• Home
  • /
  • f. Qu’est-ce qui se passe au CMR Saint-Jean
  • /
  • Rencontrez les élèves-officiers diplômés du programme d’études internationales au CMR Saint-Jean (Partie 3) / Meet the Graduating Officer Cadets of the International Studies Program at RMC Saint-Jean (Part 3)

Rencontrez les élèves-officiers diplômés du programme d’études internationales au CMR Saint-Jean (Partie 3) / Meet the Graduating Officer Cadets of the International Studies Program at RMC Saint-Jean (Part 3)

Pour la partie 2 de cette série, veuillez voir ici. / For part 2 of this series please see here.


Gracieuseté des Affaires publiques du CMR Saint-Jean / Courtesy of RMC Saint-Jean Public Affairs 

Jusqu’au 13 mai nous avons le plaisir de vous présenter les élèves-officiers finissants du baccalauréat en Études internationales du Collège militaire royal de Saint-Jean et les sous-officiers finissants au certificat en Études internationales qui font partie du PEPIO (Programme Education Professionnel Institut Osside) du Collège militaire royal de Saint-Jean.. Prenez le temps de les féliciter!

Until May 13, we are pleased to present the graduating Officer Cadets of the baccalaureate in International Studies from the Royal Military College Saint-Jean and the NCOs graduating with the certificate in International Studies who are part of the PEPOI (Professional Education Program Osside Institute) of the Royal Military College Saint-Jean. Take the time to congratulate them!


Premier maître de 1re classe Adam Yardy

Le premier maître de 1re classe Adam Yardy s’enrôle dans les Forces en juin 2001, à titre de manœuvrier. Il part en déploiement deux fois à bord de grands navires de guerre : durant l’opération (Op) APOLLO en 2002 à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Montréal et durant une mission de l’OTAN en 2008 à bord du NCSM Ville de Québec. Il forme de nouvelles recrues et de nouveaux officiers durant leurs cours de qualification militaire de base respectifs à l’École de leadership et des recrues des Forces canadiennes, avant de se porter volontaire comme recruteur à Ottawa. Cependant, le point culminant de sa carrière est sa nomination comme capitaine d’armes du NCSM Oriole, moment où il a la chance de naviguer à bord du plus vieux navire en service de la Marine royale canadienne (MRC). Il s’inscrit ensuite au programme d’études professionnelles de l’Institut Osside, sachant que l’éducation est la pierre angulaire de l’amélioration du leadership au sein des Forces armées canadiennes. Axée sur les cours du programme d’études internationales du Collège militaire royal, cette formation lui permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous travaillons et contribue à ses prochains succès au sein de la MRC. Le premier maître de 1re classe Yardy aime encadrer ses subordonnés et leur donner les moyens d’accomplir leurs tâches du mieux qu’ils le peuvent. Il habite actuellement à Saint Jean-sur-Richelieu avec sa femme Kirsten et ses deux jeunes enfants, Amy et James.

Petty Officer First Class Adam Yardy joined the forces in June 2001 as Boatswain. He deployed twice on major warships: on OP Apollo in 2002 with HMCS Montreal and on a NATO mission in 2008 with HMCS Ville De Quebec (VDQ). He has trained new recruits on BMQ and BMOQ at CFLRS and later volunteered to be a recruiter in Ottawa. The highlight of his career however was his appointment as Coxn of HMCS Oriole, where he had to chance to sail on the oldest Commissioned ship of the RCN. Petty Officer Yardy applied for the OPIED program knowing that education is the cornerstone of enhanced leadership within the CAF. The OIPEP focused on courses within the International studies program here at CMR and the knowledge gained will allow for a more robust understating of the world in which we operate in and will contribute to his future mission success within the RCN. Petty Officer Yardy enjoys mentoring his subordinates and empowering them to complete tasks to the best of their abilities. He currently lives in Saint Jean Sur Richelieu with his wife Kirsten and two young children, Amy and James.


Adjudant Derrick Trudel

L’adjudant Trudel naît à Smithers, en Colombie-Britannique. Il s’enrôle dans l’armée en 2002 en tant que technicien Groupes électrogènes et est affecté à Bagotville. Il effectue deux missions à la Station des Forces canadiennes Alert en 2004 et 2007, à titre d’opérateur de centrale électrique. En 2008 et 2009, au cours d’une affectation à Kingston, il part en déploiement en Jamaïque afin d’y établir un camp pour les exercices TROPICAL HAMMER. À l’été 2012, il termine la partie en résidence du Programme d’études militaires professionnelles pour les officiers au Collège militaire royal à Kingston. Au grade de sergent, il est affecté à Gagetown pour superviser l’instruction professionnelle, avant d’être assigné aux Opérations immobilières à Saint-Jean-sur-Richelieu, 2016. Il effectue un autre déploiement en 2018, cette fois en Lettonie durant l’opération REASSURANCE. En 2020, il est sélectionné en vue d’obtenir un certificat en études internationales aux termes d’un programme d’un an. Il est toujours motivé par les nouvelles occasions d’apprentissage et trouve le programme d’études professionnelles de l’Institut Osside très enrichissant.

