• Home
  • /
  • As I See It
  • /
  • Reflections from Mesopotamia – An ex-Cadet in Iraq, Part 2 / Réflexions de la Mésopotamie – Un ancien élève-officier en Iraq, Deuxième partie

Reflections from Mesopotamia – An ex-Cadet in Iraq, Part 2 / Réflexions de la Mésopotamie – Un ancien élève-officier en Iraq, Deuxième partie

For Part 1 of this series please see here. / Pour la partie 1 de cette série, veuillez voir ici.

Reflections from Mesopotamia – An ex-Cadet in Iraq Part 2

Article by 20478 BGen Chris Ayotte (CMRC 1996)

The Key to Success

In the winter of 2019, I found myself at the United States Military Academy for the annual West Point weekend competitions and was fortunate enough to sit in on a leadership class with a group of third and fourth year Cadets; I was joined by WO Millar and the CWC, OCdt Price. The 90 min discussion focused on the importance of a leader’s character in fulfilling their responsibilities. Now, I can truthfully say that although it was a useful and often lively discussion, most of it included the usual topics you would expect from this type of conversation; however, the comment that, unsurprisingly, rose above all others, came from WO Millar at the close of the session. He said, “Start with being a good person and everything will build off that.”

I have reflected on those words many times over the course of the year and I have drawn several conclusions. There is little doubt that having the right personal attributes to be a member of the profession of arms starts with being a good person who treats others with dignity and respect. These attributes, amongst others, are what comprise a person’s character and drive their actions. Leaders whose characters diverge from our core values (see Duty with Honour if these qualities are unclear to you) will always struggle within our profession simply because what we are charged with doing on behalf of our nation is personally taxing (coping with placing people at risk, dealing with ambiguous enemies, navigating different cultures, holding people to account, etc). In this piece, I will attempt to explain the importance of character and reinforce the incredible opportunity RMC provides you to be able to build character and be ready to “get after it” everyday – whether in or out of uniform.

During my recent posting at RMC, it was often lamented to me by the Naval and Officer Cadets that they wanted RMC to be as closely aligned to life in the CAF, or the “real world”, as possible.  At the time I interpreted this request, rightly or wrongly, to be a declaration that the College is artificial and does not prepare our young officers for the realities of the future. In hindsight, theirs was a fair point to raise, especially when one does not have experience to use as a reference point to confirm or deny this assertion. There is no doubt that RMC has many “real world” aspects if you understand what your challenges will be once you commission; furthermore, once you are aware of what the future holds, it will become abundantly clear why character matters.

RMC brings together Canadians from all parts of the country into a single team. This team is very diverse with our Naval and Officer Cadets having different ethnic backgrounds, first languages, sexual orientations and gender identities, spiritual beliefs, and cultures, not to mention everyone having a unique personality. Everything that is required to bring these strangers together into a team would not be possible without good people having the strength of character to do so.  Leading, mentoring, coaching, supporting, and holding people accountable are all actions that draw heavily on a leader’s personal attributes which is why , in my experience, these actions cannot be achieved without good character as a foundation. As the weight of responsibility and effort draws an ever-increasing amount from the leader’s personal reserves, character becomes the connective tissue that holds it all together. It doesn’t matter if you are leading at RMC (with or without bars), commanding any of the countless teams in the CAF, or a member of an international coalition in some distant land, your character matters and will be a key factor to success.  To be clear, there are countless opportunities to develop your character at RMC which will prepare you for commissioned service. In an effort to underscore this argument, perhaps I can use my present circumstances to reinforce the value of the college and the importance of character.

I often hear WO Millar’s words as I go about my daily duties in Baghdad. In addition to my team comprised of 15 nations, there are many more nations that form the basis of Operation INHERENT RESOLVE across Iraq and Syria. I have an ongoing challenge to not only communicate with people of different nations, but to also try and understand the context from which they are approaching problems; the Canadian lens is only one of many that needs to be considered. The effort required to incorporate multiple perspectives, stay mission focused, and manage various abilities and caveats can be significant; however, the integrity of the Coalition is of the utmost importance so taking the path of least resistance by only working with certain countries is not an option. At the end of the day, things get done in a large coalition because we treat each other with respect and decency, and this behavior transcends language, culture, and agendas. There is no quicker way to erode trust and fracture relationships than with disrespect and marginalization. It can be frustrating for all involved to navigate the intricacies of coalition warfare, but we must always remember that military coalitions are established not to fight each other, but to fight a common enemy. In my time with this mission, I can say without hesitation that the team I work with is a group of really good people who have come together to defeat a group of truly evil people. I work with citizens of the global village and the respect and comradery I see demonstrated day in and day out is humbling. This foundation of respect and trust is what allows the generation of military effects and ultimately achieves military end states. The character we need on operations is not developed on operations, but everyday back home. Naval and Officer Cadets, prepare to copy – the military immersion you receive at RMC is providing you the right environment to develop the character needed for the challenges ahead. These challenges will not reduce in number nor complexity so if you are not striving to be better tomorrow, you need to be. Character matters.

