The Week that Was / La semaine passée

Third Years Get Fireside Chat with Chief of Military Personnel

Article by 25366 NCdt (IV) Mike Shewfelt

Rear Admiral A. Smith (RMC, Class of of ’84), Chief of Military Personnel for the Canadian Forces, spent time with the Third Year class during their Professional Military Training (PMT) session this past Wednesday to have a “fireside chat.” The Admiral, who had a similar talk with the Fourth Year class back in November, took the opportunity to pass on some of the wisdom he had gained during his career to the up and coming future officers at RMC. Chief among his advice was to “know your leadership style.”

“You’re not there to be liked,” Admiral Smith told the Third Years. “If you are, that’s great, but you’re not there to be liked. You’re there to be respected. If you’re too hard on your troops, you’ll ultimately be ignored, and if you’re too laissez-faire, you won’t be respected, so know your leadership style. Because above all else, your troops expect you to lead. They don’t expect you not to make mistakes, but they do expect you to lead.”

 

____________

Cadet Recognized for Time Spent on the Hill

Article by 25366 NCdt (IV) Mike Shewfelt

25533 OCdt (III) Veronique Trepanier, a Politics Major, spent last semester doing an Internship working with Senator Romeo Dallaire on Parliament Hill. During the Senator’s recent visit to RMC, he presented OCdt Trepanier with a plaque to commemorate the time she spent working there. An article from December 2011 on OCdt Trepanier’s internship can be found here.

____________

Commander of Libya Mission Visits RMC

Article and Photos by Capt Cynthia Kent, RMC Public Affairs Officer

LGen Charles Bouchard was at RMC on March 7 and 8 to speak to staff and cadets. Organized by Dr. Randall Wakelam and the Department of History, LGen Bouchard gave two presentions – one on March 7 in English titled “Liberating Libya: A Commander’s Perspective” and one in French titled “La Guerre Froide et l’Aprèsguerre Froide : réflexions sur une carrière militaire canadienne.” LGen Bouchard was greeted by a quarter guard and proceeded to sign the RMC guest book.

____________

Air Force Grads-to-be Gather One Last Time

Article and Photos by 25366 NCdt (IV) Mike Shewfelt

Every year at RMC, members of the graduating class gather by element for a mess dinner. With graduation only a few months away, this will be the last time for many of these cadets to meet as a group. As such, the evening was a celebratory affair, with good times had by all. Major General Yvan Blondin, Assistant Chief of the Air Staff, was guest of honor. As the opened the evening, he gave the cadets a look at where the Air Force is headed over the next few years, and summarized by saying, “It is an exciting time to be in the Air Force.” And the General was persuasive; he had this Naval Cadet convinced.

More photos from the evening:

____________

La Lecture de la Classe de ’58 – Un Résumé

Un article de 25269 Elof Anthony Gauhtier-Imbeault

Lors de la conférence intituler, Le Royal 22e régiment, et son importance sur le Canada, le major général M.B.E (ret) Terrence Liston est venu nous parler de ce régiment si important pour la culture française canadienne. En effet, au travers de son discours, monsieur Liston souligne le fait que le R22eR suscite un intérêt marqué sur la question linguistique au Canada et permet de représenter les aspirations de la société québécoise.

L’expression de cette culture française canadienne s’est développé au fil du temps, mais principalement elle est du au fait que le régiment s’est forgé une solide réputation de guerrier lors de plusieurs conflits qui ont changé le cours de l’histoire. La notoriété du R22eR fut, effectivement mise à l’épreuve lors de plusieurs grandes batailles comme Ypres, la Somme Vimy et Passchendale, et lors de certaine guerre comme la Première et la Seconde Guerre mondial, la guerre de Corée et le conflit actuel en Afghanistan pour ne citer que ceux-ci.