WO Derrick Trudel was born in Smithers BC. He joined the military in 2002 as an Electrical Generating Systems Technician (EGS Tech) and was posted to Bagotville. He did two tours in CFS Alert in 2004 and 2007 as the power plant operator. In 2008 and 2009 while posted to Kingston, he deployed to Jamaica to set up camp for the Tropical Hammer Exercises. In the summer of 2012, he completed the OPME Residential Program at RMC Kingston. As a Sargent he was posted to Gagetown to supervise trade training and in 2016 was assigned to the Real Property Operations in St-Jean. He deployed once again in 2018 to Latvia for Op Reassurance. In 2020, WO Trudel was selected to complete a yearlong certificate in International Studies. He is always motivated to find new learning opportunities and found the OIPEP program very enriching.

L’adjudant Trudel attribue les forces qu’il a développées en tant que leader dans les Forces armées canadiennes (FAC) à ses affectations et ses déploiements, qui lui ont donné de nombreuses occasions de travailler avec divers mentors et d’apprendre d’eux. Il souhaite voir de nouveaux endroits, continuer à apprendre et acquérir de l’expérience grâce aux possibilités uniques qu’offrent les FAC.

WO Trudel has developed his strengths as a leader in the CF through his diverse postings and deployments, which allowed him many opportunities to work with and learn from various mentors. His motivation is to see new places, continue learning and gain experience from the unique opportunities the CAF has to offer.

L’adjudant Trudel est marié à Marianne et ils ont deux enfants, Lily-Rose, 10 ans et Jack, 8 ans.

WO Trudel is married to Marianne and they have two children, Lily-Rose, 10 and Jack, 8.


28250 Élof/OCdt Patrick Chartier

Je me nomme Patrick Chartier, j’ai 26 ans et j’ai passé ma jeunesse dans le village de Valcartier. Avant de fréquenter le Collège militaire royal de Saint Jean (CMR St Jean), je menais une vie très agitée : je me déplaçais entre Québec et Montréal, j’ai occupé différents emplois, j’ai étudié, j’ai même lancé ma propre entreprise. Tout de suite avant mon arrivée au Collège, j’ai vécu dans un appartement, à Québec, que je louais avec des amis et j’ai été Garde de cérémonie à la Citadelle de Québec, un contrat que j’ai décroché grâce à mon unité de la réserve de l’époque, les Voltigeurs de Québec. Pour placer les choses en contexte, je vais reculer de quelques années.

My name is Patrick Chartier, I am 26 years of age, and I grew up in Valcartier Village. Before going to Royal Military College Saint-Jean (RMC Saint-Jean), I had a remarkably busy life, moving around between Quebec City and Montreal, working a variety of jobs, studying, and, even, starting up my own business. Right before moving to the college, I lived in an apartment which I rented with some friends in Quebec City and I worked as Ceremonial Guard at the Citadel of Quebec, a contract which I got through my reserve unit at the time, the Voltigeurs de Québec. To give some context, I will backtrack a few years more.

Pendant mon adolescence, j’ai été membre de l’Escadron des cadets de l’Air 629 Kiwanis Québec. Dans le cadre de ce programme, j’ai eu suffisamment de chance pour décrocher ma licence de pilote de planeur et ma licence de pilote d’avion, cette dernière pendant l’été 2011. Il m’était déjà apparu, pendant mes études secondaires, que j’aimerais me joindre aux Forces armées canadiennes (FAC), aussi mon processus d’enrôlement avait-il déjà débuté pendant ma dernière année au secondaire. Cette démarche a été brièvement suspendue pendant l’acquisition de ma licence de pilote d’avion, mais dès celle-ci obtenue, j’ai eu mon entrevue d’entrée dans les FAC. C’est à ce moment que j’ai réorienté mon enrôlement, passant de technicien de véhicules à pilote, la profession que j’exerce en ce moment. J’ai toujours aimé voler et, me rendant subitement compte que je pouvais être payé pour piloter des appareils uniques et stimulants dans des lieux propres à l’univers militaire, je me suis concentré, en 2011, sur la satisfaction des exigences de la profession de pilote militaire. Je devais, pour cela, terminer certains cours du secondaire, subir une chirurgie oculaire au laser et décrocher un diplôme. J’ai donc fait tout ce que j’ai pu dans ce sens, essayant de m’inscrire au CMR St Jean en 2012, sans avoir terminé suffisamment des exigences préalables, mais ça n’a pas fonctionné. J’ai donc décidé de me joindre plutôt à la Réserve et d’essayer de suivre la plus grande partie possible des études supérieures exigées.

As a teenager, I attended cadets in the 629 Kiwanis-Québec squadron. Through this program, I was lucky enough to obtain both my glider and private pilot’s licenses, the latter which I obtained in the summer of 2011. I had, in high school, already determined that I wished to join the Canadian Armed Forces (CAF), so the process of joining had already begun in my last year there. This process was suspended momentarily for the duration of my pilot’s licence, yet upon completion, I was interviewed for the CAF. It is there that I reoriented my enrollment from Vehicle Technician to Pilot, the trade I still currently occupy. Having always enjoyed flying and, suddenly realizing I could be paid to fly unique, exciting machines in places unique to the military, I focused, in 2011, on getting the requirements to become a military pilot. For this I needed to complete some high school courses, get laser eye surgery, and get a degree. So, I did as much of this as possible, trying to apply to RMC Saint-Jean in 2012, yet I hadn’t completed enough of the pre-requisites and was forestalled. Thus, I decided to instead join the reserves and attempt to complete as much of the required higher education as possible.

