’incident. Mais quand il est retourné à Loretteville: “Disons que le voisinage avait changé. Auparavant, les gens savaient que j’étais militaire, mais là, ils m’avaient vu en action, ou ils en avaient entendu parler, et il y avait une reconnaissance de leur part. Moi, ça m’a donné confiance, ça m’a montré que j’étais capable d’être au cœur de l’action, de savoir agir et réagir dans de telles circonstances. Ici, au Collège militaire, on veut transmettre aux élèves-officiers l’idée d’être prêts à prendre l’initiative, de ne pas craindre de prendre le leadership lors d’événements. C’est en relation directe avec les quatre piliers du CMR (académique, leadership, sport et bilinguisme). Et c’est notre responsabilité de militaire”, conclut le capitaine Carl Gosselin.


@photo:Le capitaine Carl Gosselin, officier des projets, division du soutien des opérations, et officier des sports au Collège militaire royal de Saint-Jean.

@Crédit Photo: Daniel Rancourt

@photo:Michel Arpin, un ancien militaire, remercie du fond du cœur le capitaine Carl Gosselin, un voisin et désormais un ami: “Sans lui, qui sait ce qui serait arrivé?…”

__________________________

xxxxxxxxx

Caption: New ROTP Officer Cadets train as hard physically as mentally during their two week long orientation program held at Royal Military College Saint-Jean from Aug 8th to 22nd.

(Credit Photo : Cplc Josée Vaillancourt)

A KICK START AT RMC SAINT-JEAN

By OCdt K.H. Grohe

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU, QC: Basic military knowledge, discipline, drill, and physical training ; the future officers of the Regular Officer Training Plan (ROTP) are getting ready to start their degrees at civilian universities by completing a two week long orientation program held at the Royal Military College Saint-Jean (RMC Saint-Jean) from the 8th August to 22nd August 2010.

The students attend classes which focus on subjects such as military ethics and nutrition, in addition to traditional military concepts. These courses give students an introduction to life in the military and are also vital to their civilian studies. Through this rigorous course, students quickly learn important life skills. They cover time management, basic finance classes, and how to wash laundry – especially important for students just beginning their University careers.

Teamwork is taught everywhere during this orientation. Days are long and very busy, and the workload is only manageable once students begin to learn to work together. As an engineering student, I know that this is an essential skill for any aspiring professional. However, teamwork is seldom directly taught at University, and so these young Naval and Officer Cadets are being given an edge over their civilian counterparts.

The program is run by RMC Saint-Jean staff in conjunction with civilian professionals and specialists. Many of the instructors are active military members and have performed their duties in Afghanistan and other missions of the Canadian Forces. Collectively, they offer several decades of military experience to offer their students. These dedicated instructors work deep into the night and early in the morning to move the students through their lessons.

Bonds between the students develop quickly during such intense training. Humour mixes with discipline as the students learn and go about their new duties. The squadron has swung from laughter at their mistakes to push-ups and then to pride as each student learns their lessons.

Bilingualism is stressed throughout the course. Lessons, as well as meal-time conversation, are in both official languages. Students are encouraged to get to know their peers, and to start developing friendships and professional relationships. These connections are important in the Canadian Forces, which have recognized the need for the all around well-being of its members. To this end, students are introduced to the many social programs offered through the Canadian Forces. These programs keep Canadian Forces members in the top condition where they can best perform their duties.

Upon graduation from the program, we look forward to a fully subsidized education at a civilian university and a promising career as an officer in the Canadian Forces. The program is intended to help us as candidates to become leaders and to show us how to realize our potential so that we will excel.