Final Thoughts

As I will try to do for each article, here are some observations that may help distill the message to the most important pieces. These will start to get repetitive which is important for retention.

  • If you want to be a better anything (person, athlete, student) spend time surrounded by people who excel in those domains; iron sharpens iron.
  • None of us are perfect and we all fail ourselves at times. Try and be just a little better tomorrow (credit to Capt Nick Payne). Slow and persistent self-improvement will lead to enduring and resilient change; let past failure fuel future success.
  • Acknowledge failures and apologize for mistakes immediately as bad news does not get better with time. You will demonstrate strong character by admitting when you have let yourself and others down.
  • If you wouldn’t treat a family member or close friend in that way then you have probably missed the mark so apologize and adjust.

In closing, there have only been around 30,000 Canadians to ever march through the arch (or equivalent at CMR and Royal Roads) and far less have graduated from our service colleges. These women and men have gone on to do amazing things and it is rare to meet an ex-Cadet who does not credit the College, in small or large part, to their achievements in life. You are part of an incredible tradition and you must take full advantage of the opportunity to prepare yourself for the rigors of leading in the modern battle space. Whatever role you will fill in the Canadian profession of arms, character is essential to success.

//

Réflexions de la Mésopotamie – Un ancien élève-officier en Iraq partie 2

Article de 20478 Bgén Chris Ayotte (CMRC 1996)

La clé du succès

Pendant l’hiver de 2019, je me suis retrouvé à la United States Military Academy à l’occasion des compétitions de fin de semaine annuelles de West Point et j’ai eu la chance d’assister avec l’adjudant Millar et le COMA, l’élève-officier Price, à un cours de leadership avec un groupe d’élèves‑officiers de troisième et de quatrième année. La discussion de 90 minutes portait principalement sur l’importance du tempérament du leader dans l’exercice de ses responsabilités. Je peux maintenant dire avec confiance que même si la discussion a été utile et souvent animée, elle portait en majeure partie sur les sujets habituels que vous attendriez de ce type de conversation, mais, comme on pouvait s’y attendre, l’observation qui a dominé toutes les autres est venue, à la fin de la séance, de l’adjudant Millar : « Soyez avant tout une bonne personne; tout découle de ce principe. »

J’ai, à de nombreuses reprises, réfléchi à ces paroles au cours de l’année et j’en ai tiré plusieurs conclusions. Il y a peu de doute que les bonnes qualités personnelles nécessaires pour exercer la profession des armes partent du fait que l’on est une bonne personne qui traite les autres avec dignité et avec respect. Ce sont ces qualités qui, entre autres, constituent le tempérament d’une personne et sont le moteur de ses actions. Les leaders dont le tempérament diverge de nos valeurs de base (voir Servir avec honneur, si ces qualités ne sont pas claires pour vous) vont toujours avoir au sein de notre profession du mal simplement parce que ce que notre pays nous charge de faire est sur le plan personnel pénible (composer avec le fait que nous exposons des gens au danger, affronter des ennemis ambigus, s’y retrouver dans différentes cultures, tenir les gens responsables et ainsi de suite). Je vais dans le présent article essayer d’expliquer l’importance du tempérament et de renforcer la chance incroyable que le CMR vous offre de forger votre caractère et d’être prêt chaque jour à « vous améliorer », en uniforme comme en civil.

Pendant ma récente affectation au CMR, les aspirants de marine et les élèves-officiers m’ont souvent dit qu’ils souhaitaient que le CMR soit le plus proche possible de la vie dans les FAC, c’est‑à‑dire du « monde réel ». J’ai alors, à tort ou à raison, pensé que ce souhait indique que le Collège est artificiel et qu’il ne prépare pas nos jeunes officiers aux réalités de l’avenir. Quand j’y repense, ils faisaient bien d’en parler, surtout parce qu’ils n’ont pas l’expérience qui sert de point de référence pour confirmer ou infirmer cette assertion. Il n’y a pas de doute que le CMR compte de nombreux aspects correspondant au « monde réel » si vous comprenez les défis que vous aurez à relever une fois que vous aurez obtenu votre commission; de plus, lorsque vous serez conscient de ce que l’avenir vous réserve, l’importance du tempérament deviendra très claire.

Le CMR réunit au sein d’une même équipe des Canadiens de toutes les parties du pays. Cette équipe est très diversifiée, car nos aspirants de marine et nos élèves-officiers ont des origines ethniques, des langues maternelles, des orientations sexuelles et des identités de genre, des croyances spirituelles et des cultures différentes, sans mentionner une personnalité propre à chacun. Tout ce qui doit être fait pour que ces étrangers forment une équipe ne serait pas possible si des personnes qui sont bonnes n’ont pas la force de caractère nécessaire. Mener, servir de mentor, encadrer, soutenir et tenir les gens responsables sont dans tous les cas des actions qui dépendent grandement des qualités personnelles du leader et c’est pourquoi, selon mon expérience, ces actions ne peuvent pas se concrétiser si elles ne reposent pas sur un bon tempérament. Plus le poids de la responsabilité et de l’effort oblige un leader à puiser dans ses réserves personnelles, plus le tempérament devient le tissu connectif qui tient le tout ensemble. Il importe peu que vous soyez en position d’autorité au CMR (avec ou sans insigne), que vous commandiez l’une des innombrables équipes des FAC ou que vous soyez membre d’une coalition internationale dans un pays lointain; votre tempérament importe et il sera un élément clé du succès. Soyons clair : il existe au CMR d’innombrables possibilités de vous améliorer qui vont vous préparer à votre carrière d’officier. Je peux peut‑être, pour souligner cet argument, me servir de ma situation actuelle pour renforcer la valeur du collège et l’importance du tempérament.