En 2015, constatant que mes études n’avançaient pas aussi vite que je le souhaitais, j’ai de nouveau tenté de m’enrôler dans les FAC. Cette fois, dans le cadre des essais de sélection des équipages aériens, j’ai réussi l’épreuve de pilote que j’avais ratée en 2011. Dès lors, le processus de transfert a vraiment débuté et j’ai finalement été admis au collège militaire. Mon vœu, à l’origine, consistait à étudier en génie, car le domaine des sciences, que j’admire sincèrement, en fait partie. Je rêve d’aller dans l’espace. Pourtant, ma destinée, en ce moment, est ailleurs : je viens de me tourner vers les sciences sociales.

In 2015, seeing as my studies were not moving forward with great enough speed, I reapplied for the CAF. This time, when doing the Aircrew Selection Tests, I passed the pilot test which I’d failed in 2011. The transfer process began in earnest and I was finally able to access the military college. My initial wish was to study in engineering as the field of sciences is one, I truly admire; my dream is to visit outer space. Yet, my destiny, for the time being at least, lay elsewhere: I was to switch over to the social sciences.

Dans ma nouvelle réalité, j’ai dû choisir un domaine d’études différent. J’avais des acquis en affaires, aussi l’option de la maîtrise en administration des affaires (MBA) m’attirait-elle; toutefois, dans le contexte de mon groupe professionnel et dans celui des marchés mondiaux, il m’a semblé que le programme d’études internationales serait le plus pertinent. Qui plus est, la chance de prendre part à la création d’un nouveau programme universitaire et de faire partie de la première promotion en 25 ans m’est apparue comme une occasion en or. Comme on peut s’y attendre dans un nouveau programme, il y a eu des embûches. Au fil de celles-ci, cependant, les classes et les expériences intéressantes ont été nombreuses. J’ai vraiment aimé mon apprentissage de sujets de théorie internationale qui étaient complètement nouveaux pour moi, ainsi que certains cours de théorie militaire donnée selon des méthodes nouvelles et particulières. La meilleure partie de mes études au CMR St Jean, toutefois, a été la chance de faire la connaissance d’étudiants d’autres pays et de voyager. Je compte de bons amis de différents pays et je me suis même rendu chez l’un d’eux, au Bélize. Malheureusement, en raison de la pandémie, nos projets se sont évaporés. À quiconque souhaite suivre ce programme, je dirais d’en tirer tout ce qu’il peut, de voyager, de participer aux échanges et de ne jamais se contenter du statu quo.

Given my new reality, I had to choose a different field of study. I had some background in business, so the MBA option was tantalizing; however, in the context of my trade and that of global markets, I thought that, perhaps, the International Studies program would be the most relevant. Moreover, the chance to participate in the creation of a new university program, to be the first class to graduate in 25 years, seemed to me a golden opportunity. As one can expect from a new program, there were many growing pains. Through these, though, there were many interesting classes and experiences. I thoroughly enjoyed learning about subjects of international theory that were completely new to me, as well as some classes on military theory that were taught in novel and unique ways. The best part about studying at RMC Saint-Jean, however, was getting to know international students and travelling. Indeed, I have many good friends from various countries and even traveled to one of these friends’ home country of Belize. Unfortunate, due to the world pandemic our opportunities were cut somewhat short. To anyone wishing to study in this program, I would say: get as much out of it as possible; travel, go on exchanges, and never settle for the status quo.

Maintenant que la fin de mes études approche, je me réjouis à l’idée de m’installer dans une nouvelle base, de vivre des choses nouvelles dans le cadre d’apprentissages en cours d’emploi et, bien sûr, de terminer mes cours professionnels. Cinq années de mon contrat initial de douze ans se sont écoulées et j’espère accumuler quelques années de vol avant de décider de rester dans les forces plus longtemps ou non. Je souhaite, dans sept ans, avoir de bonnes raisons de rester et de poursuivre ma carrière. Si tel n’est pas le cas, j’aurai sans doute plusieurs choix devant moi. De toute manière, je ne manque pas de projets personnels sur lesquels je souhaite travailler en marge de ma carrière militaire et j’espère que dans une douzaine d’années, fièrement pilote et entrepreneur, je serai occupé à tirer le meilleur de la vie, à voyager et à voir le monde.

As the end of my studies draws near, I am looking forward to moving to a new base, experiencing new things on On Job Employment, and of course, eventually completing my trade courses. With five years of the twelve on my initial contract already up, I hope to get a few years of flight in before deciding whether or not to renew and stay in the forces longer. I am hoping that, in seven years, I will have good reason to remain onboard and pursue my career. Should this not be the case, there will certainly be several options available. In any case, there are many personal projects I wish to work on in parallel with my career and I am hoping that in a dozen years I will be a proud pilot and business owner, living my best life, travelling and seeing the world.


