• Home
  • /
  • As I See It
  • /
  • Reflections from Mesopotamia – An ex-Cadet in Iraq, Part 3 / Réflexions de la Mésopotamie – Un ancien élève-officier en Iraq, Troisième partie

Reflections from Mesopotamia – An ex-Cadet in Iraq, Part 3 / Réflexions de la Mésopotamie – Un ancien élève-officier en Iraq, Troisième partie

For Part 1 of this series please see here. / Pour la partie 1 de cette série, veuillez voir ici.

For Part 2 of this series please see here. / Pour la partie 2 de cette série, veuillez voir ici.

Sacrifice and Unlimited Liability

Article by 20478 BGen Chris Ayotte

A friend of mine once reflected that being in the military was like waking up every day with a new lottery ticket in your pocket; you never know what’s going to happen. I can only imagine this metaphor was brought into stark relief for our women and men serving across the Middle East in the first few days of 2020. There can be little doubt that those in Iraq at that moment would never have thought they would be in a bunker waiting to see if Iranian theatre ballistic missiles would hit their base. Notwithstanding this is certainly not the first nor the last time our CAF personnel will be in harm’s way, it provides a contemporary example to generate some thought on sacrifice and unlimited liability. Do the Naval and Officer Cadets of RMC truly understand what is expected of those who serve in the CAF? Do our families understand the implications of our service?

It seems reasonable to conclude that what constitutes sacrifice, and what does not, rests with the individual to determine. Some believe sacrifice to be a lack of Wi-Fi whilst others may work several jobs to pay for a child’s education and consider that to be closer aligned to the concept. Regardless of how it is framed, I have yet to encounter a member of the CAF who has not considered some aspect of their career as a sacrifice. Again, there is a personal framing that occurs as some may see a few weeks in Borden on training as a sacrifice, while others will not consider a six month deployment in a high threat environment to make the grade. Although I will not address it in this article, Naval and Officer Cadets need to consider how they will handle this type of individual perspective as leaders.

After six months in Iraq, I have been exposed to many different views on the concept of sacrifice. This has led me to conclude that we in the West have been so fortunate since the end of the Second World War that our understanding of sacrifice has understandably shifted. My sense is this change has misaligned most peoples’ concept of sacrifice with the types of sacrifice regularly encountered in the CAF: multiple postings, extended time away from home, unpredictable working environment, high risk situations, etc. There is a responsibility incumbent on us as leaders to have a frank discussion with our followers on the scale of sacrifice one could encounter during service, especially during situations involving conflict and violence. This type of discussion is important for our teams to be mentally prepared to understand what is expected of them. An understanding and acceptance of how sacrifice is linked to your chosen profession will allow you to be more resilient and focused; the time to wrestle with the concept of sacrifice is not when lives are on the line.

Most people can understand some level of sacrifice based on their personal experiences, but the concept of unlimited liability is unique to the profession of arms. Since unlimited liability is a foreign concept to most, it’s an important conversation to have.  Duty with Honour is a useful start point. Chapter 2 describes unlimited liability in the following way:

“Unlimited liability is a concept derived strictly from a professional understanding of the military function. As such, all members accept and understand that they are subject to being lawfully ordered into harm’s way under conditions that could lead to the loss of their lives. It is this concept that underpins the professional precept of mission, own troops and self, in that order, and without which the military professional’s commitment to mission accomplishment would be fatally undermined. It also modifies the notion of service before self, extending its meaning beyond merely enduring inconvenience or great hardship.”

As recent history has demonstrated, most will not find themselves in a close engagement with the Taliban, being buzzed by Russian jets in the Black Sea, or evading surface-to-air missiles; however, we plan, prepare, and train for the worst day, not simply hope that day will never come. In addition to preparing ourselves and our teams, our families and friends need to have a sense of how deep our commitment to the nation runs. It does not mean they will not worry at times or even mourn should the worst come to pass, but it does mean they will know that we understood and still went willingly into harm’s way.

As you have likely heard many times in the past, we are in a profession that carries an inherent level of risk and it’s impossible to completely buy it down to zero. As an example, despite putting a premium on force protection in Iraq, malign actors can still find a way to launch rockets and missiles at our soldiers. If you have not thought about what it means to be a part of the profession of arms, I encourage you to read Duty with Honour, follow some military experts on social media (Twitter has some great ones), read some history (the Cruel Sea is an excellent story of sacrifice and unlimited liability), or have a discussion with a mentor; you owe it to yourself and your family.


Le sacrifice et la responsabilité illimitée

Article du 20478 Brigadier-général Chris Ayotte

Un jour, un ami m’a fait la réflexion qu’être dans les forces armées, c’est comme se réveiller chaque matin avec un nouveau billet de loterie dans la poche : on ne sait jamais ce qui va se passer. Force m’est de supposer que cette métaphore a été mise en évidence pour nos militaires en service au Moyen-Orient les premiers jours de 2020. Nul doute que ceux qui se trouvaient en Iraq à ce moment-là n’auraient jamais cru qu’ils se retrouveraient confinés dans un bunker à attendre de voir si des missiles balistiques de théâtre iraniens n’allaient pas fondre sur leur base. Même s’il ne s’agit certainement pas de la première ni de la dernière fois que le personnel des FAC est exposé au danger, c’est un exemple contemporain qui peut susciter la réflexion sur les notions de sacrifice et de responsabilité illimitée. Les élèves-officiers et les aspirants de marine du CMR comprennent-ils vraiment ce qui est attendu de gens qui servent dans les FAC? Nos familles comprennent-elles tout ce qu’implique notre service?

