Qu’est-ce qui se passe au CMR Saint-Jean

Vignette photo

Avant de venir au Collège, le Sgt Bernard comptait déjà 15 ans de service au sein des FC, toutes passées avec le R22eR à Valcartier. Durant ces 15 ans, il a participé à cinq missions à l’étranger, dont une à Haiti, une en Bosnie et trois en Afghanistan en l’espace de 5 courtes années

Le parcours d’un 22 au CMR Saint-Jean

– un article du Capitaine Eric Le Marec, Officier d’affaires publiques du CMR Saint-Jean

Fier membre du Royal 22e Régiment, le Sergent (Sgt) Martin Bernard, travaille au Collège militaire royal de Saint-Jean depuis l’été 2010. À titre de Sgt d’escadron d’un des trois escadrons d’élèves-officiers (élof), son rôle est de contribuer à l’entraînement des élof, de les familiariser avec le travail des militaires du rang et le rapport professionnel que ces derniers entretiennent avec les officiers ainsi que de seconder le Cmdt d’escadron.

Avant de venir au Collège, le Sgt Bernard comptait déjà 15 ans de service au sein des FC, toutes passées avec le R22eR à Valcartier. Durant ces 15 ans, il a participé à cinq missions à l’étranger, dont une à Haiti, une en Bosnie et trois en Afghanistan en l’espace de 5 courtes années. D’ailleurs, ce sont surtout les missions qui le motivent à demeurer dans les FC au sein du R22eR.

« Ce sont les défis en Afghanistan qui viennent me chercher, explique le Sgt Bernard. Les entraînements sont très réalistes, mais ça reste de la simulation. Dans une mission, on met en pratique ce qu’on a appris et on est constamment sur le qui-vive parce qu’on sait que n’importe quoi peut arriver n’importe quand.»

A titre de Commandant de section au sein du R22eR, le Sgt Bernard est responsable d’une patrouille de 10 soldats. En outre, il a l’entière responsabilité de la patrouille, il donne ses ordres, assure la communication au niveau supérieur et avec la patrouille et veille à ce que cette dernière accomplisse la mission avec succès.

Les souvenirs de mission du Sgt Bernard comportent évidemment des hauts et des bas, des moments de joie et de tristesse. Durant la période de décompression à Chypre à la fin de sa mission ROTO 3 en 2007, il se souvient d’avoir trinqué avec les autres Cmdt de section au fait qu’ils avaient terminé la mission avec tous leurs hommes : « c’était un moment fort, de grande joie, de fierté et d’émotion », raconte le Sgt Bernard. Mais il a également vécu des moments plus difficiles : durant la période de vacances mi-tour au courant de la ROTO 7 en 2009, il a appris le décès d’un membre de son peloton par l’entremise des médias. « Ça a été dur. Instantanément, j’étais mentalement en Afghanistan, explique le Sgt Bernard. Je voulais retourner en Afghanistan pour pleurer la perte d’un des nôtres avec mes collègues. »

Les expériences et le vécu du Sgt Bernard lui permettent de contribuer au développement des élof du CMR Saint-Jean. A titre de Sgt d’escadron, le Sgt Bernard est dans une position idéale pour faire comprendre aux élof le rôle des militaires du rang au sein des FC, tant en garnison qu’en opération. En observant les élof dans les rôles de leadership qui leur sont assignés au Collège, le Sgt Bernard est en mesure de faire des interventions ponctuelles auprès d’eux dans le but de les aider à perfectionner leur leadership.

« C’est un emploi valorisant, explique le Sgt Bernard. Je contribue à former les élof et à les préparer à leur carrière dans les FC.» En effet, le CMR Saint-Jean, dont la mission est de former et de développer des leaders de premier ordre, compte relativement peu de militaires du rang, et ceux-ci jouent un rôle important dans le développement des élof.

Vignette photo

Les expériences et le vécu du Sgt Bernard lui permettent de contribuer au développement des élof du CMR Saint-Jean. A titre de Sgt d’escadron, il est dans une position idéale pour faire comprendre aux élof le rôle des militaires du rang au sein des FC, tant en garnison qu’en opération.

_____________________________________

Photo1 :

Réalisé par les professeurs Francis Clermont et André Séguin du Centre de Perfectionnement Professionnel des Militaires du Rang (CPPMR), le documentaire sur l’art d’être soldat-diplomate a été présenté à une cinquantaine de membres du personnel du CMR Saint-Jean à l’amphithéâtre de l’édifice de Léry.