28165 Élof/OCdt Olivier Sauvagnat

Je vais commencer par me présenter je m’appelle Olivier Sauvagnat, j’ai actuellement 26 ans. Je suis allé au Cégep Gabrielle-Roy à Hull avant de joindre les Forces armées canadiennes (FAC) et entrer au Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean). J’ai apprécié mon temps au Cégep, car il s’agissait de la première fois que j’avais une réelle liberté. J’ai grandi dans la ville de Gatineau avec mes deux sœurs et mon frère. J’ai choisi de m’enrôler initialement comme membre du rang, mais après avoir discuté avec plusieurs vétérans avec qui je travaillais à Rideau Hall il me semblait plus intéressant à long terme de m’engager comme officier et de profiter des études subventionnées offertes par le Programme de formation des officiers de la régulière (PFOR). Le métier d’officier d’infanterie me semblait un bon compromis, car j’allais quand même pouvoir être sur le terrain durant mes premières années. Pour moi être dans l’armée c’était l’infanterie et rien d’autre. Pour ce qui est de mon choix pour le programme international, il avait été fortement influencé par le fait qu’on nous avait garanti une session à l’étranger dans une autre académie militaire. J’ai donc été séduit par la possibilité de partir à l’étranger. Je pouvais aussi continuer de boxer ce qui a été la deuxième raison pour laquelle je suis resté. L’aspect qui m’a le plus intéressé durant mes études est celui de la mise en pratique des concepts des relations internationales que j’avais étudié. En effet, les voyages que j’ai eu la chance de faire comme par exemple, en Chine ont été très formateurs parce que nous allions là en tant que représentant des FAC ce qui venait ajouter à l’expérience déjà très intéressante. Le plus beau souvenir que j’ai de mon temps au CMR Saint-Jean est la piste à obstacle lors de mon entrée au Collège, car en plus de devoir se pousser physiquement on devait faire l’ensemble des épreuves en équipe et donc utiliser les forces et les faiblesses de chacun pour réussir, ce qui était très stimulant.

I will start by introducing myself. My name is Olivier Sauvagnat, and I am 26 years old. I attended Cégep Gabrielle-Roy in Hull before joining the Canadian Armed Forces (CAF) and entering Royal Military College Saint-Jean (RMC SJ). I enjoyed my time in CEGEP because it was the first time I had real freedom. I grew up in the city of Gatineau with my two sisters and my brother. I chose to enlist initially as a non-commissioned member, but after talking to several veterans I worked with at Rideau Hall, I felt it would be better in the long term to enlist as an officer and take advantage of the subsidized education offered by the Regular Officer Training Plan (ROTP). Being an infantry officer seemed like a good fit, as I would still be able to be in the field in my early years. For me, being in the army meant the infantry and nothing else. As for choosing the international program, my choice was heavily influenced by the fact that we were guaranteed a semester abroad at another military academy. In other words, I was attracted by the possibility of experiencing a foreign country. I was also able to continue boxing, which was the second reason I stayed. The aspect that interested me most during my studies was the practical application of the international relations concepts I had studied. The trips I had the opportunity to take, such as to China, were very formative because we were going there as CAF representatives, which made the experience even more interesting. My favourite memory I have of my time at RMC SJ is the obstacle course when I entered the College, because in addition to having to push ourselves physically, we had to do all the events as a team and therefore use the strengths and weaknesses of each person to succeed, which was very stimulating.

Ce que je dirais à un élève-officier qui souhaite rester dans le programme en Études Internationales c’est qu’il doit être conscient que la plus grande partie de ses amis vont aller à Kingston et qu’il ne doit pas seulement rester pour avoir un échange dans une autre académie. Dans dix ans je me vois avec une famille et pour ce qui est de ma carrière je suis sûr qu’elle va être toujours aussi palpitante et pleine de rebondissements.Je n’ai pas d’image claire de ce à quoi je voudrais que ma vie ressemble dans dix ans, mais je sais que peu importe ce qui va arriver je vais toujours prendre les bonnes décisions. Après ma graduation il me reste à faire ma phase de commandant de peloton mécanisé pour être complètement qualifié comme officier d’infanterie. Je souhaite devenir membre du Royal 22e régiment, car il s’agit du seul régiment d’infanterie qui est francophone. Si on me donne le choix j’aimerais être membre de la compagnie A du 3e bataillon, car c’est la compagnie parachutiste qui déploie régulièrement au Canada et à l’étranger.

What I would say to an officer cadet who wants to stay in the International Program is: be aware that most of your friends will go to Kingston and you shouldn’t stay just to get an exchange with another academy. In 10 years’ time, I see myself with a family, and as far as my career is concerned, I am sure it will still be exciting and full of twists and turns. I don’t have a clear picture of what I want my life to look like in 10 years, but I know that no matter what happens, I will always make the right decisions. After graduation I still have to go through my mechanized platoon commander phase to be fully qualified as an infantry officer. I would like to become a member of the Royal 22e Régiment, because it is the only Francophone infantry regiment. If given the choice, I would like to be a member of A Company, 3rd Battalion, because that is the parachute company that regularly deploys in Canada and abroad.


28219 Élof/OCdt Jagvir Singh Sekhon

Bonjour, je suis l’élève-officier Jagvir Singh Sekhon. J’ai 22 ans et je suis originaire de Surrey, en Colombie-Britannique, où j’ai fréquenté l’école secondaire Frank Hurt (GO HORNETS!). Je suis officier du renseignement (O Rens) dans les Forces armées canadiennes (FAC) et j’obtiendrai bientôt mon diplôme du Collège militaire royal de Saint Jean (CMR St Jean). J’ai été membre de l’Escadron des cadets de l’air 819 Skyhawk.

Hello, my name is Officer Cadet Jagvir Singh Sekhon. I am 22 years old and I come from Surrey, BC. I attended Frank Hurt Secondary (GO HORNETS!), I am an intelligence officer with the Canadian Armed Forces (CAF) and I am in the process of graduating from The Royal Military College Saint-Jean (RMC Saint-Jean). I used to be a cadet of the 819 Skyhawk squadron.