Mais encore, grâce à son succès et sa visibilité, le régiment eu un impact favorable sur l’intégration des canadiens français au sein de la fonction publique canadienne. Il a fournit de modèle au peuple québécois en démontrant qu’il est possible de parvenir à de grandes choses malgré les difficultés sociales induite par la langue française. Depuis sa création en 1914, le R22eR représente le courage et la détermination de la nation canadienne française à servir en accord avec sa langue et sa culture distinctive.

Pour terminer, le régime eu et continu toujours d’exercer sur la société canadienne une influence immensément positive. En effet, grâce à son exemple, la société francophone canadienne pris confiance en ses moyens et ainsi, son influence favorisa l’importance et la nécessité de la question linguistique au Canada. Pour bien démontrer cette situation, je reprendrais les mots d’un ancien commandant du régiment, le lieutenant-colonel Thomas Louis Tremblay au sujet du R22eR : « nous portons le fardo de la race sur nos épaules ».

 ____________

Shakespeare With a Twist: RMC Drama Club Takes the Stage in Currie Hall

Article by 25600 OCdt (II) Stephanie Jikinovsky – aka Rosie in “Romeo and Juliet”

“A play? RMC has a drama club?” Ladies and gentlemen the answer to this question is YES! Since late November the RMC Drama Club has been working hard in order to put together a play based on the life and times of, well, all of us! At first we were unsure of what the play should be based off of, but we all agreed that Shakespeare would be the only way to go. Finally the play was under way and we could begin.

After three months of hard work from the actors, writers, director, and tech crew, the opening night arrived. All of us were feeling first night jitters and there was an increased amount of anticipation for that first moment that the lights would go up. Throughout the night we all heard the tremendous amount of laughter coming from the not-so-distant audience which was only separated from us by a thin wooden door. As we entered and exited the stage throughout the night, the amazing feeling of accomplishment filled the air. When we took that final bow on the stage and heard the audience joyfully clapping and cheering us on, we all knew that we had accomplished the task we set out to do last semester.

We couldn’t be more thankful to all of those who came out to see the play and support us. It is because of this astonishing support that we are able to do what we love to do. Even though the curtain has already fallen for “Shakespeare in Scarlets,” we are already looking forward to next year’s play, and remember, “All the world’s a stage.”

 

Shakespeare in Scarlets

By: WJO

The RMC Theatre Club presented a tongue-in-cheek look at the college fraternization policy this past weekend. “Shakespeare in Scarlets” ran Friday, Saturday nights to pretty good crowds and is due to run again this evening (Sunday), Currie Hall at 7PM.

The play was completely written, performed and directed by cadets – including three original musical numbers. It was exceptionally well produced and congratulations are due to all involved including the on stage performers:

(I ) Years: David Gee, Amy Thomas, Stewart Lachappelle, Kayleigh Reading, Zachary Simard, and Richard Harding;

(II Years): Kevin Bowen, Aaron Jacques, Stephanie Jikinosky, Adan McManus;

(III Years): Meghan Thompson and Brennan Roche; and

(IV Years): Jen Bowen and Terrence Lagos.

 

Behind the scenes crew: Directed by: (IV) Chris Sulyma (photo left); Written by: (IV) Jen Bowen with (IV) Stacey Decaire; Produced by (IV) Stacey Decaire with (IV) Jen Bowen; Stage Manager, (III) Emily McManus; Stage Crew, (III) Andrew Campbell and (III) Nigel Mahon.

Songs and Soliloquies were written and arranged by: Adam McManus, Brennan Roche, Meghan Thompson, Zachary Simard, Amy Thomas. Highly professional like musical arrangements were conducted by Amy Thomas.

“Shakespeare in Scarlets” has been on the radar since November. A great deal of support was provided by two staff members. This year’s Writer-in-Residence, Julie Salverson, a long-time  member of the Queen’s University Drama Department was a key figure. She has given drama workshops at the Royal Military College, involving RMC and Queen’s students for well over 15 years. Dr. Irwin Streight, also acted as an important liaison and advisor to the production crew.