J’entends souvent les paroles de l’adjudant Millar au cours de mes fonctions quotidiennes à Bagdad. À mon équipe dont les membres proviennent de 15 pays s’ajoutent beaucoup d’autres pays qui sont la base de l’opération INHERENT RESOLVE en Iraq et en Syrie. Je dois constamment communiquer non seulement avec des gens de pays différents mais aussi essayer de comprendre la façon dont ils abordent les problèmes; la perspective canadienne n’est qu’une de celles dont il faut tenir compte. L’effort nécessaire pour intégrer des perspectives multiples, rester concentré sur la mission et gérer diverses aptitudes et restrictions peut être considérable; toutefois, comme l’intégrité de la Coalition est de la plus haute importance, travailler seulement avec certains pays pour éviter les difficultés n’est pas une solution. En fin de compte, dans une grande coalition, nous accomplissons nos tâches seulement parce que nous nous traitons de façon respectueuse et avec courtoisie et ce comportement transcende la langue, la culture et les intentions. Rien n’érode plus vite la confiance et ne brise plus vite des liens que le manque de respect et la marginalisation. Il peut être pour toutes les entités en cause frustrant de s’y retrouver dans les subtilités d’une guerre de coalition, mais nous devons toujours nous rappeler que les coalitions militaires sont mises sur pied non pas pour se combattre mais plutôt pour combattre un ennemi commun. Je peux sans hésitation dire que, pendant ma présence au sein de cette mission, l’équipe avec laquelle je travaille est un groupe de personnes vraiment bonnes qui se sont réunies pour défaire un groupe de personnes vraiment mauvaises. Je travaille avec des citoyens du village planétaire et le respect et la camaraderie qui sont démontrés chaque jour génèrent un sentiment d’humilité. C’est cette base de respect et de confiance qui permet de générer les effets militaires et qui, à la fin, concrétise les états finaux militaires. Le tempérament dont nous avons besoin au cours des opérations ne s’acquiert pas au cours de celles‑ci; il s’acquiert plutôt chaque jour au pays. Aspirants de marine et élèves-officiers, notez bien ceci : l’immersion militaire que vous recevez au CMR vous offre l’environnement qui convient pour acquérir le tempérament nécessaire en vue des défis qui nous attendent. Le nombre et la complexité des défis en question ne diminueront pas; si vous ne cherchez pas à être meilleurs demain, vous devez vous y appliquer. Le tempérament importe.

Mots de la fin

Comme je vais essayer de le faire pour chaque article, voici quelques observations qui peuvent aider à ramener le message à ses éléments les plus importants. Ceux‑ci vont commencer à avoir un caractère répétitif, ce qui est important pour les retenir.

  • Si vous voulez être meilleur à quelque point de vue que ce soit (personne, athlète ou étudiant), recherchez la compagnie de personnes qui excellent dans ces domaines; le fer s’aiguise avec le fer.
  • Aucun de nous n’est parfait et il nous arrive parfois de rater nos objectifs. Essayez d’être simplement un peu meilleurs demain (je remercie le Capt Nick Payne). Une amélioration de soi lente et constante donnera un changement durable et résilient; laissez les échecs du passé alimenter les succès futurs.
  • Reconnaissez les échecs et excusez‑vous aussitôt pour les erreurs, car les mauvaises nouvelles ne s’améliorent pas à mesure que le temps passe. Vous allez démontrer un tempérament fort si vous avouez que vous vous êtes laissé tomber et que vous avez laissé tomber d’autres personnes.
  • Si vous ne traitiez pas un membre de votre famille ou un ami proche de cette manière, vous avez probablement raté la cible. Excusez‑vous et corrigez la situation.

Pour terminer, seulement quelque 30 000 Canadiens ont défilé sous l’arche (ou l’équivalent au Collège militaire royal de Saint-Jean et à Royal Roads) et les diplômés de nos collèges militaires sont beaucoup moins nombreux. Ces femmes et ces hommes ont par la suite accompli des choses étonnantes et on rencontre rarement un ancien élève-officier qui ne reconnaît pas dans une plus ou moins grande mesure le rôle du collège dans ses réalisations. Vous faites partie d’une tradition incroyable et vous devez profiter à fond de l’occasion que vous avez de vous préparer aux rigueurs de la fonction de leader dans l’environnement d’opérations moderne. Peu importe le rôle que vous jouez dans les forces armées canadiennes, le tempérament est essentiel au succès.