Il semble raisonnable de conclure qu’il revient à chacun de déterminer ce qui constitue ou non un sacrifice pour lui : pour certains, la simple absence de wifi relèvera du sacrifice, tandis que d’autres trouveront que jongler entre plusieurs emplois pour payer les études de leur enfant se rapproche plus du concept. Mais quelle que soit la façon dont on se représente le sacrifice, je n’ai jamais encore rencontré un membre des FAC qui n’ait pas considéré un aspect ou l’autre de sa carrière comme tel. Ici aussi, l’éclairage personnel entre en jeu : certains verront quelques semaines passées à Borden pour suivre de l’instruction comme un sacrifice, tandis que d’autres ne considèreront même pas qu’un déploiement de six mois dans un environnement à menace élevée se qualifie comme tel. Je n’aborderai pas la question dans le présent article, mais les élèves-officiers et les aspirants de marine devraient s’interroger sur la façon dont ils envisageront ce genre de perspective individuelle en tant que leaders.

Six mois passés en Iraq m’ont exposé à de nombreux points de vue différents sur le concept du sacrifice. J’en ai conclu que nous avons eu une telle chance en Occident depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale que notre idée du sacrifice a – et c’est compréhensible – dévié. M’est avis que le concept de sacrifice a changé d’éclairage aux yeux de la majorité, qui l’applique désormais à des choses qu’on retrouve plus couramment dans les FAC, comme les affectations multiples, les longues périodes passées loin de chez soi, l’environnement de travail imprévisible, les situations à risque élevé, etc. C’est pourquoi en tant que leaders, il nous incombe d’avoir une conversation franche avec nos subalternes au sujet de l’ampleur du sacrifice qu’il nous faudra peut-être consentir durant notre service, en particulier dans des situations de conflit et de violence. Ce genre de discussion est important pour préparer mentalement nos équipes et les amener à bien comprendre ce qui est attendu d’elles. Comprendre et accepter la place du sacrifice dans la profession de son choix permet d’être plus résilient et plus diligent, et ce n’est certes pas au moment où sa vie est en jeu qu’il convient de s’interroger sur le concept de sacrifice.

Si la plupart des gens peuvent concevoir un certain degré de sacrifice d’après leurs expériences personnelles, le concept de responsabilité illimitée est quant à lui propre à la profession des armes. Comme ce concept est étranger à la majorité, il est important d’en discuter. Servir avec honneur est un bon point de départ. Au chapitre 2, on y décrit la responsabilité illimitée de la façon suivante :

« La responsabilité illimitée est une notion qui se rattache à une conception strictement professionnelle de la fonction militaire. Elle signifie que tous les militaires acceptent et comprennent qu’on puisse leur donner l’ordre légitime de s’exposer au danger dans des conditions pouvant leur coûter la vie. Cette notion sous-tend le précepte professionnel de la mission, qui a priorité sur la troupe et sur soi, dans cet ordre, précepte sans lequel l’engagement militaire dans une mission serait fatalement compromis. Elle modifie aussi le concept de la primauté du service du Canada sur soi-même, élargissant son sens au-delà du seul fait de supporter des inconvénients ou des épreuves considérables. »

Comme l’a démontrée l’histoire récente, la plupart d’entre nous ne nous retrouverons pas engagés dans des conflits rapprochés avec des Talibans, menacés par des jets russes dans la mer Noire, ou occupés à esquiver des missiles sol-air; toutefois, nous nous préparons et nous entraînons pour le pire, non contents d’espérer que ce pire n’arrivera pas. En plus de nous préparer, ainsi que nos équipes, il nous faut nous assurer que nos familles et nos amis comprennent la portée de notre engagement envers la nation. Cela ne veut pas dire qu’ils ne s’inquiéteront pas, ni qu’ils ne nous pleureront pas si le pire venait à arriver, mais ils sauront du moins que nous avons affronté le danger de plein gré et en toute connaissance de cause.

Comme vous l’aurez sûrement entendu bien des fois par le passé, notre profession comporte un niveau de risque intrinsèque qu’il est impossible d’éliminer complètement. C’est ainsi que malgré l’accent mis sur la protection de la force en Iraq, des acteurs malveillants peuvent malgré tout trouver le moyen de lancer des roquettes et des missiles à nos soldats. Par conséquent, si vous n’avez jamais réfléchi à ce que cela implique d’avoir choisi la profession des armes, je vous encourage à lire Servir avec honneur, à suivre quelques spécialistes militaires sur les médias sociaux (Twitter en a de bons), à lire des récits historiques (La Mer cruelle constitue une excellente histoire de sacrifice et de responsabilité illimitée), ou à en discuter avec un mentor; vous vous devez de le faire, pour vous-mêmes comme pour vos familles.

One Comment