It was obvious a great deal of time was spent working on this very entertaining play and all who saw it will agree that it was worth the effort.

The ageless Romeo and Juliet story with an RMC theme was the development of the various characters and the struggles involved with relationships within the college cadet fish bowl realities. In the main event relationship, the audience witnessed the roller coaster ride of Julie (magnificently portrayed by Meghan Thompson), an aspiring IV year, Top 4 candidate once she got involved with, Roger, a mature 24 year old but still a I Year also impressively portrayed by (II year) Aaron Jacques.

Three other different relationship types very familiar to RMC cadets are also covered in this 90 minute production and kept all of us in attendance well entertained from start to finish: a Queen’s-RMC pairing; a long-distance romance between a cadet and his high school sweetheart; and the IV Year with the Ex cadet who graduated the previous year.

All four scenarios had a value added touch that contributed to the success of  the show.

The Theatre Club has made an excellent bench-mark for future plays of this sort. Again, we congratulate all who took part in Shakespeare in Scarlets.  Rolande and I were very glad that we spent our Saturday evening in Currie Hall.

 ____________

Preparing for Perfection, Performing with Precision: Squadrons Compete for Colour Party Honour

Article by 25752 OCdt (III) Christopher Lane

The Colour Party Competition Finals on Saturday, March 10th marked the culmination of months of hard work for all four teams involved. Below is a first-hand account of my experience as flag-bearer in the 1 Sqn Colour Party.

After a disappointing result in last year’s competition, the 2011 1 Sqn team was hungry for more. 25594 OCdt (III) Marina Lowthian took on the role of Colour Party Commander for this year’s team, and got the 1 Sqn team to work by mid-January. The team consisted of 25819 OCdt (III) Yanga Zhu as Queen’s Colours bearer, 26050 OCdt (II) Chawki Bensalem and 26032 NCdt (II) Kyle Reed as escorts, 26510 OCdt (I) Nathan Cave and 26348 OCdt (I) Zhi Zhen as orderlies, and myself as the College Colours bearer.

The 1 Sqn team drilled through frigid evenings and (psychotically early) mornings on the wind-swept parade square. Techniques were practiced, and practiced, and practiced. Despite the often miserable conditions, the team’s great humour and our commander’s enthusiasm made practices increasingly enjoyable as we improved. Special thanks to 2011 Competition winners 25424 NCdt (III) Adam Reece and 25377 OCdt (IV) James Ward for their support and assistance throughout.

As the competition preliminaries approached, the 1 Sqn team could be seen on the parade square every day, becoming increasingly confident. This confidence took a big hit at the official CP practice, where the drill staff’s evaluation humbled the team. The official rehearsal came as a shock to the team, but this would turn out to be beneficial as it pushed us to the next level.

The 1 Sqn team impressed the judges in the quarter- and semi-finals. We had improved remarkably in the week since the rehearsal, and were looking solid heading into Saturday’s final round. After finishing second to the 3 Sqn team in both of the first rounds by no more than two points, we knew it would likely come down to the wire in the KMCSC Fieldhouse. It did.

The qualifying teams drilled for perfection, with supporters from all four competing squadrons (1, 3, 7 and 8 Sqn), as well as Cmdt Eric Tremblay, DCdt Susan Wigg and other Training Wing staff looking on. The result of true commitment was on display, as all four teams conducted the routine with impressive drive and precision.

Tensions were high as the results were announced. After announcing the third and fourth place squadrons (8 and 7 Sqn respectively), the Cmdt built the suspense as he prepared to announce whether it would be 1 or 3 Sqn with the honour of carrying the RMC Colours. With countless hours of preparation hanging in the balance, the Cmdt made the announcement. The winner of the Royal Military College Colour Party Competition is: 3 Sqn.