Pourquoi, donc, le renseignement, pourquoi les FAC et pourquoi le programme d’études internationales? J’ai choisi le renseignement parce que c’est le domaine qui a le plus d’intérêt à mes yeux; c’est par l’information et la créativité qu’on remporte les batailles. Je veux approcher les problèmes par la bande et de façon inattendue afin que nous puissions déstabiliser nos opposants très rapidement et très soudainement; et je pense que la meilleure manière de le faire passe par le renseignement. Mon intérêt à l’égard des FAC date de mon très jeune âge; le service militaire m’a toujours fasciné et, quand la chance s’est présentée, je me suis enrôlé. La première partie de ma formation m’a beaucoup plu et j’y ai pris goût, aussi je poursuis cette incroyable aventure. Mon intérêt vient de l’ensemble des compétences qui j’ai acquises et de leur éloignement de la norme. Cette formation me donne de la perspective. J’ai opté pour le programme d’études internationales parce que, à mon sens, ce programme a fait de moi un meilleur officier et, en fait, un officier bien connecté.

So, why Intelligence, why the CAF, and why the International Studies program? I chose Intelligence because it seemed interesting to me, battles are won with information and creativity. I want to approach problems sideways and unexpectedly so we can throw our opponents off tilt very quickly and suddenly; and I believe the best way to do that is through this job. I have always been interested in the CAF since a very young age, I always marveled at military service so when I got the chance I joined. The first part of my training was a very enjoyable experience and I got a taste for it and I have been on this wild ride since. It’s so interesting because of the skill set I have developed and how away it is from the norm. It gives me perspective. I chose the International Studies (IS) program because I think it made me a better officer and a well-connected one at that.

Le programme d’études internationales présente à ses stagiaires, entre autres choses, des occasions de se lier avec d’autres forces militaires. Au cas où vous ne le sauriez pas, le Canada n’envoie pratiquement jamais en déploiement de troupes exclusivement canadiennes; d’autres pays y participent presque toujours. Du coup, quand nous voyons une chance de réseauter, nous en tirons ordinairement parti. C’est très important, en fait, et cela nous amène à l’un de mes souvenirs les plus chers, celui d’un échange international au CMR St Jean. Nous recevions des militaires de différentes forces armées qui se joignaient à nous au Collège. L’aile universitaire avait son propre programme pédagogique et, nous aussi, nous avions notre programme. Dès la fin de la première journée officielle (un vendredi), nous avons tous pris le chemin d’une brasserie locale où nous nous sommes beaucoup amusés. Nous avons profité de ce moment en personnes responsables et cela a été très agréable. Ce soir-là, j’ai forgé des amitiés qui me dureront toute ma vie et je me suis assuré d’un accueil chaleureux dans différents pays. En toute honnêteté, à cause de cette soirée, j’ai acquis une certaine perspective et conçu quelques ambitions pour l’avenir.

One of the things the IS program does is it gives you opportunities to connect with different militaries. In case if you didn’t know Canada almost never sends troops alone, there is always another nations involved in deployments. So when you have an opportunity to network we usually take advantage of the opportunity. In fact this is very important and it ties into one of my fondest memories that was an international exchange at RMC Saint-Jean. We received members from multiple armies who joined us at the college. The academic wing had their own pedagogical agenda, however, so did we. As soon as their first official day was done (happened to be a Friday) we all snuck off to a local brewery where we all had a lot of fun. We enjoyed responsibly and had a very fun time. That night I created some lifelong friends and will always receive a warm welcome to certain countries. Honestly because of that night I got some perspective and some ambitions for the future.

Je souhaite, dans dix ans, être affecté à une ambassade ou, au bas mot, à prendre part à une opération de déploiement des FAC. Jouer un rôle dans les affaires internationales et présenter de bonnes perspectives à mes supérieurs sont des choses qui comptent beaucoup à mes yeux. J’ai hâte de voir où ma carrière me mènera et ce que j’apprendrai mais, pour l’instant, je me concentre sur l’obtention de ma qualification professionnelle à Kingston.

In 10 year’s time I want to be posted to an embassy or at the very least on a deployment with the CAF. It is important to me that I be playing a part in international affairs and offer good perspectives to my superiors. I am excited to see where my career takes me and what I learn, however, for right now my focus is getting trade qualified in Kingston.

Je dirais à quiconque se joint aux forces ou suit mes pas que son parcours sera long et ardu, mais que sa gratification, pour avoir dépassé ses limites normales et de nouvelles limites, sera extraordinaire. Le travail présente de grands risques et des récompenses plus grandes encore. C’est extraordinaire de songer qu’on va travailler dans une zone d’hostilités, mais qu’on aura un effet direct sur les affaires du monde et qu’on travaillera à le rendre meilleur. À quiconque envisage le programme d’études internationales, que ce soit dans les FAC ou au civil, je conseillerais de s’assurer d’abord que ce domaine correspond à ses besoins et, si tel est le cas, de FONCER. On acquiert en études internationales un degré de profondeur et de compréhension sans égal et suivre ce programme au CMR St Jean l’améliore d’autant. Les classes y sont petites et les enseignants connaissent leurs stagiaires personnellement. Je suis en mesure de leur communiquer par courriel tout ce qui me passe par la tête au sujet des affaires internationales. C’est une expérience gratifiante.

