Une capitaine du CMR Saint-Jean dans un refuge pour animaux en Bolivie

Photo Crédit : Elin Hansson

Bas de vignette : La Capitaine Andréane Vidal, Commandant d’escadron au Collège militaire royal de Saint-Jean a fait du bénévolat dans un refuge pour animaux sauvages en détresse en Bolivie durant un congé sans solde. On la voit ici en présence de Katie, une petite jaguar de trois ans avec laquelle elle a partagé son quotidien deux mois durant.

Une capitaine du CMR Saint-Jean dans un refuge pour animaux en Bolivie

– un article du Captaine Eric Le Marec

La Capitaine Andréane Vidal travaille au Collège militaire royal de Saint-Jean comme Commandant d’escadron depuis 2008. Elle a fait l’année préparatoire au CMR Saint-Jean pour ensuite terminer un baccalauréat en génie chimique au Collège militaire royal du Canada à Kingston en 2002.

La Capitaine Vidal est navigatrice de profession et après avoir complété son entraînement à l’École de navigation aérienne des Forces canadiennes, située à Winnipeg, elle travaille au 405e Escadron de patrouille maritime à Greenwood. Son travail l’amène à voyager dans différentes régions, principalement en Amérique du nord et en Europe, mais ces voyages professionnels la laissent un peu sur sa faim.

Pour satisfaire ce besoin d’explorer plus profondément des pays moins semblables au sien, Andréane entreprend des voyages aux quatre coins du monde. Entre 2001 et 2006, elle voyage au Népal et au Tibet, au Pérou, au Maroc, en Colombie, au Chili et en Bolivie. Muni de son sac à dos, elle rencontre des gens et se mêle à la culture du pays là où le voyage l’emmène.

Après avoir sillonné quelques pays, Andréane se lasse de se limiter à contempler les gens passivement et elle cherche un organisme local auprès duquel elle pourrait faire du bénévolat. C’est d’ailleurs durant son voyage en Bolivie en 2006 qu’elle découvre l’existence d’un refuge pour animaux à Villa Tunari, au centre de la Bolivie, et offre ses services pour deux semaines au Parque Inti Wara Yassi. « Le refuge s’occupe d’animaux sauvages, abandonnés, maltraités ou blessés, explique la Capitaine Vidal. Le but est de les réintégrer progressivement à leur habitat naturel ou, pour les cas plus sévères, de leur fournir la meilleure qualité de vie le plus près possible d’une vie à l’état sauvage. Il y a toutes sortes d’animaux, tous endémiques de la région, dont plusieurs espèces d’oiseaux et de singes, de petits mammifères poilus et odorants sans oublier les reptiles et les plus impressionnants : les ocelots, les pumas et quelques jaguars.»

Au bout de son séjour de deux semaines, Andréane doit quitter la Bolivie pour retourner travailler à Greenwood, mais elle est décidée à revenir au parc pour une période plus étendue. Fidèle à son désir, elle demande un congé sans solde de six mois pour regagner le Parque Inti Wara Yassi. Après avoir voyagé trois mois en Asie, elle rejoint finalement le cœur de la Bolivie en avril 2008 et se rend cette fois au deuxième refuge de l’organisation, reclus dans la jungle du Pantanal, où les félins constituent la majorité des pensionnaires. « Malgré des conditions de vie des plus rustiques, les moustiques et la saison des pluies qui n’en finissait plus, les liens tissés avec les autres bénévoles, tous des voyageurs internationaux, et avec les animaux m’ont comblée. De plus, j’ai pu mettre à plusieurs reprises mes connaissances militaires à contribution lorsque venait le temps de ratisser la jungle à la recherche d’un animal échappé ou encore pour administrer les premiers soins à un bénévole qui avait oublié quelques secondes que nos colocataires, bien qu’adorables, étaient malgré tout des animaux aux instincts sauvages.»

Andréane caresse le projet de retourner au parc en 2010, mais il reste plusieurs éléments à régler avant que le voyage ne se concrétise. Entretemps, elle se plaît dans son poste au Collège militaire royal de Saint-Jean. « Le Collège est une belle institution dont la mission est de former et de développer des leaders de premier ordre pour les Forces canadiennes, explique la Capitaine Vidal. S’occuper de jeunes élèves-officiers n’est peut-être pas aussi exotique que de s’occuper d’un jaguar mais c’est tout aussi gratifiant! »

Photo crédit : Elin Hansson

Bas de vignette : Le refuge ou travaillait la Capitaine Andréane Vidal s’occupe d’animaux sauvages abandonnés, maltraités, blessés, dont plusieurs proviennent de cirques et de zoos. Elle y a passé plusieurs mois.