I would personally like to congratulate 3 Sqn on their achievement, and also 7 and 8 Sqn for their efforts. Although the taste of a close second place is sour, there is comfort in knowing that the 2012-2013 Colour Party will be a model of precision and skill the entire Wing can aspire to.

 

XXXXXXXXXXXXXXXX

Layout and Photos by 25366 NCdt (IV) Mike Shewfelt

_____________________________________

Itinéraire du Tour des Champs de Bataille

Écrit par : 25363 Laurent Sauvageau

Bonjour, je suis l’Élof Akey et je vous propose ici une liste personnalisée, jour par jour, du Tour des Champs de bataille 2012 de la France et de la Belgique. Je n’y ai pas noté chaque événement puisqu’il s’en est passé trop pour que je puisse les lister. Je tiens à préciser encore une fois que cette liste explique simplement mon propre point de vue et que chaque Élof a entrevu cette expérience de manière différente. Aussi, j’ai tenté de faire aussi peu de fautes que possible, autant grammaticales que historiques, et je m’excuse à l’avance de toute erreur. J’espère que l’intérêt des 2e et 3e années sera piqué et que vous appliquerez l’an prochain afin de vous aussi profiter de cette incroyable opportunité d’en apprendre beaucoup sur l’histoire militaire canadienne.

Jour 1, 18 Fév (Samedi)

• 13:00hrs, rassemblement devant le Fort Lasalle et depart en autobus

• 17:00hrs, arrivée à l’aéroport Pearson de Toronto – quelques Élofs chanceux purent dire au-revoir à leur famille et petites amies.

 Pour la continuation de ce journal de neuf jours…..cliquez “more”

• 20:15hrs, nous attendons alors que notre départ est retardé de 3 heures

• Avec ce temps additionnel, l’Élof Allan et moi-même nous dirigeons vers les restaurants de l’aéroport afin de manger une bouchée et regarder une partie de Hockey (Vancouver – 6, Toronto – 1)

• 22:45hrs, nous embarquons finalement dans l’avion

• Nous tentons tous de dormir dans l’avion mais c’est pour la plupart sans succès. L’arrivée va être rude…

Jour 2, 19 Fév (Dimanche)

• 12:40hrs, nous sommes arrivés à Paris et on se dirige vers le champ de bataille de la Somme

• Nous arrêtons en chemin à une station-service pour un déjeuner rapide alors que la plupart tentent de rattraper le 3 heures de sommeil manquant

• 15:30hrs, arrivée au gigantesque cratère de Lochnagar. On estime sa profondeur entre 40 et 50 mètres et 80 à 90 de large. Le sol y est très glissant et

• Le cratère devait servir à créer une colline pour donner du couvert aux Alliés et aurait été explosé peu avant le début de la bataille

• L’explosion aurait créée une colonne de hautes de 400 pieds, de roche et débris

• Le tunnel utilisé pour déposer la mine faisait plus de 100 mètres de long

• Le terrain de la Somme possède plusieurs collines qui se rencontrent à un sommet bien distinct qui donne une vue panoramique de la région

• 16:30hrs, nous visitons Beaumont Hamel

• Le site est d’une beauté splendide et d’un silence serein. Il reste à jamais marqué de cratères sur lesquels arbres et gazon ont poussé.

• Les tranchées sont ici pour la plupart intactes ce qui nous donne une bonne idée de la façon et l’ampleur des combats de la Première Guerre mondiale

• On comprend ici tout de suite l’importance de la position des troupes dans un engagement puisque les soldats du NFLD étaient bien en vue des Allemands et furent conséquemment facilement abattus à 250m de leur ligne de front.

