They Proudly Served – Highlighting Ex Cadets in the Forces

They Proudly Served – Highlighting Ex Cadets in the Forces

They Proudly Served is a new column where we will share stories of Ex Cadets in the Canadian Armed Forces .  These stories are shared from Veterans Affairs Canada.

24666 Captain Diana Prénoveau, RMC Class of 2010

“Captain Diana Prénoveau has been serving in the Canadian Armed Forces (CAF) for 15 years and counting. Initially drawn to the opportunities and adventure it offered, she is now focused on using her leadership skills to make the military a more welcoming place for women.”

Born in Hong Kong, Diana Prénoveau moved to Vancouver with her family when she was six. In her first year of high school, they moved again, this time to Ottawa. A chance conversation at her new school first sparked Prénoveau’s interest in the military, when one of her classmates shared that as a cadet, she had gotten her glider license before she could even drive. It wasn’t long before Prénoveau also joined the Air Cadets.

“In my last year of high school, when I was making decisions about what I was going to do, I was enamored by the opportunities and adventures and the values of being part of the CAF.”

Three years later, while others her age were enjoying their last summer before university, Prénoveau left for basic training in Saint-Jean-sur-Richelieu the day after her graduation. That fall, she began studying at the Royal Military College (RMC). “In my last year of high school, when I was making decisions about what I was going to do, I was enamored by the opportunities and adventures and the values of being part of the CAF,” she says.

During her final year at RMC in 2010, she was assigned a career as an Aerospace Control Officer. From there, she completed training first at CFB Bagotville, then at the military’s air-traffic control school in Cornwall, and finally at the Canadian Air Defence Sector in North Bay.

In 2014, her career really took flight. She was deployed to Qatar for six months with the US Air Force’s 71st Expeditionary Air Control Squadron, where she provided command and control of the skies over Afghanistan. While pulling 12-hour shifts in a no-fail environment was extremely demanding, it remains the highlight of her career.

“The analogy I use to describe my job is that it’s like playing three-dimensional Tetris. You’re trying to get planes in the right place, while maintaining a safe distance, and in the fastest way possible.”

“It is truly one of the best things about being in the military, you get a very different experience with each assignment.”

Shortly after returning to Canada, Prénoveau was posted to Ottawa to work as a Liaison and Protocol Officer, where she used her diplomatic skills to build relationships with foreign defence attachés. “This new assignment was completely different from my previous job,” she says. “It is truly one of the best things about being in the military, you get a very different experience with each assignment.”

In this role, Prénoveau helped organize regular hockey games between defence attachés. As a sports fan, she recognizes the power of sports in bringing people together and breaking down barriers. “The Defence Attaché Hockey Team is more than just sport. It’s amazing to see what happens when people take off their uniforms and ranks. It’s friendship through sport.”

While in Ottawa, Prénoveau earned her Executive MBA, which led her to become a logistics officer specialized in human resources. She is now the Adjutant at the 430 Tactical Helicopter Squadron at CFB Valcartier.

“I learned a lot about myself and thought I could contribute more through people interactions – in relationship building more so than ‘de-conflicting’ airspace through radio or chat,” she says.

As a woman in the military, Prénoveau admits that she has had very few role models, something that only became problematic when she wanted to start a family. “Having a family and trying to plan your maternity leave and career is a real challenge in the CAF.”

Prénoveau believes we need more women in leadership positions to normalize being a mother while having a career. “One of the things that I have always been interested in doing in human resources is to try to help fix some of the problems, policy and culture within the CAF that makes recruiting and retaining women more difficult,” she says.

With courage, loyalty and integrity, Diana Prénoveau has left her mark. She is one of our Canadian Veterans. Discover more stories.

https://www.veterans.gc.ca/eng/remembrance/people-and-stories/they-proudly-served/diana-prenoveau

« Au cours de ma dernière année d’études secondaires, alors que je prenais des décisions sur ce que j’allais faire, j’étais séduite par les possibilités, les aventures et les valeurs des FAC. »

Trois ans plus tard, tandis que d’autres de son âge profitaient de leur dernier été avant l’université, le capitaine Prénoveau est partie suivre l’instruction de base à Saint Jean sur Richelieu le lendemain de sa remise de diplôme. L’automne venu, elle a commencé à fréquenter le Collège militaire royal (CMR). « Au cours de ma dernière année d’études secondaires, alors que je prenais des décisions sur ce que j’allais faire, j’étais séduite par les possibilités, les aventures et les valeurs des FAC », dit-elle.

À sa dernière année au CMR en 2010, elle s’est vue confier un poste d’officier du contrôle aérospatial. Elle a ensuite terminé son instruction à la BFC Bagotville, puis à l’école du contrôle de la circulation aérienne de l’armée à Cornwall, et enfin dans le Secteur de la défense aérienne du Canada, à North Bay.