To anyone considering joining the forces or following in my footsteps: your journey will be long and hard, but the reward of pushing beyond your normal limits and pushing past your new ones will be extraordinary. The job is high risk and even higher reward, it is insane to think I will be working in a warzone but I will directly impact global affairs and work to make a better world. To anyone considering the IS program both in the CAF and in the civilian world, first make sure it works for your needs, then if it does, DO IT. There is a level of depth and understanding you receive that is unparalleled and doing it at RMC Saint-Jean just makes it that much better. Our class sizes are small and our teachers know us on a first name basis. I have the ability to email them about whatever is racking my brain on the international stage. It is a fulfilling experience. 


Adjudant Frederic Nolin

L’adj Frederic Nolin s’est joint aux Forces armées canadiennes en 1999 à titre de technicien de véhicules. Après une formation technique à la BFC Borden, il a été muté au 2e Bataillon de service à Petawawa, en Ontario.

WO Frederic Nolin joined the Canadian Armed Forces in 1999 as a vehicle technician. After technical training in CFB Borden, he was posted to the 2 General Service Battalion in Petawawa, ON.

De 2000 à 2006, l’Adj Nolin a occupé plusieurs postes de première et de deuxième ligne au sein du bataillon, y compris un déploiement en 2003 sur l’OP Palladium en Bosnie-Herzégovine avec les forces de l’OTAN.

From 2000 to 2006, WO Nolin held several first and second line positions within the battalion, including a deployment in 2003 on OP Palladium in Bosnia and Herzegovina with NATO forces.

En 2006, il fut accepté pour un changement de métier en tant que technicien aéronautique et a été muté au 439e Escadron de la BFC Bagotville à titre de technicien d’hélicoptère CH-146 Griffon. En 2009 et 2010, il a déployé avec l’OP Athena à Kandahar, en Afghanistan, en tant que technicien d’hélicoptère CH-147 Chinook et CH-146 Griffon. En 2011, il a déployé avec l’OP Jaguar, une mission de recherche et de sauvetage à Kingston, en Jamaïque.

In 2006, he applied for an occupation transfer as an aviation technician, and was transferred to 439 Squadron at CFB Bagotville as a CH-146 Griffon helicopter technician. In 2009 and 2010, he deployed with OP Athena in Kandahar, Afghanistan as a CH-147 Chinook and CH-146 Griffon helicopter technician. In 2011, he deployed with OP Jaguar, a search and rescue mission to Kingston, Jamaica.

De 2012 à 2016, il est retourné à la BFC Borden où il a été employé comme instructeur technique et comme employé du bureau de l’emploi et de la formation à l’École de technologie et du génie aérospatiaux des Forces canadiennes. De 2016 à 2018, il a été affecté au quartier général de la 16e Escadre en tant qu’assistant d’Adjuc de l’Escadre.

From 2012 to 2016 he returned to CFB Borden where he was employed as a technical instructor and as an employment and training office staff at the Canadian Forces School of Aerospace Technology and Engineering. From 2016 to 2018, he was posted to 16 Wing Headquarters as the Wing CWO Assistant.

En 2018, il a été muté à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes en tant que commandant de peloton de QMB et de commandant adjoint de QMBO.

In 2018, he was transferred to the Canadian Forces Leadership and Recruit School as BMQ Platoon Commander and BMOQ Platoon 2IC.

L’adj Nolin aime s’entraîner et participer à des courses de triathlon occasionnelles pendant son temps libre, et il fait partie de l’équipe de triathlon longue distance des Forces armées canadiennes.

WO Nolin enjoys training and compete in occasional triathlon races in his spare time, and he is part of the Canadian Armed Forces long distance triathlon team.

Il est marié à Katheline et tous deux ont une fille nommée Leia.

He is married to Katheline, and both have a daughter named Leia.


28085 Élof/OCdt Marc-Antoine Giguère

Je suis Marc-Antoine Giguère, 23 ans, ancien élève du Séminaire Saint-François et résident à Saint-Augustin-de-Desmaures. J’ai joué au hockey presque toute ma vie, passant ainsi mon secondaire à jouer dans les équipes représentatives telles que le Midget Espoir. J’ai choisi le métier de pilote comme membre des Forces armées canadiennes (FAC) afin de perfectionner mon anglais, vivres des expériences palpitantes à l’international, et ce, en ayant la chance de côtoyer des gens tout autant motivés, passionnés et avares d’aventure aérienne. Je n’ai toutefois pas vécu l’expérience d’être cadet.

I am Marc-Antoine Giguère, 23 years old, a former student of the Séminaire Saint-François and a resident of Saint-Augustin-de-Desmaures. I have played hockey most of my life. In high school I played on representative teams such as Midget Espoir. I chose to become a pilot as a member of the Canadian Armed Forces (CAF) in order to work on my English, enjoy exciting experiences abroad, and have the chance to work with people who are equally motivated, passionate and interested in flying. However, I did not have the experience of being a cadet.

Le baccalauréat en Relations internationales m’a fortement intrigué étant donné la nature commune qu’ont l’économie internationale et les relations politiques internationales. De plus, considérant la grande variété culturelle que possède le monde, je tenais à mieux comprendre comment les pays, via l’utilisation de traités et d’ententes internationales, peuvent construire et changer le monde. L’un de mes plus beaux souvenirs au Collège Militaire royale de Saint-Jean (CMR Saint-Jean) fût lors d’un voyage culturel en tant que 2e année. J’ai eu la chance de voyager à travers l’Europe afin de visiter des endroits liés à la Deuxième guerre mondiale tels que les dents de dragons, la crête de Vimy, des musées liés à la guerre, etc. J’ai pu visiter la France, l’Allemagne, la Belgique, la Grande-Bretagne et le Luxembourg au travers ces voyages. J’ai aussi eu la chance de visiter plusieurs académies militaires, telles que Sandhurst et l’Académie Militaire de Bruxelles, ainsi que plusieurs ambassades, où j’ai eu la chance de me faire des contacts à l’échelle internationale. Je me dois tout autant de souligner la chance incroyable que le programme offre quant au développement personnel : peu de programmes donnent la possibilité de débuter et de se perfectionner en étant entouré de personnes ayant une expérience considérable désirant et ayant à cœur le développement de chacun considérant que nous travaillerons tous ensemble un jour.