• 17:10hrs, nous nous arrêtons à Thiepval, un monument britannique pour la bataille de la Somme

• Sa taille et son emplacement qui surplombe la vallée de la Somme nous donna une vue magnifique pour le coucher du soleil, produisant un effet mélancolique alors que la mort nous entourait

• 18:00hrs, nous visitons plusieurs petits monuments dans la region de Courcelette

• 18:00hrs, arrivée au cimetière Adanac (Canada épelé à l’envers), une fin émotionnelle à la journée alors que le soleil s’éteignait comme il s’était éteint pour les soldats enterrés ici

• 20:00hrs, arrivée à Arras. Je suis sorti pour le souper et j’ai essayé de la viande de cheval, que je n’hésiterais pas à déguster de nouveau

Jour 3, 20 Fév (Lundi)

• 7:00-8:00hrs, déjeuner et départ, aujourd’hui le groupe semble en forme, s’étant habitué au décalage horaire

• 8:40hrs, visite du Mont St-Éloi, une vieille abbaye qui surplombe les environs de Vimy, un monument bien distinct que les soldats apercevaient en chemin vers le front et qui signifiait la fin de leurs déplacements sûrs.

• À cet endroit se trouvait les lignes de logistique et les quartiers généraux.

• L’abbaye est significative et visible de loin, les Allemands tenteront ainsi de la détruire

• Le monument est maintenant en ruine mais des efforts de préservation sont en cours.

• 9:00hrs nous arrêtons au milieu des champs pour visualiser les vieilles lignes de tranchées et donc où les lignes de fronts françaises auraient été situées en 1914

• La région est très plate avec quelques petites collines et on voit bien l’abbaye au sud

• 9:30hrs arrêt au cimetière allemand de Neuville-St.Vaast

• Le cimetière est immense, alignant des rangées et des rangées de croix ayant plus d’un nom gravé sur chaque, ainsi que la date de mort et le rang du militaire

• Un peu étrange de voir un cimetière allemand en France, mais cela nous rappelle que l’ennemi aussi a subi des pertes, et que ces pertes sont en fait des hommes qui voulaient aussi défendre leur pays.

• 10:25hrs visite de Notre-Dame de Lorette, le plus grand cimetière des français que chaque enfant vient visiter avec son école.

• 12:24hrs déplacement vers le système des cratères de Vimy et les tunnels utilisés par les troupes et les sappeurs

• 13:15hrs visite du monument de Vimy. Nous l’avions tous vu en photo, mais d’y être en personne nous a tous affecté

• La crête de Vimy n’est pas aussi imposante qu’on pourrait l’imaginer mais la vue qu’elle offre sur le terrain autour est quelque chose qu’on ne peut oublier, surplombant le territoire sur 360 degrés et donc d’une importance stratégique

• 14:25hrs diner à la baguette dans un pub de Vimy, décoré d’un uniforme canadien et de douilles d’artillerie gravées

• 15:38hrs, direction du bois de Farbous où nous avons examiné une batterie allemande qui aurait pu tirer sur Vimy pendant la bataille

• La vue que nous avons d’ici sur la crête mettait vraiment l’accent sur l’importance de cette dernière

• 16:00hrs départ vers la Belgique

• 16:45hrs arrivée à la frontière belge, je suis le seul réveillé pour voir qu’il n’y a pas de poste douanier. Je n’ai donc pas pu récolter une étampe pour mon passeport

• 17:00hrs arrivée à l’hôtel. Accompagné de l’Élof Allan, je pars à la course pour trouver des batteries pour sa caméra. J’achète aussi sur la route du chocolat belge qui est aussi délicieux que les rumeurs le laissent entendre

• 20:00hrs, cérémonie de la Porte de Ménin, un événement qui se déroule à tous les jours à cette heure peu importe la température. Cette porte est gigantesque et sont inscrits tous les noms des soldats du Commonwealth qui sont morts en Belgique durant la Première Guerre mondiale. Une grande quantité de noms canadiens sont listés sur les murs.