C’est en 2014 que sa carrière a véritablement pris son envol. Elle est partie en déploiement au Qatar pendant six mois au sein du 71st Expeditionary Air Control Squadron de la US Air Force, où elle assurait le commandement et le contrôle du ciel de l’Afghanistan. Malgré les quarts de travail de 12 heures dans un environnement où l’erreur n’était pas permise, ce déploiement demeure l’expérience la plus marquante de sa carrière.

« J’utilise l’analogie du jeu de Tetris en trois dimensions pour décrire mon travail. On essaie de mettre les avions au bon endroit, tout en gardant une distance sécuritaire, et ce, le plus rapidement possible. »

« C’est vraiment l’un des principaux avantages d’être dans l’armée, on vit une expérience très différente à chaque affectation. »

Peu après son retour au Canada, elle a été affectée à Ottawa pour travailler comme officier de liaison et du protocole; elle s’est servie de ses talents de diplomate pour établir des relations avec les attachés de défense étrangers. « Cette nouvelle affectation était complètement différente de mon travail précédent, explique-t-elle. C’est vraiment l’un des principaux avantages d’être dans l’armée, on vit une expérience très différente à chaque affectation. »

Dans ce rôle, elle a aidé à organiser des parties de hockey régulières entre les attachés de défense. Amatrice de sports, elle est consciente du pouvoir du sport pour rassembler les gens et faire tomber les barrières. « L’équipe de hockey des attachés de défense représente plus qu’un sport. C’est merveilleux de voir ce qui se produit quand les gens retirent leur uniforme et leur grade. C’est l’amitié par le sport. »

À Ottawa, elle a obtenu sa maîtrise en administration des affaires pour cadres, ce qui l’a amenée à occuper le poste d’officier de logistique spécialisé en ressources humaines. Elle est maintenant le capitaine-adjudant du 430e Escadron tactique d’hélicoptères à la BFC Valcartier.

« J’ai beaucoup appris sur moi-même et j’ai pensé que je pourrais contribuer davantage en interagissant avec les gens – en établissant des relations plutôt qu’en évitant les risques d’utilisation de l’espace aérien à l’aide d’une radio ou de vive voix », affirme-t-elle.

Comme femme dans l’armée, elle admet avoir eu très peu de modèles, ce qui n’est devenu problématique qu’au moment où elle a voulu fonder une famille. « Avoir une famille et tenter de planifier son congé de maternité et sa carrière est un véritable défi dans les FAC. »

Elle estime qu’il faut plus de femmes dans des postes de direction pour normaliser le fait d’être une mère et d’avoir une carrière. « L’une des choses que j’ai toujours voulu faire en ressources humaines est d’essayer de corriger certains problèmes et de modifier les politiques et la culture au sein des FAC, qui rendent le recrutement et le maintien en poste des femmes plus difficiles », déclare-t-elle.

Avec courage, intégrité et loyauté, Diana Prénoveau a laissé sa marque. Elle est l’une de nos vétérans canadiens. Découvrez d’autres histoires.

À Ottawa, elle a obtenu sa maîtrise en administration des affaires pour cadres, ce qui l’a amenée à occuper le poste d’officier de logistique spécialisé en ressources humaines. Elle est maintenant le capitaine-adjudant du 430e Escadron tactique d’hélicoptères à la BFC Valcartier.

« J’ai beaucoup appris sur moi-même et j’ai pensé que je pourrais contribuer davantage en interagissant avec les gens – en établissant des relations plutôt qu’en évitant les risques d’utilisation de l’espace aérien à l’aide d’une radio ou de vive voix », affirme-t-elle.

Comme femme dans l’armée, elle admet avoir eu très peu de modèles, ce qui n’est devenu problématique qu’au moment où elle a voulu fonder une famille. « Avoir une famille et tenter de planifier son congé de maternité et sa carrière est un véritable défi dans les FAC. »

Elle estime qu’il faut plus de femmes dans des postes de direction pour normaliser le fait d’être une mère et d’avoir une carrière. « L’une des choses que j’ai toujours voulu faire en ressources humaines est d’essayer de corriger certains problèmes et de modifier les politiques et la culture au sein des FAC, qui rendent le recrutement et le maintien en poste des femmes plus difficiles », déclare-t-elle.

Avec courage, intégrité et loyauté, Diana Prénoveau a laissé sa marque. Elle est l’une de nos vétérans canadiens. Découvrez d’autres histoires.

https://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/people-and-stories/they-proudly-served/diana-prenoveau

Leave a Reply