I was very intrigued by the degree program in International Relations because of the commonality between international economics and international political relations. In addition, considering the great variety of cultures in the world, I wanted to better understand how countries, through the use of international treaties and agreements, can build and change the world. One of my most special memories at Royal Military College Saint-Jean (RMC SJ) was during a cultural trip in my second year. I had the chance to travel throughout Europe and visit sites related to the Second World War, such as the dragon’s teeth, Vimy Ridge and war museums. I visited France, Germany, Belgium, Great Britain and Luxembourg during those trips. I also had the chance to visit several military academies, such as Sandhurst and the Brussels Military Academy, and several embassies, where I made some international contacts. I should also point out the incredible opportunity that the program offers for personal development: few programs offer the opportunity to start and improve in the company of people with so much experience who are interested in and care about each person’s development, knowing that we will all work together one day.

Cela étant dit, le programme de Relations internationales est en fait une opportunité pour tous d’approfondir nos connaissances sur le monde international, mais selon notre propre champ d’intérêt. Ainsi, un passionné de voiture pourra analyser comment les relations entre pays affectent le monde du sport automobile, voir même la création de nouvelles technologies, comme les voitures électriques, en fonction des droits de l’homme et de l’ONU alors que d’autres pourraient s’aventurer sur les lois internationales liées à l’espace et comment la Space Force des États-Unis devra opérer en ce qui a trait au concept de frontières internationales. En conséquence, j’en ai profité, via mes connaissances internationales, pour aller voir comment la situation géopolitique de différent pays peut mener à différentes perceptions et intentions gouvernementales. J’ai pu faire cela en allant visiter des amis militaires vivant au Belize. Je suis toujours en contact avec mes connaissances internationales via les différentes plateformes sociales et via les jeux vidéo. Le programme offre aussi la chance de créer des projets très intéressants. J’ai personnellement eu la chance de travailler sur la création possible d’un Car Club et j’ai pu créer plusieurs événements sociaux en lien avec le Mess et Centraide.

That said, the International Relations program is actually an opportunity for all of us to learn more about the world, depending on our own area of interest. For example, a car enthusiast might analyze how relations between countries affect the world of motor sports, or even the creation of new technologies, such as electric cars, from the perspective of human rights and the United Nations, while others might venture into international space law and how the U.S. Space Force will have to operate with respect to the concept of international boundaries. Consequently, I took advantage of my international contacts to see how the geopolitical situation in different countries can lead to different government perceptions and intentions. I was able to do this by visiting military friends living in Belize. I stay in touch with my international contacts by using the different social platforms and playing video games. The program also offers the opportunity to create very interesting projects. I personally had the chance to work on the possible creation of a Car Club, and I was able to create several social events related to the Mess and the United Way.

Pour ma part, dans le futur, je prévois avoir complété une maîtrise, et avoir possiblement commencé un nouveau baccalauréat en physique, tout en ayant la chance de travailler à l’international via mon métier de pilote. Considérant les vastes possibilités d’engagements que les FAC offrent tout au long d’une carrière, je ne planifie pas spécifiquement chaque transition, mais je tiens à aller chercher un maximum d’expérience possible afin d’accumuler le plus de savoir et de connaissances possibles. Finalement, je ne sais pas ce que le futur m’amènera lorsque je serai gradué en raison de la situation mondiale. J’espère pouvoir reprendre l’entraînement lié à mon métier le plus tôt possible, mais d’ici là, je continuerai à suivre les nouvelles internationales et je continuerai à étudier le lien qui existe entre l’économie internationale et les politiques internationales.

For my part, in the future, I plan to pursue a master’s degree, and possibly start a new bachelor’s program in physics, while having the chance to work internationally through my job as a pilot. Considering the vast opportunities for engagement that the CAF offers throughout a career, I am not specifically planning each transition, but I do want to gain as much experience as I can in order to accumulate as much knowledge and insight as possible. Lastly, because of the world situation, I don’t know what the future will bring when I graduate. I hope to be able to resume training for my job as soon as possible, but in the meantime I will continue to follow international news and study the relationship between international economics and international politics.


28002 Élof/OCdt Anne-Sophie Sicotte

Je m’appelle Anne-Sophie Sicotte et j’ai 21 ans. Je viens de la Rive-Sud de Montréal, de la ville de Saint-Lambert où j’ai fait tout mon parcours scolaire secondaire au sein du collège Durocher Saint-Lambert.

My name is Anne-Sophie Sicotte, and I am 21 years old. I come from the city of Saint-Lambert on the South Shore of Montreal, where I did all my secondary schooling at Collège Durocher Saint-Lambert.

Lorsque j’étais plus jeune, j’ai fait partie des cadets au sein de l’escadron du 898 optimiste brossard. Ce fût, je dois bien l’avouer, une expérience enrichissante.