• 20:20hrs nous nous dirigeons de nouveau en ville cette fois pour manger, mais il semble que ce soit un jour férié et nous devons chercher pour un établissement ouvert. J’ai commandé quelque chose sans savoir ce que c’est et je ne me rappelle pas de son orthographe, mais ce n’est pas très bon. J’ai fini par prendre quelques bouchées des pâtes que mes amis ont commandées

Jour 4, 21 Fév (Mardi)

• 7:00hrs tout le monde est debout et prêt à partir

• 8:20hrs arrivée à un supermarché; j’ai récolté 5$ de tous les participants aux voyages et avec un petit groupe nous nous apprêtons à partir faire l’épicerie pour l’autobus. Nous achetons beaucoup de pain, charcuteries et fromages en plus de vin et d’eau mais ce ne sera pas assez ; de plus, nous allions aussi réaliser que le pain n’était que précuit et devait être chauffé de nouveau. Le goût ne m’a pas personnellement dérangé mais il est vrai qu’il goutait la pâte

• 8:40hrs, on visite la ferme Essex où John MacRae aurait écrit ‘Au champ d’honneur’, le fameux poème. Une plaque commémorative s’y trouvait, ainsi qu’un bunker reconstitué

• Le canal tout prêt de ce point permettait aux bateaux d’acheminer le personnel blessé au combat à des hôpitaux de campagnes, plus rapidement que des chevaux en auraient été capables.

• 10:15hrs passage par Ypres et le cimetière de Saint Julien, connu pour la statue d’un soldat en deuil. On fait quelque chose de différent cette fois : on se met à plat ventre pour comprendre la vision du terrain. On se rend compte qu’il est impossible de voir à plus de 100m et que de se lever signifiait la mort; de même, sans se lever, il aurait été impossible de voir son ennemi. Le leadership dans de telle condition devait aussi être particulièrement difficile.

• 11:38hrs, on va vers le cimetière militaire de Tyne Cot où plus de 12,000 corps sont enterrés. C’est ici que s’est déroulée la bataille de Passchendale en 1917. Sur les 12000 tombes plus de 3000 sont inconnues et 2000 ont seulement de l’information partielle, tout cela en plus de 30 000 noms sur les murs. Les tombes sont alignées à perte de vue, l’atmosphère est sombre.

• Le champ de bataille de Passchendale lui-même est plus petit que je ne l’aurais cru, considérant que 16000 Canadiens y sont tombés au combat

• Considérant à quel point le terrain est plat et sans couvert et boueux, la zone peut facilement se transformer en abattoir

• 13:50hrs, diner. Après cela, nous visitons une église où les soldats blesses ou en reserve auraient pu se tenir. Ils auraient été hébergés sous terre puisque l’église avait été détruite pendant le conflit, mais celle-ci avait été reconstruite et est en restauration.

• 14:15hrs passage par un petit cimetière canadien où l’arrière grand-oncle de l’Élof Lane est enterré. Il nous donne une petite biographie et conclut par un petite prière

• 17:05hrs, fin du séjour en Belgique, retour vers la France

• 18:11hrs, alors que le soleil se couche nous passons rapidement par le cimetière du bois de Hangurd, très prêt d’Amiens et où repose un récipiendaire de la Croix de Victoria. La vue sur les collines environnantes était magnifique.

• 20:15hrs, arrivée tardive à Dieppe. On se savait près de l’eau mais on ne voyait plus grand chose. Nous essayons des fruits de mer, mais ce n’était pas des fruits de mer comme on l’entend au Canada; c’était plutôt à base de poison et de pain, ce qui ne m’a pas vraiment plus au goût. Par contre, le dessert était succulent; l’élof McGregor ne jure plus que sur des crêpes maintenant!

Day 5 Feb 22 (Wed)

• Notre hôtel est à 100m de la plage et d’un grand château sur le bord d’une falaise à Dieppe; je ne me pensais pas aussi près de ces sites historiques

• 8:15-11:00hrs, marche sur la plage de Dieppe. Nous essayons aussi de courir la rive de galets pour se rendre compte à quel point cela a pu être difficile… Et nous n’avions même pas de rucksac!

