• Home
  • /
  • What are you reading?
  • /
  • Remembrance Day: Dr. B Asks, “What are you reading?” / Le jour du souvenir: Le Dr B. demande: “Que lis-tu?”

Remembrance Day: Dr. B Asks, “What are you reading?” / Le jour du souvenir: Le Dr B. demande: “Que lis-tu?”

Above (l-r): OCdt Agaga-Akinyemu, OCdt Lystiuk, and OCdt Cottle with the inspiration for their sonnets. // Ci-dessus (de gauche à droite): Élof Agaga-Akinyemu, élof Lystiuk et élof Cottle avec les anciens qui ont inspiré leurs sonnets.

“…reveal minds actively considering what Truth, Duty, Valour means, then and now.”

Article by Dr. Erika Behrisch Elce

These last few weeks in my ENE110 class, we’ve been talking about how lived experience and poetic form relate to each other: how what gets said in a story changes according to how it gets said. We explore this through writing sonnets about RMC Cadets who fell in service, a project we do together each year. We critically consider the creative process; we see ourselves as the continuation of important College cultural traditions; and we pay tribute to those who have gone before. Sometimes it’s the name or student number that helps students make their choice of subject; sometimes it’s something much deeper. I spoke with three students this year who had especially poignant reasons for writing the sonnets they did about the people they chose.

29532 OCdt (I) Clinton Cottle chose 13836 Capt J.G. Benedict (RMC 1983) because he had been a childhood friend of his father’s, a recently retired Kiowa pilot. “They grew up together, joined the same squadron, and flew together for years.” There wasn’t much of Capt Benedict’s story online, but OCdt Cottle knew most of it from his own family history. “I know more detail than what’s on Capt Benedict’s memorial portrait,” he says. “I wanted to tell more of his story.”

29281 OCdt (I) Fynn Lystiuk originally chose 1391 Lt Hugh Robert Scullard (RMC 1922) because I had pointed him out; I thought they looked similar. “When you see someone on the memorial staircase who looks like you, you think about why they are there in a different way,” OCdt Lystiuk admits. “I can imagine similarities in our personalities and experiences, too: how did he feel joining RMC, being in the infantry, being far away from home? I could end up being as far away.” The only record of Lt Scullard’s history that OCdt Lystiuk could find was a photograph of his tombstone. “It made me think hard about what it means to be remembered.”

29504 OCdt (I) Agaga-Akinyemu went in a completely different direction for his sonnet; he chose someone he felt absolutely no connection to whatsoever. He wrote a sonnet response to the controversial RMC graduate 52 Capt William Grant Stairs (RMC 1878), who worked for the Belgian King Leopold in the Congo and was Joseph Conrad’s inspiration for Kurtz in Heart of Darkness. “I wanted to know why Capt Stairs, who was a mercenary, was being honoured as a gentleman cadet,” OCdt Agaga-Akinyemu explains. “I couldn’t understand how he was placed next to Lieutenants who fell in WW I and II helping to liberate people. Stairs didn’t do that.” OCdt Agaga-Akinyemu drew on Capt Stairs’s own diaries to direct his sonnet, using Stairs’s descriptions of the atrocities he committed to powerfully challenge his heroism.

Not only these three, but all the sonnets my ENE110 students created speak across history and through geographical space to honour, challenge, and remember. They imagine last moments, forge connections between RMC students past and present and reveal minds actively considering what Truth, Duty, Valour means, then and now.

For samples of sonnets from the 2018 ENE110 class, please see here.

//

«… révèle les gens en considérant activement ce que Vérité, Devoir, Vaillance signifie, alors et maintenant.»

Article de Dr. Erika Behrisch Elce

Durant les dernières semaines de mon cours ENE110, nous avons expliqué le rapport entre l’expérience vécue et la forme poétique: comment ce qui est dit dans une histoire change en fonction de la manière dont il est dit. Nous explorons cela en écrivant des sonnets sur les élève-officiers du CMRC tombés au service, un projet que nous réalisons ensemble chaque année. Nous considérons de manière critique le processus de création; nous nous considérons comme le prolongement d’importantes traditions culturelles du collège; et nous rendons hommage à ceux qui sont partis avant. Parfois, c’est le nom ou le numéro du collège qui aide les étudiants à choisir leur sujet; parfois c’est quelque chose de beaucoup plus profond. Cette année, j’ai parlé à trois étudiants qui avaient des raisons particulièrement poignantes d’écrire les sonnets qu’ils ont écrits sur les personnes qu’ils ont choisies.

29532 Élof (I) Clinton Cottle a choisi le 13836 Capt J.G. Benoît (CMRC 1983) parce qu’il était un ami d’enfance de son père, pilote de Kiowa récemment retraité. «Ils ont grandi ensemble, ont rejoint le même escadron et ont volé ensemble pendant des années.» L’histoire du Capt Benedict n’était pas très complète, mais l’élève-officier Cottle en savait la majeure partie grâce à l’histoire de sa famille. «Je connais plus de détails que ce qui est sur le portrait à la mémoire du Capt Benedict», dit-il. «Je voulais raconter plus de son histoire.»

29281 Élof (I) Fynn Lystiuk a initialement choisi le 1391 Lt Hugh Robert Scullard (CMRC 1922) parce que je l’avais signalé; je pensais qu’ils ressemblaient. «Lorsque vous voyez quelqu’un qui vous ressemble sur l’escalier du mémorial, vous vous demandez pourquoi il est commémoré différemment», admet l’élof Lystiuk. «Je peux aussi imaginer des similitudes dans nos personnalités et nos expériences: comment s’est-il senti en rejoignant le CMR, dans l’infanterie, loin de chez lui? Je pourrais finir par être aussi loin.» Le seul récit de l’histoire du Lt Scullard que l’élève-chef Lystiuk a pu trouver était une photo de sa pierre tombale. «Cela m’a fait réfléchir à ce que signifie qu’on se souvient de moi.»

29504 Elof (I) Agaga-Akinyemu a pris une direction complètement différente pour son sonnet; il a choisi quelqu’un avec lequel il ne ressentait absolument aucun lien. Il a écrit une réponse de sonnet au Capt William Grant Stairs (CMRC 1878), diplômé du CMRC, qui travaillait pour le roi belge Léopold au Congo et était l’inspiration de Joseph Conrad pour le personnage de Kurtz dans Heart of Darkness. «Je voulais savoir pourquoi le capt Stairs, qui était mercenaire, était honoré en tant que gentilhomme élève officier», explique l’élogiste Agaga-Akinyemu. «Je ne comprenais pas comment il avait été placé à côté des lieutenants qui sont tombés au combat aux première et deuxième guerres pour aider à libérer les gens. Il n’a pas fait ça.» L’élof Agaga-Akinyemu s’est inspiré des journaux personnels du capt Stairs pour diriger son sonnet, en se basant sur les descriptions des atrocités commises par Stairs pour défier son héroïsme.

Non seulement ces trois-là, mais tous les sonnets créés par mes étudiants d’ENE110 parlent à travers l’histoire et l’espace géographique pour honorer, interpeller et se souvenir. Ils imaginent les derniers instants, nouent des liens entre les étudiants du CMRC du passé et du présent et révèlent aux esprits ce qui signifie activement ce que Vérité, Devoir, Vaillance signifie, hier et aujourd’hui.

Vous trouverez ici des exemples de sonnets de la classe ENE110 de 2018.