When I was younger, I was a cadet in the 898 Optimiste Brossard Squadron. It was, I must say, a rewarding experience.

Je me suis enrôlée dans les Forces armées canadiennes (FAC) en tant qu’officier de renseignements. « Pourquoi ce métier? » vous me demanderez. Tout simplement pour la carrière qu’il m’offre. Je trouve tout à fait passionnant le métier comme tel, les tâches, les devoirs et les responsabilités d’un officier du renseignement. De plus, c’est un métier à très haut taux de déploiement ce qui n’est qu’un avantage en mon point de vue. Ainsi, je dois avouer avoir très hâte de graduer afin de me lancer dans mon vrai métier et travail.

I joined the Canadian Armed Forces (CAF) as an intelligence officer. You might wonder, “Why that occupation?” Simply for the career it offers. I find the job itself, the tasks, duties and responsibilities of an intelligence officer quite exciting. It is also a job with a very high rate of deployment, which is a good thing in my opinion. So, I must confess that I am very much looking forward to graduating in order to get into my real occupation and duties.

Le Bac en Études internationales au Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean) s’est imposé pour moi comme une évidence. L’état du monde, l’actualité et les relations de pouvoir (entre autres) qui façonnent notre monde est un point d’intérêt majeur pour moi et quoi de mieux que les Études internationales pour satisfaire ma curiosité académique. De plus, comme ce champ d’étude est très large, j’ai pu, durant mon parcours académique, me pencher sur des enjeux qui m’intéressaient tout particulièrement tel que l’environnement, la question du féminisme et de l’antiféminisme ainsi que la place laissée aux autochtones au sein de la société canadienne. Je dois avouer que ce qui m’a le plus intéressé durant mes études est bien cela; la liberté de pouvoir travailler sur des sujets qui nous tiennent particulièrement et véritablement à cœur.

The International Studies degree program at Royal Military College Saint-Jean (RMC Saint-Jean) was an obvious choice for me. The state of the world, current events and the power relations (among other things) that shape our world are a major interest for me, and what better program than International Studies to satisfy my academic curiosity? In addition, since this field of study is very broad, I have been able, during my academic career, to study issues of particular interest to me, such as the environment, feminism and anti-feminism, and the place of Indigenous people in Canadian society. I have to admit that what interested me most during my studies was the freedom to work on subjects that are particularly and genuinely close to our hearts.

À quiconque souhaitant s’embarquer dans ce programme, je dis « Allez-y, vous ne le regretterez pas! » Ma conception du monde a grandement évolué grâce à ce Bac. Il nous donne les outils nécessaires pour comprendre les grandes zones géopolitiques de notre monde et ainsi nous permettre de façonner nos propres opinions et réflexions quant à nos paradigmes, mais aussi de mieux comprendre la complexité des évènements actuels. Ce genre d’apprentissage ne peut qu’être bénéfique sur le point de vue personnel, mais aussi en tant que futur officier.

To anyone who wants to get into this program, I say, “Go ahead. You won’t regret it!” My world view has changed a lot because of this program. It gives us the necessary tools to understand the major geopolitical areas of our world and thus enables us to shape our own opinions and ideas on our paradigms and also to better understand the complexity of current events. This kind of learning can only be beneficial from a personal point of view and also for a future officer.

Mes plus beaux souvenirs au CMR Saint-Jean sont ceux des soirées passées avec mes amis. Que se soit les soirées de relaxation, celles d’étude et même parfois celles un peu plus énergisantes où l’on festoyait, ces moments passés avec mon groupe resteront gravés dans ma tête comme dans mon cœur.

My fondest memories of RMC Saint-Jean are the evenings I spent with my friends. The evenings just relaxing, the study evenings or even the more energizing ones where we partied – the time I spent with my class will remain forever in my head and in my heart.

Où me vois-je dans 10 ans? Je vous répondrais candidement en disant dans une maison proche de montagnes afin de pouvoir faire du hiking le plus souvent possible et de pouvoir me promener en forêt avec mes chiens que j’aurai adoptés, mais je comprends bien que la question est axée sur ma carrière professionnelle et est ainsi bien plus complexe. Je pense alors que je vous dirais que je prends la vie au jour le jour. Nous vivons en ce moment une situation exceptionnelle et très incertaine. 10 ans me semblent être une éternité et je ne pourrais pas vous dire où j’en serai professionnellement parlant. Ainsi, je finirais par répondre que dans 10 ans, je me vois heureuse, bien intégrée dans mon unité du moment, efficace et compétente dans mon travail.

Where do I see myself in 10 years? My spontaneous answer would be in a house close to the mountains so that I can go hiking as often as possible and be able to walk in the forest with my future pet dogs, but I understand that the question is about my professional career and is therefore much more complex. So I think I’d say that I take life one day at a time. We are living in an extraordinary and very uncertain situation at the moment. Ten years seems like an eternity to me, and I can’t tell you where I’d be, professionally speaking. So I would answer that in 10 years’ time, I see myself happy, well integrated in whatever unit I belong to, effective and competent in my work.

La prochaine étape pour moi après le CMR Saint-Jean est en théorie ma formation professionnelle. Toutefois, la situation est incertaine. La Covid-19 a engendré un certain retard dans les formations. Il se pourrait donc que je doive travailler dans une unité en attente de ma formation.

The next step for me after RMC Saint-Jean is, in theory, my occupational training. However, the situation is uncertain. COVID-19 has caused some training delays. So I may have to work in a unit while waiting for my training.