• Nous sommes au côté le plus éloigné de Dieppe, à une position de batterie allemande qui ne cessa de tirer que lorsqu’elle manqua de munitions

• Rendus au château, nous pouvons observer la plage dans son entièreté comme les Allemands l’ont vu le jour de l’attaque. Il est difficile de croire que quelqu’un aurait pu survivre l’attaque et que les Alliés étaient bien naïfs d’avoir pensé pouvoir s’emparer de la position.

• Visite du château lui-même, grandiose et intéressant, entre autres pour ses vieux manuscrits

• 11:00hrs, déplacement vers Pourville, où le reste des Canadiens a atterri pendant l’attaque de Dieppe. Encore une fois des falaises entourent la ville et la vue à partir des positions allemandes était parfaite; ça aurait été désespérant d’arriver à ses plages et de réaliser la situation.

• 11:29hrs, descente vers le pont de Pourville, à l’endroit exact de l’arrivée des Canadiens

• Le son de l’océan ici était vraiment particulier : les galets roulent avec les vagues et ressemblent à des millions de crabes faisant claquer leurs pinces en même temps. Je m’en rappellerai pour le restant de mes jours

• 12:30hrs, direction Puys, la dernière plage où les Canadiens ont attéri pour Dieepe. À ma grande surprise, les plages ne sont pas connectées mais bien séparées de 2-3 kms.

• Les falaises surplombent aussi cette plage et ne laissent qu’un petit espace pour avancer, que deux ou trois chemins, évidemment bien couverts. Il n’y a pas de couvert pour se protéger, non plus.

• Considérant la pente, on tente de courir pour la monter comme les soldats l’auraient fait mais il faut s’arrêter quelques fois; la tâche semble impossible avec de l’équipement sur le dos et des Allemands qui vous tirent dessus…

• 14:45hrs, arrivée au cimetière militaire de Dieppe. Les inscriptions sur certaines tombes étaient vraiment touchantes, dont une marquée ‘Truth Duty Valour’.

• Je n’étais pas au courant, mais l’Élof Demers m’a dirigé vers une pierre tombale ayant mon nom de famille et j’assume que j’ai un lien de parenté avec l’individu puisque mon nom n’est pas commun. Après un peu de recherche, je crois qu’il serait né dans mon village mais je n’ai pas trouvé de détails… L’inscription est celle-ci (traduction libre) : ‘Sergent S.H Akey, Tué le 15 Oct, 1944, Royal Hamilton Regiment of Canada, originaire de Pointe Anne (maintenant faisant partie de Belleville, Ontario)

• L’Élof Couturier nous lit un poème et je pense que pas un seul d’entre nous n’avait les larmes aux yeux

• Avant de partir, je retourne à la tombe du Sergent Akey pour une petite prière

• 16:40hrs, nous nous installons à Caen et allons souper à un pub irlandais. C’était délicieux et nous recevons quelques regards en coin lorsque nous chantons la chanson ‘Summer of 69’ par Bryan Adams mais cela nous affecte peu.

Day 6 Feb 23 (Thurs)

• 10:00hrs, visite d’objectifs des troupes aéroportées en Normandie, tels que des ponts.

• 11:30hrs, on passe par la batterie de Merville, un des objectifs qui aurait pu toucher les plages de Normandie au jour J. Cette batterie était estimée plus menaçante que ce qu’elle était réellement.

• 13:30hrs, visite du ‘Pegasus Bridge’, où des troupes ont volé en planeur et atterri à quelques mètres de leur objectif, la nuit.

• C’est à ce point malheureusement que mon co-chambreur, l’Élof Allan, réalise qu’il a perdu son portefeuille. On a beau chercher autour du site, on n’aura pas de chance…

• 14:00hrs, arrivée à la plage Juno, bien différente de celle de Dieppe. Elle est beaucoup plus sableuse et non rocheuse, et sans falaises.

• Nous percevons la maison que l’on peut voir dans l’enregistrement bien connu du débarquement à Juno.