Crédit photo : Mario Poirier

Une conférence sur l’art d’être soldat-diplomate

– un article de Major Martin Couët, secrétaire-général au Collège militaire royal de Saint-Jean

Dans le cadre des conférences de développement professionnel du Commandant du Collège Militaire Royal de Saint-Jean, le 19 janvier 2011 a eu lieu la présentation officielle du documentaire « L’art d’être soldat-diplomate. L’expérience des militaires du rang canadiens à Chypre ». Réalisé par les professeurs Francis Clermont et André Séguin du Centre de Perfectionnement Professionnel des Militaires du Rang (CPPMR), le documentaire a été présenté à une cinquantaine de membres du personnel du CMR Saint-Jean à l’amphithéâtre de l’édifice de Léry. Outre le Colonel Maillet, commandant du CMR Saint-Jean, aussi présents étaient le Lieutenant-général (retraité) Michel Maisonneuve, Directeur des études au CMR Saint-Jean qui a servi trois fois à Chypre et commandé le contingent canadien, ainsi que le Major-général (retraité) Alain Forand, qui a été décoré de l’Étoile du Courage pour sa bravoure à Chypre en 1974.

Basé sur le cas d’exemple que représente l’opération de paix des Nations Unies à Chypre, ce nouveau documentaire présente les fondements historiques et théoriques des opérations de paix, tout en décrivant l’historique du conflit chypriote et l’intervention de la communauté internationale, en particulier celle du Canada. En trame de fond, le documentaire propose la thèse selon laquelle les soldats doivent non seulement exercer leurs tâches habituelles et classiques basées sur l’utilisation de la force, mais aussi, et peut-être même avant tout, être des diplomates sur le terrain.

Dans le cadre de l’opération Snowgoose, les Forces canadiennes ont été présentes à Chypre de 1964 à 1993, dans le cadre de ce qu’on pourrait appeler une mission de maintien de la paix traditionnelle. Les deux belligérants, dans ce cas-ci les Chypriotes-Grecs et les Chypriotes-Turques, avaient conclu d’un accord de cessez-le-feu permettant à des troupes internationales de pouvoir occuper une zone-tampon entre les deux factions. Cet accord a permis aux Nations-Unies de déployer ce qui a communément été appelée la UNFICYP, United Nations Peacekeeping Force In CYPrus, la Force de maintien de la paix des Nations-Unies à Chypre. Cette force est toujours présente à Chypre à ce jour, bien qu’avec des effectifs plus réduits. Au plus fort de sa contribution, les Nations-Unies avaient 7 000 militaires déployés à Chypre; il en reste maintenant environ 860 aujourd’hui.

Durant les 29 ans où le Canada a participé à cette mission, près de 25 000 Canadiens ont été déployés à Chypre, dans le cadre de 59 contingents différents de la taille d’un bataillon. Plusieurs de nos militaires y sont allés à plus d’une reprise, et 28 y ont même laissé leur vie. Le documentaire a clairement démontré que nos troupes, du simple soldat au général, ont souvent dû agir en tant que diplomates beaucoup plus qu’en militaires, pour ne pas attiser les tensions qui existaient entre les deux forces en présence. On est même allé jusqu’à dire que nos militaires ont dû maîtriser l’art d’être soldats-diplomates, ce qui est encore le cas aujourd’hui dans un théâtre comme l’Afghanistan où les interactions de nos troupes avec la population locale sont d’une importance capitale dans l’établissement de relations favorables durables avec ces gens.

Bien que traitant d’un sujet qui est moins d’actualité au Canada de nos jours, cette présentation nous a rappelé que la participation militaire canadienne à Chypre a été pendant longtemps la pierre angulaire de notre contribution militaire auprès des Nations-Unies, et au sein de notre politique de défense. De plus, c’est beaucoup grâce à cette contribution que le Canada s’est taillé une réputation fort enviable sur l’échiquier mondial en tant que spécialiste du maintien de la paix. Un retour sur l’historique du conflit chypriote, et aussi sur notre implication passée, a été grandement apprécié de tous ceux qui ont assisté. Félicitations au personnel du CPPMR pour la réalisation de ce documentaire !

Photo 2 :

Dans le cadre des conférences de développement professionnel du Commandant du CMR Saint-Jean, le 19 janvier 2011 a eu lieu la présentation officielle du documentaire « L’art d’être soldat-diplomate. L’expérience des militaires du rang canadiens à Chypre ».

Crédit Photo : Mario Poirier