• Autre point intéressant du segment de voyage : les plages ici s’étendent sur plusieurs kilomètres et sont similaires une l’autre, à l’opposé de Dieppe.

• La marée aurait amené les Canadiens très près du mur maritime ce qui leur a facilité la tâche

• 18:30hrs, destination Omaha Beach. Nous sommes étonnés d’apprendre qu’il n’y avait que 35 à 40 Allemands qui couvraient l’endroit lors de l’invasion. Les Américains furent tout de même massacrés car ils étaient sans couvert sur plus de 800m. Ça aurait été comme les sorties de tranchées de la Première Guerre mondiale.

• Les Américains devaient marcher une si longue distance car ils avaient décidé de sortir tôt de leurs embarcations afin d’éviter les mines maritimes.

• Dr.Heffernan et Dr.Allan m’ont dit que pour détruire une des bunkers allemands, il aurait fallu un d’un obus de 5000 lbs en plein dans le mille (ce qui n’arrivait que rarement)

• De plus, nous remarquons que plusieurs des bunkers ont des indentations et des formes auxquelles nous ne pouvons donner une justification. Quelqu’un émet la théorie qu’elles donnent une défense additionnelle puisqu’un obus aurait arraché qu’une partie des défenses et non l’entièreté

Jour 7, 24 Fév (Vendredi)

• 8:57hrs, visite de l’abbaye des Ardennes où des soldats canadiens furent capturés pendant cette campagne, interrogés puis exécutés par les SS. L’abbaye est à elle seule très sereine et étrangement vivante; on y entend les oiseaux chanter.

• 13:00hrs, passage par plusieurs points de l’offensive finale en Normandie, incluant les lieux de l’opération Totalize et Tractable

• 15:00hrs, arrivée et diner à Falaise où les Allemands furent presque encerclés, une ville magnifique.

• 16:30hrs , prise de photos sur un char d’assaut allemand ‘Tiger’ : c’était le dernier site officiel de notre tour des champs de bataille.

Jour 8, 25 Fév (Samedi)

• Aujourd’hui est notre journée à Paris mais pas de chance : notre bus brise en chemin et nous devons attendre 3 heures

• 13:00hrs, arrivée à l’hôtel après une visite guide de la ville et de ses attractions, ce qui nous donne aussi des repères en plus d’une idée de la grandeur de Paris

• 13:10 nos groupes se séparent pour aller où on le désire : je me promène avec les Élofs Allan, McGregor, Ghanam et Byrtus

• On déguste un festin avant de retourner à nos découvertes

• Il y a tant à dire sur ce que nous avons vu mais je vais me contenter de dire que pour pouvoir apprécier mes mots, il n’y aurait qu’une solution : visiter la ville et ses sites historiques soi-même

Jour 9, 26 Fév (Dimanche)

• Plusieurs d’entre nous sont en retard pour l’autobus puisque nous n’avons pas reçu d’appel de réveil, mais heureusement que certains possédaient leurs propres alarmes

• 11:30hrs, embarquement et voyage de retour

• 18:45hrs, retour au Collège et fin du Tour des Champs de Bataille 2012

En conclusion j’aimerais remercier le Club des CMR d’avoir subventionné les Élèves-officiers du voyage. Nous sommes tous reconnaissants d’avoir pu vivre cette incroyable opportunité. Je sais que j’ai personnellement beaucoup appris sur les Guerres Mondiales et qu’avec ce savoir et les émotions que j’ai pu vivre en Europe, j’espère encore plus pouvoir vivre à la hauteur des soldats qui y ont combattu et versé leur sang.

 

One Comment

  • Denise

    March 14, 2012 at 12:09 pm

    Heureuse d’avoir pu lire le compte-rendu de ce beau voyage, mais très décue de la traduction française.
    Je croyais que les élofs, à ce stade de leur formation, étaient bilingues.
    Merci !